Magazine Mardi 30 novembre 2021 - 20:45

Rencontre avec Joël Rosenberg, directeur du développement France de l'EIT Manufacturing

Partagez cette news :

Joël Rosenberg impression 3D

Joël Rosenberg a rejoint EIT Manufacturing comme « Directeur du développement France ». Il est chargé de développer l’écosystème d’innovation français au sein de cet organe de l’Union européenne. Il nous présente cette émanation de la Commission européenne, huitième filiale de l’EIT (l’Institut européen pour l’innovation et la technologie), dédiée aux très hautes technologies, au digital et au manufacturing.

Diplômé de l’École Polytechnique, de Sup’Aéro, du MIT, de la SFAF et du CIIA (équivalent européen du diplôme américain d’analyse financière CFA), Joël Rosenberg commence sa carrière à la DGA comme chargé du développement des systèmes de missiles futurs. Il est rapporteur général, en 1993, des travaux de la Commission présidée par Michel Pebereau sur « le capitalisme français du 21e siècle » (à l’Institut de l’Entreprise) et de la commission Henri Martre sur « Technologies et armes futures » (à la Fondation pour les Études de Défense). Il rejoint la même année la Compagnie Financière Edmond de Rothschild Banque comme banquier d’affaires : il conseillera l’État pour la création de RFF ou le tandem Lagardère-Daewoo pour la privatisation du groupe Thomson. Il est nommé, en 1996, conseiller innovation du gouvernement du premier ministre Alain Juppé. Durant ce mandat, il négocie avec la Commission européenne le cinquième programme cadre de R&D, et il met en place, en France, les trois premiers fonds nationaux d’amorçage et les FCPI (Fonds Communs de Placement pour l’Innovation). Il est aussi l’un des fondateurs de l’organisation Croissance Plus qui regroupent les sociétés de forte croissance. En 1997, il rejoint Société Générale AM et créé le département « private equity and ventures » qu’il dirigera jusqu’en 2005. Il rejoint ensuite le ministère de la défense où il sera chargé des montages financiers complexes et des PPP (partenariats public-privé). Il est le collaborateur de Christian Piotre, Secrétaire Général pour l’Administration, et du général Jean-Louis Georgelin, Chef d’État-Major des Armées. Il rejoint ensuite la DGA comme directeur immobilier, puis directeur des études stratégiques et de l’innovation. En 2015, il rédige un rapport sur la fabrication additive qu’il actualisera en 2020. Il anime ensuite les travaux d’Alliance- industrie-du-futur sur l’industrie 4.0. En 2019, il est membre du comité d’investissement de BNP Paribas Développement, il conseille également la société Soladvent et son Président Thierry Lepercq sur le développement d’une offre massive d’hydrogène sur l’Europe de l’ouest et du nord. Le 5 juillet 2021, il a rejoint l’EIT Manufacturing pour développer les activités France de cette organisation qui est une émanation de la Commission européenne dédiée aux très hautes technologies, au digital et au manufacturing.

L’EIT Manufacturing est une communauté d'innovation soutenue par l’Institut européen d'innovation et de technologie (IET). Cet organe de l’Union européenne a pour objectif de croître en Europe et de développer l’écosystème d›innovation dans les différents pays. L’EIT Manufacturing compte cinq grandes régions (CLC), avec des bureaux en Allemagne, en Suède, en Autriche, en Italie et en Espagne, et plus de 65 organisations partenaires, dont des universités, des instituts de recherche et des entreprises. La France fait partie de la région ouest-Europe (CLC West), qui comprend également l'Espagne et le Portugal et dont

le siège est situé à Donostia-San Sebastián. EIT Manufacturing West compte actuellement 15 membres, dont les entités françaises Arts et Métiers Paris Tech (Université ENSAM), École Centrale de Nantes, Grenoble INP (Université Grenoble Alpes), CEA, CT-IPC, Fives Group, ESI Group et le regroupement industriel Aerospace Valley, ainsi que plusieurs entreprises participant déjà à ses activités. Pour atteindre cet objectif, l’EIT a annoncé la nomination de Joël Rosenberg au poste de directeur du développement pour la France. Il développe les initiatives de l’IET Manufacturing dans le pays, participe aux programmes-cadres français et veille à ce que l’ensemble des opérations et développements en France reste aligné sur l'agenda stratégique français.

Pouvez-vous nous présenter l’EIT Manufacturing ?

Né en 2019, l’EIT Manufacturing appartient à l’EIT qui est l’Institut européen pour l’innovation et la technologie. Il s’agit de la huitième filiale, dernière-née, qui est une volonté de la Commission européenne de créé une organisation plus proche des problématiques de terrain et de la vie des entreprises, au contact des acteurs. Celle-ci doit diffuser les meilleurs pratiques et technologies auprès des industriels, dont la fabrication additive est complétement centrale dans l’organisation car elle est un des composants essentiels de la smart industrie. Trois piliers permettent de réaliser ces objectifs.

  • Innovation. L’EIT cofinance des projets d’innovation par des subventions – en dotation propre – de plusieurs dizaines de millions.
  • Éducation. L’EIT cofinance, labellise et émet des formations avancées dans le domaine du digital et du manufacturing.
  • Capital-risque. L’EIT développe une palette de services, y compris financiers pour les entreprises de haute technologie dans les domaines du digital et manufacturing.

Mon rôle est de promouvoir l’EIT Manufacturing, mais aussi d’accompagner les industriels à passer à l’industrie du futur, à digitaliser leur process, à intégrer des ateliers flexibles, intelligents... de manière à être le plus efficace et compétitif possible.

L’EIT Manufacturing est la seule des huit filiales européennes à posséder son siège à Saclay, en France. Aujourd’hui, l’organisation possède soixante-cinq membres européen dont sept français : Five, ESI Group, l’École des Arts et métiers, les industries du Mont-Blanc ou encore le pôle de compétitivité Aerospace Valley. Il faut être membre pour pouvoir prétendre aux subventions des projets innovants.

En marge du salon Global Industrie, le contrat stratégique de la filière « Solutions Industrie du Futur » (SIF) a justement été signé. Les objectifs sont similaires...

Lire la suite.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

L’article que vous venez de lire est issu d’A3DM Magazine, la revue de référence en fabrication additive et en impression 3D. Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive