Industries
Now Reading
Bioprinting, des vaisseaux sanguins imprimés en 3D

Bioprinting, des vaisseaux sanguins imprimés en 3D

by Gaëtan Lefèvre15 décembre 2015
Partage :

Des chercheurs du laboratoire national de Lawrence Livemore ont réussi à imprimer en 3D des vaisseaux sanguins fonctionnels. L’impression de cellules vivantes et de biomatériaux a été conçue de manière à permettre aux vaisseaux sanguins de se développer de façon autonome. Elle est rendue possible grâce à une encre biologique compatible avec le corps humain. Dans un premier temps, des cellules et autres biomatériaux permettant de fournir les nutriments essentiels à l’environnement sont imprimés. Auto assemblés, les capillaires sanguins sont en mesure de se connecter avec les tubes bio imprimés et transporter les éléments nutritifs permettant aux organes de fonctionner comme ils le font dans le corps.

Monica Moya, chercheuse sur le terrain

« Ce procédé va changer la façon dont nous pratiquons la biologie », a déclaré Monica Moya, chercheuse au sein du projet. « Cette technologie peut sortir la biologie de la boîte de Pétri traditionnelle. Nous sommes maintenant capable d’imprimer en 3D du tissu physiologiquement pertinent avec un système vasculaire fonctionnel. »

Actuellement en dernière année d’un projet de trois ans, financé par le Laboratoire de recherche, Moya a utilisé l’impression bio pour créer un réseau de vaisseaux sanguins désorganisés. Mais, elle souhaite aller plus loin dans ces recherches et proposer un réseau organisé semblable à ceux qui existent dans le corps.

« Bien que ces impressions d’organes ne soient pas implantables immédiatement, nos patchs de tissus bio imprimés peuvent être appliqués à des études sur la toxicologie, à des essais de traitements médicaux et fournir un banc d’essai pour la science fondamentale », conclut la chercheuse.

Lawrence Livermore National Laboratory

Le Laboratoire national de Lawrence Livermore (Lawrence Livermore National Laboratory, LLNL, en anglais) appartient au département de l’énergie des États-Unis. Situé à Livermore, dans l’État de Californie, il est géré par l’Université de Californie. Principalement créer pour développer des armes nucléaires, son champ d’étude s’est étendu à l’énergétique, la biologie et les sciences environnementales.

Présentation vidéo

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response