News Samedi 10 octobre 2015 - 13:03

Boeing utilisera le métal le plus léger au monde

Partagez cette news :

Le laboratoire Hughes Research (HRL) travaille depuis plusieurs années pour concevoir la structure métallique la plus légère au monde, le micro-lattice. Le groupe aéronautique Boeing vient de publier une vidéo de présentation de ce métal. Composé de 99,99 % d’air, ce dernier est assez léger pour reposer sur un pissenlit. Une propriété remarquable qui lui assure un énorme potentiel de compression. Et cette légèreté n’enlève rien à ses capacités de résistance. Un métal qui devrait principalement être utilisé dans la fabrication des avions et autres véhicules du futur.

« Le micro-lattice est une structure 3D en polymère à alvéoles ouvertes. Elle peut être comparée à la structure osseuse humaine. Dans votre corps, la partie extérieure de l’os est très rigide, mais la partie intérieure est, généralement, creuse avec une structure cellulaire non compacte, pour que les os ne cassent pas facilement. Solides et légers à la fois. », explique, dans la vidéo présentée par la société Boeing, Sophia Yang, chercheuse aux laboratoires HRL. « De toutes ses propriétés, il y en a deux qui sortent du lot. La première est la compression, c’est-à-dire la capacité à absorber l’énergie. Et la seconde, la légèreté du fait de sa structure creuse ».

Le micro-lattice est l’un des matériaux les plus légers et résistants développés à l’heure actuelles. Le groupe d’aéronautique Boeing pourrait ainsi construire des appareils plus légers permettant ainsi une consommation réduite de carburant.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive