Magazine Lundi 17 décembre 2018 - 07:00

Bientôt une imprimante 3D à bord de la station spatiale internationale ?

Partagez cette news :

station-spatiale-internationale-fabrication-additive-nasa

Le projet MELT (Manufacturing of Experimental Layer Technology) a pour but de concevoir, développer et tester une imprimante 3D à bord de la Station spatiale internationale (ISS), dans des conditions de microgravité. Cette imprimante a été développée pour fabriquer des pièces en polymère technique ayant des propriétés mécaniques et thermiques de haut niveau.

Après avoir émis un appel d’offres, l’Agence spatiale européenne (ESA) a récemment reçu un prototype d’imprimante 3D développé par un consortium comprenant Sonaca Space, Beeverycreative, OHB-System et Active Space Technologies. Ce projet MELT montre l’intérêt porté à la fabrication additive dans le secteur spatial. 

La fabrication additive dans l’espace

Le secteur spatial offre de nombreux défis à la fabrication additive‑: de la fabrication de composants à bord d’une station spatiale à la construction d’édifices directement sur la Lune, en passant par l’utilisation de matériaux disponibles en dehors de la Terre. Il existe de fortes relations entre la fabrication additive et le secteur spatial ; l’Agence spatiale européenne s’intéresse elle-même de près à cette technologie. À la pointe des sciences, des technologies et des applications spatiales, cette agence intergouvernementale coordonnant les projets spatiaux menés en commun par une vingtaine de pays européens a pour objet de promouvoir la coopération dans les domaines de la recherche, des technologies spatiales et de leurs applications. L’objectif commun est l’utilisation des applications spatiales à des fins scientifiques et pour des systèmes opérationnels.

L’Agence spatiale européenne a notamment travaillé avec Made in Space pour créer la première imprimante 3D capable de fonctionner en absence de gravité. Bien qu’elle en soit encore au stade du prototype, cette machine pourrait permettre aux astronautes de concevoir toutes sortes de pièces directement à bord de la station spatiale.

Le projet MELT

En 2016, l’ESA a lancé un appel d’offres pour un projet d’impression 3D dans l’espace. Celui-ci a été remporté par un consortium de quatre entreprises européennes composé du fabricant portugais Beeverycreative, de Sonaca Space, d’OHB-System et de l’entreprise Active Space Technologies. Le projet MELT, Manufacturing of Experimental Layer Technology – que nous traduirions par « fabrication d’une technologie, couche par couche, expérimentale » – vise à développer et tester pleinement une imprimante 3D pouvant fonctionner à bord de la Station spatiale internationale. Cette machine a été conçue en respectant, consciencieusement, les exigences très strictes de l’ESA, telles que les matériaux certifiés ainsi que le poids et la taille de la machine. Elle utilise des matériaux polymères techniques aux propriétés mécaniques et thermiques de pointe, comme le PEEK (polyétheréthercétone). L’objectif est d’imprimer des pièces de rechange, à la demande, afin de diminuer le poids du chargement envoyé dans l’espace, à destination de la station spatiale. Ces composants imprimés doivent être en polymère haute performance et de densité inférieure au métal. Les pièces imprimées devront remplacer des pièces métalliques dans de nombreuses applications au sein de la station spatiale.

Image
imprimante-beeverycreative-projet-melt

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive