Magazine Mercredi 19 mai 2021 - 16:42

Paris Saclay Hardware Accelerator, la plateforme du futur du plateau de Saclay

Partagez cette news :

Crédits : PSHA

Située à Saulx-les-Chartreux, dans l’Essonne, la plateforme PSHA (Paris Saclay Hardware Accelerator) a ouvert ses portes en novembre 2020. Elle accompagne les entreprises dans le développement de leurs projets innovants, de la conception à l’industrialisation. Cette structure s’appuie sur une colocalisation des compétences et une usine du futur qui combine fabrication additive, usinage et bientôt 5G. A3DM Magazine s’est rendu au sein du premier accélérateur industriel en France. 

En février dernier, à l’occasion de la première de l’émission Imprimez votre Futur, A3DM Magazine s’est rendu à Saulx-les-Chartreux, dans l’Essonne, pour découvrir le Paris Saclay Hardware Accelerator (PSHA). Derrière le bâtiment en rénovation, des champs à perte de vue. Ce n’est que lorsque les portes s’ouvrent que se révèle la modernité de l’endroit. Des portiques de sécurité vous accueillent dans un grand espace à la décoration moderne et épurée. Il s'en dégage de l’espace une ambiance semblable à celle d’un espace de coworking  : décontractée, mais professionnelle. Une vitrine laisse apparaître un ensemble de machines d’usinage et de fabrication additive qui se dressent dans l’atelier. Au-dessus, une mezzanine débouche sur les box mis à la disposition des entreprises en résidence. Le hall est un espace paisible, propice à la décontraction. Dans un coin de la pièce se trouvent des fauteuils bordeaux et bleu canard idéals pour discuter avec les deux fondateurs sur cet espace dédié à l’usine du futur

Un accélérateur hardware

Le PSHA est une plateforme qui accompagne les entreprises dans le développement de leurs projets grâce aux nombreuses technologies de fabrication dont la fabrication additive. Elle les accueille en résidence le temps de développer leur projet hardware. Mais, le PSHA n’est ni un incubateur, ni un fablab, et encore moins un mélange des deux. « Ici, il y a deux mots tabous : incubateur et fablab », nous confesse dans un sourire Bertrand Marquet, cofondateur de la plateforme. Le Paris Saclay Hardware Accelerator est, dans un premier temps, la rencontre entre deux projets innovants : d’un côté, les Garages XYZ, un accélérateur industriel, et de l’autre, EPrint3D, un service d’impression 3D en ligne associé à un bureau d’études. Le PSHA n’est donc ni un espace de fabrication de prototypes comme peut l’être un fablab, ni un incubateur à long-terme pour les jeunes start-up. Il est un lieu pour accélérer le développement et la préindustrialisation d’un produit, et un espace pour concrétiser des projets techniques grâce à la fabrication additive.

Il propose une résidence aux entreprises sous la forme d’un abonnement. Chaque projet est étudié puis devisé en fonction de sa complexité. « Nous accueillons tous types d’entreprise, de la toute jeune start-up aux grandes entreprises », nous explique Alain Moinat, cofondateur de la plateforme. Un référent unique est attribué à chaque entreprise résidente, lequel l’accompagne pendant toute la durée du développement. Elle obtient également un accès à l’atelier, un espace pour le développement d’un prototype, et à la micro-usine du futur, pour la préindustrialisation et l’industrialisation du produit. Toutes les compétences sont réunies en un seul endroit. « Aujourd’hui, il est compliqué pour une entreprise d’industrialiser son projet. Il nous est donc venu l’idée de colocaliser toutes les compétences pour favoriser les échanges et faciliter la validation des idées », précise Alain Moinat. Ce regroupement des compétences facilite les relations entre les différentes parties incluses dans le développement du produit.

Lire la suite...

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

L’article que vous venez de lire est issu d’A3DM Magazine, la revue de référence en fabrication additive et en impression 3D. Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive