Magazine Lundi 6 décembre 2021 - 10:03

Innover et creer en fabrication additive

Partagez cette news :

innover_et_creer_en_impression_3D

L’intégration d’une innovation technologique n’est pas toujours suivie d’un cheminement créatif. La fabrication additive est une technologie jeune et unique qui nécessite une réflexion sur ses notions. Comment donc stimuler la capacité créative des individus, dans le contexte spécifique de la fabrication additive ? Explication !

La créativité et l’innovation ne se limitent évidemment pas aux industries dites « créatives » citées dans les articles précédents de ce dossier. Chaque industrie innove, avec plus ou moins de moyens et de succès. Les entreprises innovent car elles sont attirées par de nouvelles technologies ou pour répondre à de nouveaux besoins. Mais, si les messages de communication vantent souvent de nouveaux produits très innovants, la réalité est bien différente. Innover ou créer n’est pas si simple ! Et si la technologie offre des outils pour changer, créer, inventer, lancer de nouveaux produits, elle n’est pas toujours pleinement exploitée. Tel est le cas pour la fabrication additive.

La fabrication additive est une technologie jeune, pas complètement mature, et dont l’ensemble des applications n’a pas encore été découvert. Nous devrions d’ailleurs parler DES technologies de fabrication additive, car celles-ci peuvent être très diverses : procédés éprouvés comme le dépôt de matière fondue (FDM) pour le polymère, le frittage laser sur lit de poudre métal (SLM) ou encore projection de poudres métalliques (DED), celles en cours de développement ou qui ont récemment fait leurs preuves comme la technologie WAAM, mais aussi celles à venir. Elles ont cependant toutes en commun de naître du numérique et d’offrir la possibilité de concevoir des formes complexes, personnalisées ou sur mesure. Comme nous l’avons décrit dans l’article précédent, « La fabrication additive dans les industries créatives », la technologie – dans sa globalité – permet aux industriels, ingénieurs, designers, makers... d’être innovants. Mais comment être créatif et à qui profite l’innovation ? Il est apparu nécessaire d’accompagner les entreprises sur ces questions.

Quels bénéfices pour les usagers ?

La genèse et la jeunesse de la fabrication additive apportent un élément particulier à cette technologie : celle-ci se développe en parallèle de sa recherche de valeur d’usage, c’est-à-dire de ses applications possibles. Aujourd’hui, les industries intègrent les innovations technologiques dans le but de réduire leurs coûts, d’améliorer leurs processus de fabrication ou leurs produits. La création de nouveaux produits ou services qui tirent parti de l’innovation technologique et répondent à un besoin reste un phénomène beaucoup plus rare. Pour cela, il faut que les entreprises, notamment les services chargés du développement de nouveaux procédés et de nouveaux produits, prennent en compte la notion de « valeur d’usage » et intègrent les usagers dans leur démarche. Cette démarche est appelée « innovation par l’usage », par opposition à l’« innovation par la technologie ». La valeur d’usage d’une technologie désigne le bénéfice potentiel que celle-ci apportera à ses usagers. Ce bénéfice est avéré lorsque les produits ou services issus de cette technologie sont adoptés par le marché. Ces notions sont abordées par Anne-Lise Rias, consultante en innovation design et recherche, dans sa thèse Créativité par et pour la fabrication additive et dans un MOOC pour la plateforme « AddUp Academy » (voir les références).

La recherche de valeur d’usage doit être l’un des principaux objectifs à viser, en parallèle du développement ou de l’acquisition d’une nouvelle technologie. C’est le rôle des services « Innovation » des entreprises qui font généralement le lien entre les experts techniques et les clients. Les entreprises qui souhaitent intégrer ou qui ont intégré la fabrication additive doivent s’engager dans des démarches particulières qui sont celles de développer les capacités de créativité de leurs équipes pour tirer le meilleur profit de cette technologie.

C'est une nouvelle stratégie à développer :

  • en impliquant les usagers au plus tôt et tout au long de la démarche, en allant de l’expression du problème à résoudre aux évaluations des différentes solutions proposées ;
  • en portant une réflexion sur la valeur d’usage et l’innovation par l’usage lorsqu’une nouvelle technologie est intégrée ;
  • en croisant les points de vue des différents services de la société ;
  • en intégrant les réflexions sur la valeur d’usage à la stratégie globale de l’entreprise, sur le long terme.

Comment mener un cheminement créatif ?

La créativité est la capacité, la faculté d’invention et d’imagination. Elle est un cheminement de pensée qui permet d’apporter de nouvelles idées pertinentes. Le processus créatif s’intègre dans un environnement, un espace-temps et un groupe d’individus. Il s’ancre dans des compétences et des savoir-faire. Il peut suivre des processus prédéfinis, guidés et méthodiques. Les moyens alloués et les méthodes utilisées pour développer la créativité sont différents d’un acteur à un autre et définiront le type et la complexité du projet.

Des modèles de cheminement créatif ont été imaginés sous la forme de systèmes. En comprenant ses mécanismes, les entreprises sont devenues capables d’identifier des leviers pour améliorer la capacité créative de leurs collaborateurs. En résumé, le meilleur moyen d’innover est de considérer la créativité comme un système. Ce « système créatif » peut être basé sur trois piliers, qui sont autant de leviers sur lesquels on peut agir pour doper sa capacité créative :

Lire la suite.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

L’article que vous venez de lire est issu d’A3DM Magazine, la revue de référence en fabrication additive et en impression 3D. Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive