Magazine
Now Reading
Interview de Philippe Heinrich, François Parry & Pascal Seguin – MEDEF

Interview de Philippe Heinrich, François Parry & Pascal Seguin – MEDEF

by Gaëtan Lefèvre22 février 2016
Partage :

Derrière les acteurs directement impliqués dans la fabrication additive, comme les fournisseurs ou les sous-traitants, d’autres protagonistes jouent un rôle clé pour aider cette technologie à se développer et accompagner les sociétés. Pour cette première rubrique Rencontre, nous avons donc choisi d’ouvrir nos colonnes à des acteurs en périphérie du marché de l’impression 3D, mais qui y portent un regard éclairé et dont les rôles sont essentiels. Les entreprises doivent-elles prendre le virage de la fabrication additive ? Comment peuvent-elles être accompagnées dans ce passage ? Les institutions que nous avons rencontrées investissent dans cette technologie financièrement ou par l’accompagnement afin de lui permettre de se développer.

Propos recueillis par Gaëtan Lefèvre.

_________________________

Le MEDEF Côte-d’Or représente les entreprises pour les questions interprofessionnelles d’ordre économique, social et sociétal. Parmi ses missions, il accompagne les dirigeants dans le développement de leurs entreprises. La fabrication additive prenant une place importante dans les chaînes de fabrication, elle s’est intégrée aux sujets de discussion de l’organisation patronale. Rencontre avec trois membres actifs.

MEDEF_fabrication_additive_a3dm_magazine

Depuis un peu plus d’un an, avec la naissance du Pôle économie numérique, le MEDEF s’intéresse à la fabrication additive. Ses membres nous présentent son engagement. Pascal Seguin est coordinateur du Pôle économie numérique du MEDEF Côte d’Or. Philippe Heinrich est consultant en nouvelles technologies, innovation & systèmes d’information, membre du Pôle économie numérique du MEDEF Côte d’Or et dirigeant de la société PREFERENCE 3D. Enfin, François Parry est gérant d’Infoproject et président Pôle économie numérique du MEDEF Côte-d’or. Il supervise le dossier impression 3D pour l’organisation patronale.

Comment le MEDEF perçoit-il la fabrication additive ?

Philippe Heinrich : Le MEDEF Côte-d’Or est le relais du MEDEF national. Il regroupe un ensemble d’entreprises adhérentes dont une partie travaille dans le secteur du numérique. Certains acteurs sont en contact direct avec la fabrication additive, comme fabricants ou utilisateurs. Cette technologie concerne de plus en plus d’entreprises. Elle en vient forcément,aux oreilles du MEDEF.

François Parry : Le Pôle économie numérique du MEDEF cherche à propager la « bonne parole ». Nous abordons certaines thématiques ayant un intérêts pour les adhérents. Nous cherchons aussi à faire avancer certains dossiers comme celui de la fabrication additive.

Pascal Seguin : Le MEDEF National a été sensibilisé, il y a quelques années, aux enjeux de la fabrication additive. Plusieurs études ont montrées que la France n’était pas spécialement en avance par rapport à d’autres pays. Or, un des rôles du MEDEF est d’être le relais des enjeux de tels processus industriels. Nous devons présenter aux adhérents les avantages et les bénéfices de cette technologie. Par exemple, le 15 mars 2016, pour la « Semaine de l’industrie », nous organisons un forum dédié à l’impression 3D, à Dijon. Cet après-midi sera organisé autour de témoignages, d’échanges et de démonstrations sur la fabrication additive. Nous aimerions que ce type de forums puisse être décliné dans d’autres régions.

Comment le MEDEF s’engage-t-il auprès de ces acteurs ?

P.S. : Le MEDEF propose plusieurs choses. Tout d’abord, un accompagnement sous forme d’informations, les « 60‘ ». Un expert vient parler d’un sujet, durant 60 minutes, à des entrepreneurs. Ensuite, nous proposons des accompagnements sous forme d’événements comme le « forum 3D ». Ces accompagnements sont des moyens très efficaces de mise en relation entre les différents acteurs. Nous organisons aussi des visites d’entreprises dédiées à la fabrication additive.

F.P. : Un de nos rôles est d’aiguiller les entreprises vers les enjeux du futur. Nous devons annoncer à nos adhérents les sujets qu’ils doivent s’approprier. Nous sommes, à ce niveau-là, des relais d’informations.

P.S. : Le MEDEF permet aussi de regrouper et partager les retours d’expérience. Nous les communiquons vers les entreprises qui en ont besoin, notamment dans le domaine du prototypage ou de l’outillage qui sont des domaines principaux de l’impression 3D, en Bourgogne- Franche-Comté. Nos adhérents ont besoin de ces informations basées sur une expérience concrète, d’échanges entre utilisateurs.

Le MEDEF encourage-t-il les entreprises à franchir le pas ?

P.S. : Nous les incitons les sociétés à s’interroger, à se poser des questions sur l’intégration de la fabrication additive dans leur réflexion stratégique. Nous les aidons aussi à se renseigner sur le sujet.

Quels secteurs vous sollicitent le plus vis-à-vis de cette technologie ?

P.S. : Métallurgie. Alimentaire avec le pôle d’excellence Vitagora, très présent en Bourgogne-Franche-Comté. En fait, l’ensemble des secteurs cherche à s’informer. Par exemple, l’agroalimentaire regroupe aussi l’emballage et l’outillage industriel.

Quel bilan pouvez-vous faire de cette année ?

F.P. : De plus en plus d’entreprises sont intéressées par la fabrication additive au niveau national comme au niveau régional, et dans tous les secteurs. Le sujet est porteur de questions. De nombreuses réunions et événements se développent. Ce ne sont plus uniquement les ingénieurs qui s’y intéressent pour leur curiosité personnelle. Il y a une mobilisation au niveau des directions générales, au niveau des directions industrielles qui est beaucoup plus forte. Le MEDEF s’intéresse aussi à la place de la France au niveau national et bien sûr, à la place de la Bourgogne-Franche-Comté par rapport aux autres régions. Quels sont les moyens de rivaliser avec les régions et les pays qui ont pris de l’avance sur le développement de cette technologie?

P.S. : Quels que soient la région ou le pays, ce secteur a besoin de coordination. Nous percevons trop d’exemples de manifestations qui s’organisent, sans être de véritable relais de communication. Nous avons souhaité nous adosser à la « Semaine de l’industrie », une mobilisation nationale avec des relais en région, pour donner plus de visibilité à ce « forum 3D ».

P.H. : Nous observons une nouvelle dimension, celle de passer de l’intention à l’action. Les demandes sont importantes de la part des adhérents, sur les retours d’expérience par exemple. Pour le MEDEF, il est essentiel de vulgariser et démystifier cette technologie pour l’intégrer dans les processus de fabrication, quels que soient les secteurs d’activité. Le champ d’application de cette technologie est uniquement limité par notre réflexion.

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response