Dossiers thématiques Art / Bijouterie / Joaillerie

Les secteurs de la bijouterie, de la joaillerie et de l’art ont des besoins qui conviennent parfaitement à la fabrication additive et à l'impression 3D : pièces sur mesure, créations uniques, fabrication à la demande… Le développement de la technologie additive a d’ailleurs transformé le métier de designer. Découvrez, à travers cette rubrique, les applications de la fabrication additive et de l’impression 3D dans les domaines de l’art, de la bijouterie, de la joaillerie, de l’horlogerie...

Aujourd’hui, la bijouterie, la joaillerie, l’horlogerie ou encore l’art comptent parmi les industries utilisatrices de la fabrication additive et des techniques d’impression 3D professionnelle. Les créateurs de bijoux et de montres, par exemple, innovent, inventent et créent de nouveaux produits grâce aux technologies additives. Les principaux matériaux utilisés par ces derniers sont les métaux : alumide, aluminium, cuivre, bronze, or, acier inoxydable, titane… Julien Bernard, designer industriel chez MMB et Volum-e, nous présente son métier et ses créations. La sculpture devient également numérique, et les artistes s’emparent des techniques additives pour bousculer les codes de l’art. Christian Lavigne, par exemple, a imaginé et imprimé l’œuvre Terrordure / Rubbishearth. Il nous présente sa création dans l’article Sculpture numérique et fabrication additive couleur

Une technologie (presque) parfaite

Les avantages de la fabrication additive et de l’impression 3D conviennent parfaitement à ces secteurs : la personnalisation, la création de formes ou de structures complexes, l’amélioration de l’innovation et de la créativité, la fabrication à la demande, la réduction de déchets (notamment pour lors de l’utilisation de matériaux précieux) et la conception relocalisée. L’autre avantage majeur de ces technologies est que les fichiers 3D, la CAO (conception assistée par ordinateur), peuvent être facilement modifiés.

Les designers et les créateurs ont donc vu, grâce à la fabrication additive, des verrous sauter. La possibilité de réaliser des pièces complexes, sans limites (ou presque), ouvre de nouvelles voies à l’imagination et à la création. Il est maintenant possible d’imprimer quel que soit la forme de la pièce dessinée. Il est même possible de réaliser des quantités presque illimitées de détails. Mais tout n’est pas si rose ! Les designers et les concepteurs, que ce soit dans l’art, dans la joaillerie ou dans les industries, se retrouvent confrontés aux mêmes problèmes.

Une conception pas si libre

Le coût ! Évidemment, il s’agit là du nerf de la guerre. Le coût est le premier des freins à l’utilisation de la fabrication additive. Le coût des matériaux, des machines (même s’il est possible de sous-traiter), mais également le coût de formation… Le coût de fabrication comme la qualité d’une impression sont des problèmes essentiels lors de la production d’une pièce finie, pour les artistes comme pour les industriels. La production de bijoux, par exemple, nécessite généralement des machines industrielles, en particulier pour les matériaux métalliques. Les imprimantes de bureau, les machines domestiques classiques, ne conviennent pas à la fabrication de ces pièces. Les designers doivent également doivent également faire face aux limites des machines et de matériaux utilisés. La qualité et la stabilité des matériaux, la qualité de surface, ou encore la taille des objets imprimés, sont autant de limites que les créateurs doivent anticiper. 

Une nouvelle manière de créer

Si la création n’a pas été complètement libérer avec la fabrication additive et l’impression 3D, le travail des designers et des créateurs a énormément évolué. Du jour au lendemain, il est possible de regarder, de toucher et de jouer avec une maquette. La création de forme complexe a également bouleversé le métier de designer. « Pour le designer, la fabrication additive offre une aire de jeu considérable. Il est possible de réaliser des produits étonnants... du jamais vu », explique Julien Bernard, designer industriel chez MMB et Volum-e. Encore une fois l’imagination, l’habilité et l’intelligence permettront de contourner les contraintes, notamment budgétaires.  

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive