Magazine Mercredi 7 octobre 2020 - 10:11

L’AFPR devient France Additive

Partagez cette news :

afpr-france-additive-fabrication-association

L’Association française de prototypage rapide et de fabrication additive (AFPR) change de nom pour devenir « France Additive ». Elle entre dans une nouvelle phase de son histoire au service de l’écosystème français de l’impression 3D. L’association connaît aujourd’hui une forte dynamique pour accompagner les évolutions majeures du secteur. Cette nouvelle ère passe par plusieurs gestes forts.

Le nouveau nom de l'AFPR, France Additive, reflète l’évolution des technologies, passées du prototypage rapide à la production également de pièces fi nies. Il symbolise aussi la volonté de l’association de fédérer l’ensemble des acteurs de l’impression 3D en France pour mettre en place des actions communes à l’échelle nationale et mutualiser les savoirs. France Additive, filière impression 3D, dispose d’un nouveau site Internet, www.franceadditive.tech, qui permet à l’ensemble des acteurs de l’écosystème de découvrir les actualités de l’association et d’y adhérer en toute simplicité. L’association se dote également d’un bureau étoffé d’une plus grande équipe, porteuse d’une envie forte de continuer à donner un véritable coup d’accélération à la visibilité et aux actions de l’écosystème.

Une association fondée sur le principe d’indépendance et de confiance

France Additive est au cœur de l’écosystème des acteurs de l’impression 3D en France depuis 28 ans. Elle a été fondée le 17 février 1992 par Yannick Loisance et Dominique Humblot. Il avait été décidé, dès la première assemblée générale de l’association, d’en faire une structure la plus indépendante possible, capable de jouer un rôle véritablement fédérateur auprès de l’ensemble des acteurs de cette filière alors naissante. 

L’association réunit dès ses débuts une communauté active de pionniers de la fabrication additive en France. Nombre de nouveaux adhérents sont issus à l’époque du Club des utilisateurs de stéréolithographie, dont le président, Georges Tallandier. Dans cette continuité, il est élu président de l’AFPR. À ce moment-là, il est l’un des rares experts spécialistes de l’impression stéréolithographie (SLA), utilisateur de la toute-première machine installée en France en 1988. Il est en lien avec Olivier de Witte, Jean-Claude André et Alain Le Méhauté, les trois Français à l’origine du dépôt du premier brevet de fabrication additive.

De son côté, Alain Bernard, alors maître de conférences à l’École centrale Paris, est à l’origine du CREATE, un des quatre centres techniques (avec le CTTM, le CIRTES et BEL 3D) spécialisés à l'époque dans les technologies de développement rapide de produit, et une des rares strctures équipées d’une imprimante SLA dans le monde. Il devient vice-président.

Ce tandem complémentaire, mêlant industrie et académie, devient ambassadeur de l’association et mène un travail de fond aux côtés du bureau de l’association et de ses centaines d’adhérents pour sensibiliser et diffuser les avancées de la fabrication additive en France et dans le monde. Cette volonté forte d’indépendance continue d’être une valeur clé de l’association. Les adhérents sont aussi bien constructeurs qu’utilisateurs, issus du monde industriel, académique, de l’entrepreneuriat, de la formation ou de la création. Ils s’y retrouvent avant tout pour faire rayonner la filière impression 3D et faire naître des projets communs qui valorisent l’intégration de la fabrication additive en France.

Des actions de fond pour structurer et rendre visible l’écosystème français de l’impression 3D

Depuis ses débuts, France Additive est portée par le même objectif central : fédérer et structurer la filière impression 3D française. Les actions de sensibilisation, de diffusion et de mutualisation des savoirs jalonnent donc toute l’histoire de l’association.

Des actions de veille et de partage d’information

Entre 1994 et 2001, l’association crée et publie plus d’une trentaine de numéros de la revue Vigie Prototypage Rapide, première publication de veille du secteur de l’impression 3D. La revue est publiée chaque trimestre et propose une veille internationale fi ne du secteur à destination des acteurs français. La revue paraît jusqu’à l’avènement d’Internet et l’arrivée de médias spécialisés dans le secteur tels qu’A3DM Magazine. L’association contribue également, dès ses débuts, à une liste de diffusion professionnelle nommée RP-mailing qui compte plus de 600 professionnels français et internationaux du secteur qui partagent au quotidien brèves, bonnes pratiques et coordonnées permettant d’informer et de structurer la filière. De nombreux pionniers français et internationaux en font partie, comme notamment Terry Wohlers ou Ian Gibson.

Des actions de visibilité et de réseau

À partir de 1992, l’association organise les Assises européennes de la fabrication additive (AEFA), un événement de référence qui réunit les professionnels de l’écosystème et accueille chaque année de nombreux spécialistes internationaux. L’événement est marqué par un fort axe prospectif, donnant la parole aux acteurs en pointe dans le secteur. Les Assises sont l’opportunité de présenter les derniers travaux de recherche en fabrication additive. Les actes de chaque édition sont ensuite mis à disposition de tous sur le site Internet de l’association, permettant ainsi de diffuser les avancées du secteur. Rapidement, les Assises deviennent le rendez-vous annuel de référence pour l’ensemble de la communauté. L’événement croît à vitesse rapide jusqu’à l’édition de 2001, EuroRP, qui se tient au Parc des expositions à la Porte de Versailles à Paris. Un événement international d’envergure qui préfigure les salons comme 3D Print ou Formnext. En 2003, les Assises reprennent de plus belle, cette fois accueillies par l’École centrale Paris. La prochaine édition aura lieu en 2021. Un événement à ne pas rater.

Image
Trophée_AFPR_Assises_européennes_fabrication_additive_A3DM

Les Trophées de l’AFPR sont décernés à des réalisations exemplaires et innovantes.

Une association au cœur du rayonnement international

En 1996, l’association devient membre fondateur de la GARPA (Global Alliance Rapid Prototyping Association), qui réunit des représentants des pays les plus actifs en fabrication additive. La GARPA jouera un rôle clé dans la diffusion de l’impression 3D à travers le monde, notamment en Afrique du Sud, en Finlande ou encore en Chine. France Additive sera ainsi présente lors des grandes rencontres internationales qui se tiennent annuellement aux États-Unis.

L’association représente également l’écosystème français dans de grands rapports d’étude internationaux comme le rapport Wohlers, « State of Industry », référence du secteur, synthétisant chaque année les avancées majeures de l’impression 3D française dans une section détaillée.

Une association au service de la normalisation de l’impression 3D

Consciente du besoin fort de normalisation du secteur pour permettre son intégration industrielle, l’association participe à la création des groupes de travail de normalisation au niveau national et international, que de nombreux adhérents rejoignent et animent très tôt. Depuis le début, Éric Baustert, de la société Volum-e, assure l’animation de ces groupes au niveau national et européen. L’association joue un rôle-clé dans les échanges internationaux en permettant aux experts français d’être positionnés rapidement sur ces sujets et de mener les échanges. Les questions de normalisation continueront d’être un sujet fort porté par les adhérents de France Additive.

France Additive, vers une structuration de l’écosystème français de l’impression 3D

La crise de la Covid-19 a révélé le fort besoin de créer un écosystème réuni au sein d’une structure commune, capable de mailler les acteurs et de porter au niveau national les actions et les savoir-faire. France Additive est portée par cette vision.

Placer la fabrication additive au cœur de l’industrie du Futur

L’impression 3D est encore trop peu intégrée aux programmes industriels nationaux. Un travail de fond est à mener pour placer la fabrication additive au cœur de l’industrie du futur. Ces actions, qui ne pourront être menées que d’une voix commune et appuyée par l’ensemble de l’écosystème, font l’objet des réflexions de l’association. Les adhérents sont invités à participer aux échanges pour faire du secteur une des pierres angulaires de la construction du monde industriel français des prochaines années. « France Additive est un nouveau départ pour la filière impression 3D pour ces 20 à 25 prochaines années », affirme Alain Bernard, président d’honneur de France Additive. À l’heure du renouveau de l’industrie française, il est plus que jamais essentiel de donner une voix et une visibilité forte à la filière impression 3D.

Devenir un acteur fort de la transition

Le vert du nouveau logo de France Additive s’inscrit dans la continuité des couleurs de l’AFPR, mais fait aussi écho aux questions de transition écologique. L’impression 3D est une des technologies clés des politiques de développement durable, porteuse de promesses d’emplois et d’innovation à effet positif. L’association souhaite encourager la réflexion et la mutualisation des savoirs sur ces sujets de recherche et de développement (R&D) qui détermineront les années à venir. 

Une approche communautaire et collaborative France Additive met en place des outils pour la communauté des adhérents afin de donner accès à la veille sectorielle, favoriser les échanges et partager les retours d’expérience de chacun. C’est bien là toute l’approche de France Additive : mettre à disposition un ensemble d’outils, de ressources et d’actions pour donner naissance à un véritable écosystème soudé des acteurs de l’impression 3D.

Les objectifs de France Additive, filière impression 3D, sont donc aujourd’hui triples :

  • Fédérer la communauté grandissante des acteurs de l’impression 3D.
  • Rendre visible l’écosystème français de l'impression 3D et mettre en place des actions communes.
  • Devenir une plateforme de diffusion d’informations et de services pour les adhérents.

Nous faisons donc appel à l’ensemble des acteurs de l’impression 3D en France. Rendez-vous sur www.franceaditive.tech pour adhérer à l’association et contribuer au développement de l’impression 3D en France.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

L’article que vous venez de lire est issu d’A3DM Magazine, la revue de référence en fabrication additive et en impression 3D. Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive