Industries
Now Reading
L’impression 3D aide à sauver une fillette de 5 ans

L’impression 3D aide à sauver une fillette de 5 ans

by Gaëtan Lefèvre27 août 2016
Partage :

Parmi toutes les belles histoires qui tournent autour de l’utilisation de la fabrication additive, nous avons choisi de vous raconter celle de Mia, une petite fille de cinq ans atteinte d’une malformation cardiaque.

Par Giorgio Magistrelli, expert en fabrication additive, gestionnaire d’entreprise et de projets.

 

Mia Gonzalez a 5 ans. Elle est atteinte d’une malformation cardiaque rare appelée « double arc aortique ». Il s’agit en fait d’un petit canal qui relie anormalement les deux aortes et qui passe devant l’œsophage. Ce dernier se retrouve donc comprimé par cet « anneau » qui entoure soit la trachée, soit l’œsophage, et restreint le flux d’air. La vie de Mia était en danger.

Service pédiatrie Nicklaus

Fondé en 1950 par Variety Clubs International, le centre hospitalier pour enfants Nicklaus – partie du système de santé de Miami Children – est spécialisé dans la pédiatrie, avec plus de 650 médecins traitants et plus de 130 sous-spécialistes en pédiatrie. L’hôpital s’est retrouvé face au cas de Mia et a relévé avec brio le défi, grâce à l’impression 3D.

« Le défi chirurgical a été de diviser le double arc aortique afin de sauver la vie de Mia, sans lui faire mal », a déclaré le docteur Redmond Burke, directeur de la chirurgie cardiovasculaire pédiatrique à l’hôpital pour enfants de Nicklaus, à Miami, aux États-Unis. « En imprimant un modèle 3D des vaisseaux de son arc aortique, très complexes, nous avons pu visualiser quelle partie de son arc devait être divisée pour obtenir le meilleur résultat. »

Une planification chirurgicale

La première étape de l’opération a été de représenter à l’aide d’un scanner le coeur de Mia. Grâce à ce scan et au fichier numérique, il a été possible d’imprimer le modèle pour l’opération. « Une fois les données du patient récupérées et analysées à partir de l’IRM ou d’imagerie CT, il est possible d’imprimer un modèle en 3D. Les médecins peuvent créer un modèle avec toutes ses subtilités, les caractéristiques spécifiques et les détails minutieux. Ce travail en amont de l’intervention renforce ainsi la préparation de l’opération, restreint les complications et diminue le temps d’intervention », explique Scott Rader, directeur général des solutions médicales chez Stratasys. Les chirurgiens préfèrent élaborer un plan parfait avant de se lancer dans des opérations complexes. L’impression 3D, grâce notamment à sa précision d’impression, aide grandement à ce travail de préparation. Après l’impression 3D et l’examen du modèle du cœur de Mia, le docteur Burke a déterminé le meilleur plan d’action, soutenu par l’équipe.

Aujourd’hui, Mia est en bonne santé et elle récupère rapidement. « Après quatre ans et demi, le retour à la normale est appréciable. Ce fut une grande expérience pour nous », explique la mère de Mia, Katherine Gonzalez.

La solution d’impression 3D

Au centre hospitalier Nicklaus, les impressions 3D sont réalisées sur une imprimante Objet500 Connex3 Multi-Material 3D de Stratasys. Elles peuvent simuler la même souplesse que celle des organes humains, permettant aux chirurgiens de pratiquer avec précision les opérations chirurgicales. Cette imprimante 3D offre une large gamme de propriétés des matériaux, de la fabrication de modèles anatomiques à la simulation de chair ou de la rigidité de l’os. Sur la base du succès de ces interventions chirurgicales récentes, l’hôpital a installé sa propre imprimante 3D Stratasys.

Imprimante 3d objet500 conexe3 stratasys

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response