News Lundi 9 novembre 2020 - 20:45

Satair imprime et certifie une pièce aéronautique

Partagez cette news :

fabrication-additive-metal-aeronautique-satair

Satair, filiale d’Airbus et distributeur de pièces aéronautiques, a imprimé et certifié une pièce d’ailes d’avion que la société a décrit dans son communiqué comme « la première pièce de rechange en métal certifiée et imprimée en 3D ». La conception de cette pièce en fabrication additive a permis de réduire les coûts de production de 45 %, tout en optimisant les temps de fabrication / livraison. Présentation.

La pièce réalisée par Satair est fixée aux quatre extrémités des ailes de l’avion A320ceo – babord, tribord, supérieure et inférieure. N’étant plus disponible auprès de son fournisseur initial, le constructeur aéronautique a donc dû trouver une alternative pour remplacer cette pièce. Il s’est tourné vers la filiale d’Airbus, Satair, qui a étudié plusieurs options possibles pour reconcevoir cette pièce en titane. La re-conception pour la technologie d'usinage impliquait des coûts et des délais de fabrication / livraison élevés et non compétitifs. Le distributeur a donc pensé à utiliser la fabrication additive métal. Il a toutefois fallu estimer les coûts et le temps pour la qualification de la pièce. « Après une courte pré-évaluation, la pièce a été remise aux bureaux d'études de RapidSpares chez Airbus. Grâce à un nouveau processus de certification, ils ont pu re-certifier l'ancienne pièce moulée en cinq semaines et l'adapter au titane. Ce matériau utilisé en fabrication additive est qualifié pour l'aéronautique. Le délai de certification pour ces pièces devrait se réduire encore plus à l'avenir, une fois que la technologie se sera standardisée », a expliqué Felix Hammerschmidt, HO Additive Manufacturing Satair.

Image
piece-titane-impression-3d-metal-satair

L'impression de ces pièces d’avion a été réalisée dans l'atelier de Reference Manufacturing d'Airbus Filton. Quatre pièces, soit un ensemble complet pour un avion, sont imprimées simultanément dans un job d’impression. Celui-ci prend 26 heures. La pièce doit ensuite subir une étape de post-traitement pour devenir un composant en état de voler. Elle est finalement fournie avec un agrément de certification EASA Form 1. La livraison de ces pièces a eu lieu au début de l'année 2020. Par rapport aux solutions conventionnelles, la société Satair a annoncé avoir réduit les coûts de 45 %, ce qui en fait une solution moins coûteuse pour les clients et avec un délai d'exécution plus court.

Satair ne souhaite pas s’arrêter à cette pièce, comme l’a annoncé son PDG, Bart Reijnen : « Nous avons identifié plusieurs pièces en titane pour lesquelles la fabrication additive pourrait devenir un moyen de production plus économique, avec une plus grande flexibilité et des délais plus courts ».

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive