Magazine Dimanche 14 juin 2020 - 21:02

Comment financer votre passage à la fabrication additive ?

Partagez cette news :

financement-impression-3D-europe

L’accès au financement est aujourd’hui l’un des plus grands défis pour les entreprises et les industries. Dans ce domaine, la Commission européenne joue un rôle important pour soutenir le développement de la technologie. Voici quelques instruments de financement de l’innovation.

Les entreprises à la recherche de financements se tournent souvent vers les business angels, appelés aussi « investisseurs providentiels », et/ou les fonds de capital-risque. Les financements ne sont pas faciles à obtenir. Les investisseurs se concentrent souvent sur des secteurs spécifiques. Ils regardent de près le développement de l’entreprise ainsi que sa localisation géographique. L’accès au financement est l’un des plus grands défis pour les entreprises technologiques.

Fonds d’investissement axés sur les technologies et la fabrication additive

Les investissements globaux pourraient être générés par le capital-risque, le capital-risque d’entreprise, le capital-investissement et business angels. Nous proposons de cibler les plus pertinentes pour le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, c’est-à-dire les investissements axés sur les technologies avancées et la fabrication – et pas uniquement sur la fabrication additive.

Les fonds technologiques sont des fonds communs de placement qui se concentrent sur un panier d’actions dans le secteur des nouvelles technologies. Ce dernier regroupe les fournisseurs de logiciels, de matériels, de services et d’électronique. Les fonds d’actions les plus pertinents en termes d’actifs sont notés dans le tableau ci-contre.

Image
fonds-investissement-fabrication-additive

Fonds d’actions technologiques les plus pertinents en termes d’actifs

Se lancer en Europe et à l’international

Les fonds d’actions restent toutefois des investissements volatils. Il est donc intéressant d’évaluer les sources de financement du Conseil européen de l’innovation (European Innovation Council - EIC). Parmi ceux-ci, l' « EIC Accelerator » (anciennement connu sous le nom de « Instrument PME » ou « SME Instrument ») et la « Fast Track to Innovation » (« Voie rapide vers l’innovation ») sont deux projets ciblant les produits, les services, les processus ou les modèles commerciaux radicalement nouveaux et révolutionnaires.

L’« EIC Accelerator » du Conseil européen de l’innovation

Entre 2018 et 2020, dans le cadre du programme « Horizon 2020 », le projet pilote EIC a financé à hauteur de 3 milliards d’euros des innovations créatrices de nouveaux marchés. Renommé « EIC Accelerator », il propose une prise de participation optionnelle en complément d’une subvention. Les entreprises innovantes peuvent demander une aide – jusqu’à 17,5 millions d’euros – sous forme de subventions et de fonds propres. Celle-ci sera comprise entre 0,5 et 2,5 millions d’euros, auxquels s’ajoutent des prises de participation qui pourront atteindre 15 millions d’euros. Les entreprises peuvent également, si la demande est justifiée, solliciter un montant supérieur. Les projets durent généralement entre 12 et 24 mois, mais ils pourraient être plus longs dans des cas exceptionnels.

L’« EIC Accelerator » fait partie du projet pilote du Conseil européen de l’innovation (EIC), qui aide les petites et moyennes entreprises (PME), les start-ups et, depuis le 5 juin 2019, les entrepreneurs à haut risque et à fort potentiel. Son objectif est d’accompagner ceux-ci dans leur développement et la mise sur le marché de nouveaux produits et services ou de modèles commerciaux innovants susceptibles de stimuler la croissance économique. Les entreprises qui seront sélectionnées pour ce projet recevront un financement et des fonds propres optionnels, un coaching et un mentorat pour développer leurs innovations, ainsi que des services d’accélération supplémentaires pour se mettre en relation avec d’autres investisseurs, des entreprises et des entrepreneurs aux vues similaires. Indirectement, le projet leur permet également de gagner en visibilité et d’augmenter leurs chances de succès sur les marchés européens et internationaux. L’« EIC Accelerator » aide les entrepreneurs à transformer un concept en un produit, un service ou un processus prêt à être mis sur le marché, c’est-à-dire comprenant un niveau de maturité technologique TRL entre 6 et 8 (voir schéma ci-dessous). Cette aide peut porter sur la conception d'un prototype, sur la validation, la démonstration et la réalisation de tests en condition réelle, etc.

Image
niveau-maturite-impression-3d

Recevoir le financement « EIC Accelerator »

Les entreprises qui postulent doivent être établies dans un État membre de l’Union européenne ou un pays associé au projet « Horizon 2020 ». Les grandes entreprises, les centres de recherche et les entrepreneurs ne peuvent pas postuler directement ; ils doivent participer à des projets en tant que sous-traitants ou tierces personnes. Les candidats doivent d’abord soumettre une proposition de leur projet, qui sera évaluée à distance par quatre experts indépendants. Ils sont invités à s’inscrire et à soumettre leur proposition sur le portail de financement et d’appels d’offres d’« Horizon 2020 ». Les procédures y sont également définies. Les bureaux régionaux du réseau Enterprise Europe Network constituent également une source de renseignement. Les équipes sélectionnées seront invitées à Bruxelles, en Belgique, pour présenter leur projet devant un jury. L’« EIC Accelerator » est un appel ouvert en continu avec des dates indicatives qui peuvent changer.

Depuis le 5 juin 2019, l’« EIC Accelerator » propose un financement mixte sous la forme d’un investissement optionnel en fonds propres en plus de la subvention aux PME à but lucratif uniquement. Les subventions financeront les activités ayant un TRL compris entre 6 et 8. Les activités supérieures au TRL 8 pourront postuler uniquement à des financements mixtes. Les candidats sont donc invités à indiquer leur souhait ainsi que le montant demandé, dans un souci d’équité.

L’investissement maximum est, sous forme de capitaux propres, de 15 millions d’euros. Le coaching et le mentorat sont des services annexes, gratuits, pour aider les entreprises à se développer et à croître. Ceux-ci sont ouverts à toutes les petites entreprises clientes de l’EIC, pendant le déroulement du projet. Le coaching couvre le développement des affaires, le développement organisationnel, la coopération et le financement. Les PME participant à l’« EIC Accelerator », à la « FTI » ou au « Pathfinder (voir ci-dessous) se voient offrir jusqu’à 12 jours de coaching, facilité par le réseau Enterprise Europe Network (EEN). Enfin, d’autres services d’accélération commerciale sont proposés, sous forme de partenariats et de mise en réseau, avec des investisseurs, des grandes entreprises et d’autres PME clientes. Ceux-ci se produisent à travers des événements spécifiques et via la communauté Web EIC.

Image
eic-accelerator-impression-3d-financement

Critères et évaluations

Au sein de l’initiative « EIC Accelerator », toutes les propositions sont soumises à trois critères d’attribution :

  • Excellence : le projet possède un fort potentiel d’innovation, dépasse l’état de l’art et une forte valeur ajoutée.
  • Impact : l’innovation possède une dimension internationale et répond à un besoin pressant sur les marchés européens et mondiaux. Elle générera des revenus et créera des emplois.
  • Mise en oeuvre : le plan de travail est efficace et cohérent avec un calendrier réaliste. L'équipe a la compétence technique et commerciale pour livrer le projet.

Les projets devront ensuite passer par deux étapes d’évaluation. À l’étape 1, les propositions sont évaluées à distance par quatre experts-évaluateurs. Ceux-ci sont soigneusement choisis pour garantir que les propositions seront évaluées de manière indépendante par des spécialistes de différents domaines : industriel, affaires et finance. Les propositions sont ensuite notées et classées. Tous les candidats sont informés du résultat par le biais du portail des participants, avec une lettre et un rapport de synthèse d’évaluation (ESR). Les entreprises qui franchiront cette étape de sélection initiale seront invitées à présenter leurs projets devant un jury composé d’environ 15 % de business angels, 20 % d’entrepreneurs, 20 % de capital-risqueurs ainsi que d’autres experts provenant de grandes entreprises et de pôles d’innovation. Cette étape 2 complète la première évaluation afin de prendre pleinement en compte les qualités personnelles et les motivations des candidats. À ce stade, 50 % des entreprises seront sélectionnées pour un financement. Les entretiens se font en anglais et durent 30 minutes. Une période de questions-réponses pourra être accordée pour les propositions demandant un financement mixte.

    Autres instruments de financement de l’innovation dans le cadre de l’EIC

    Les entreprises peuvent également envisager d’autres instruments de financement de l’innovation dans le cadre de l’EIC, comme la « Fast Track to Innovation » (FTI), l’« EIC Pathfinder (FET)-Open » ou encore les prix « Horizon ». Pilotés par la direction du Conseil européen de l’innovation améliorée (Enhanced European Innovation Council), ceux-ci entrent dans le cadre du « projet pilote amélioré EIC » de l’Union européenne. 

    Accès rapide à l’innovation avec « Fast Track to Innovation » (FTI)

    L’initiative « Fast Track to Innovation » (FTI) est un programme de soutien à des projets d’innovation technologique, quel que soit le secteur ou l’application. Elle aide les entreprises à co-créer et tester des produits, des services ou des processus commerciaux révolutionnaires qui ont le potentiel de révolutionner des marchés existants ou de créer de nouveaux marchés. Elle s’appuie sur les enseignements tirés du précédent projet pilote EIC lancé fin 2017. Cette initiative devrait favoriser une coopération transdisciplinaire et intersectorielle. Ses objectifs du FTI sont les suivants :

    • réduire le temps de mise sur le marché d’une innovation ;
    • stimuler la participation des nouveaux candidats au financement ;
    • et accroître les investissements du secteur privé dans la recherche et l’innovation.

    Les projets soumis doivent regrouper des consortiums comprenant entre trois et cinq entités juridiques établies dans au moins trois États membres de l’Union européenne ou pays associés au programme « Horizon 2020 ». Les actions doivent être menées par les entreprises elles-mêmes car les financements visent à donner une dernière impulsion avant de lancer les innovations sur le marché. Ouvert en novembre 2017, il durera jusqu’en octobre 2020 et implique :

    • soit l’allocation d’au moins 60 % du budget aux acteurs industriels du consortium ;
    • soit la présence d’un nombre minimum de deux acteurs de l’industrie dans un consortium de trois ou quatre partenaires, ou de trois acteurs de l’industrie dans un consortium de cinq partenaires.

    Les programmes de financement « EIC Pathfinder » (FET)

    Le programme amélioré EIC comprend également l’initiative « Pathfinder for Advanced Research », qui rassemble sous le même cadre les programmes de financement « FET-Open » et « FET-Proactive ». Il s’agit de subventions allant jusqu’à 4 millions d’euros pour promouvoir la recherche et l’innovation collaboratives et interdisciplinaires sur les technologies futures. Ces subventions concernent des consortiums d’au moins trois entités de trois États membres et pays associés différents. L’« EIC Pathfinder » comprend des « appels ciblés » basés sur des thématiques ou des défis identifiés dans le programme de travail (Work Program) de l’EIC, tels que l’intelligence artificielle, les dispositifs et les matériaux autonomes implantables et la production d’énergie zéro émission pour une décarbonisation complète.

    L’« EIC Pathfinder » fournit également des subventions « FET Innovation Launchpad » allant jusqu’à 100 000 euros pour de courtes actions individuelles ou collaboratives et, l’« EIC Transition to Innovation Activities » allant 2 millions d'euros pour transformer les résultats prometteurs des projets financés par le FET en véritables percées technologiques ou sociétales. Le pilote « EIC Pathfinder » dispose d’un budget total d’environ 660 millions d’euros pour 2019-2020.

    Prix « Horizon »

    Les prix « Horizon », également nommés « prix d’encouragement », offrent une récompense financière au gagnant d’un défi prédéfini. Il est présenté comme un « objectif ambitieux permettant de résoudre un défi majeur auquel la société est confrontée, sans préciser comment ni qui doit le relever ». Il vise à stimuler l’innovation et à trouver des solutions aux problèmes importants pour les citoyens européens. Les prix « Horizon » sont différents, par exemple, du prix Nobel et du prix Sakharov qui célèbrent des réalisations passées. Ceux-ci sont une façon éprouvée de soutenir et d’accélérer les changements. Ils sont ouverts à toutes personnes désireuses de sortir des sentiers battus dans tous les secteurs et toutes les disciplines. Le prix est décerné à celui qui relève le mieux le défi. Ils sont devenus un moteur important de l’innovation dans les secteurs public, privé et philanthropique du monde entier, avec de nombreux objectifs :

    • Développer les innovations qui sont bloquées sur les voies traditionnelles, telles que les subventions ou les achats.
    • Attirer des innovateurs « inhabituels » ayant peu accès aux autres financements.
    • Offrir aux innovateurs la possibilité de prendre des risques et de forger de nouveaux partenariats.
    • Développer de nouveaux produits et services durables.
    • Susciter de la curiosité sur une question ou une thématique prédéfinie.
    Contenu Encadré

    En France et en Europe

    La Commission européenne est un soutien de poids pour le développement technologique dans ses pays membres. Chaque pays possède également ses outils nationaux – qui sont souvent en relation avec la Commission européenne. En France, la Bpifrance, Banque Publique d’Investissement, accompagne les entreprises et aide à financer de nombreux projets. Le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) piloté par le Commissariat général à l’investissement (CGI), par exemple, finance des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois. Il a pour objectif de répondre à quatre défis majeurs de la France : la neutralité carbone, l’accès à l’emploi, la compétitivité par l’innovation et l’État numérique. Mais, à l’heure actuelle, Bpifrance et les autres investissements se concentrent sur la protection de l’économie nationale et des entreprises pendant et après la crise du coronavirus Covid-19. Émilie Garcia, responsable Domaine Écotechnologies (direction des filières industrielles de Bpifrance), décrypte les financements accompagnant les entreprises en innovation ici.

    Puisque vous êtes là...

    ... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

    L’article que vous venez de lire est issu d’A3DM Magazine, la revue de référence en fabrication additive et en impression 3D. Pourquoi vous abonner ?

    • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
    • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
    • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

    Je m'abonne

    Newsletter

    Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive