Magazine Mardi 18 décembre 2018 - 07:00

Et si la technologie additive nous amenait à voler…

Partagez cette news :

gravity-fabrication-additive-reacteurs-bras

La fabrication additive a été l’une des technologies mises en œuvre pour le développement d’une combinaison de vol par la société Gravity Industries, qui a utilisé les technologies polymère et métal d’EOS pour concevoir un Jet Suit léger et révolutionnaire. Et si la technologie additive nous amenait à voler…

À l’occasion du salon Formnext qui s’est déroulé à Francfort, en Allemagne, du 13 au 16 novembre 2018, le fournisseur de système de fabrication additive EOS a profité de son travail réalisé avec la société Gravity Industries pour organiser un show un peu particulier‑: le vol de démonstration d’un homme équipé d’une combinaison spéciale, le Jet Suit. Si l’Iron Man, comme il fut appelé, n’a malheureusement pas décollé, il a toutefois pu faire la démonstration de l'un de ses « réacteurs à bras ».

Une combinaison de vol révolutionnaire

La société Gravity Industries a été fondée en 2017 avec l’ambition de révolutionner le transport de personnes et d’offrir une expérience unique à l’être humain, en lui permettant de voler. Pour cela, elle a développé une combinaison de vol unique. En instance de brevet, celle-ci a été conçue avec des pièces imprimées en 3D, comme les composants électroniques spécialisés et les cinq moteurs à réaction. Truffée d’innovations, elle offre une performance de 745 kilowatts et peut voler à plus de 70 km/h. La combinaison «­Iron Man­» est composée de six micro-turbines à gaz alimentées au kérosène et d’une poussée de 22 kilos chacune. Elle est contrôlée uniquement par les mouvements du corps.

Image
reacteurs-bras-gravity-fabrication-additive

«­Richard [Browning] et son équipe repoussent les limites du possible. En tant que pionniers de l’impression 3D industrielle, nous partageons la même approche de l’innovation. Pour son Jet Suit, Gravity Industries avait besoin de pièces de grande qualité alliant stabilité et légèreté, et permettant des itérations et une optimisation constantes. C’est là que la fabrication additive intervient­», explique Güngör Kara, responsable de la stratégie digitale chez EOS.

Une combinaison de vol légère et unique

La conception de la combinaison de vol par la société Gravity Industries a été longue et compliquée, de l’optimisation du design à la fabrication des pièces concernées. Pour de nombreux composants, la fabrication additive a été la solution miracle, que ce soit pour des pièces en polymère ou des composants métalliques. La technologie polymère de l’entreprise allemande EOS a permis d’imprimer les routages de câbles, les composants électroniques et les logements de batterie. La technologie métallique a, quant à elle, été utilisée pour les supports de bras et la commande de poussée.

Comme dans de nombreux cas d’applications de la fabrication additive, la technologie a permis de diminuer nettement les coûts, s’agissant de production de pièces uniques, et de réduire le poids des supports de bras de 10­%, notamment en utilisant de l’aluminium plutôt que du titane. L’optimisation de la conception a permis de passer de huit à trois pièces. En parallèle, il a été possible de réduire le nombre de bossages de raccordement, et donc de limiter le risque de défaillance. Enfin, la nouvelle conception bionique a entraîné un allègement de la structure de raccordement ainsi qu’une simplification de l’assemblage.

Image
voler-avec-fabrication-additive-gravity

Un vol record du monde

Grâce à cette combinaison de vol, Richard Browning, pilote d’essai en chef et fondateur de Gravity Industries, a établi en 2017 un record du monde Guinness en volant à plus de 50 km/h sur une centaine de mètres. «­ Lorsque j’ai commencé à réfléchir au Jet Suit, j’ai pensé à l’époque où j’étais dans les Royal Marines, où repousser ses propres limites faisait partie du quotidien. Pour moi, l’innovation, c’est le courage et la capacité à envisager l’impensable. Nous repoussons déjà les limites du possible et construisons l’avenir en innovant chaque jour. La fabrication additive est d’une aide précieuse tout au long de ce parcours exaltant­», commente-t-il. En un an, Gravity a effectué plus d’une cinquantaine de vols dans dix-neuf pays, dont quatre conférences TED.

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive