News Mardi 5 janvier 2021 - 15:12

Dakar 2021, buggy DXX et fabrication additive

Partagez cette news :

dakar_2021_buggy_dxx_et_impression_3D

Dimanche 3 janvier 2021, les participants à la nouvelle édition du rallye Dakar 2021 se sont élancés sur les pistes d’Arabie Saoudite. Parmi eux, le pilote Romain Dumas participe à sa deuxième édition avec son buggy DXX. Appartenant à l’écurie RT Limited, ce véhicule embarque des pièces en fabrication additive dans les dunes d’Arabie Saoudite. Présentation.

Deuxième participation pour le buggy DXX

Spécialiste de l’endurance, triple vainqueur des 24 Heures du Mans, mais aussi pilote émérite sur de nombreuses courses comme le championnat de France des rallyes, Romain Dumas a aussi conquis la grande américaine Pikes Peak, dont il s’est offert le record en 2018. L’Alésien est aussi un grand amoureux du Dakar. Après des débuts prometteurs en 2016, avec une 20e place puis en 2017 avec une 8e place, il a décidé de tenter sa chance en 2020 en concevant sa propre voiture : le DXX, un buggy deux roues motrices. Cette année-là, après 60 km lors de la 1re étape, son bolide prend feu et il est obligé d’abandonner. Cette année, Romain Dumas, son copilote Gilles de Turckheim et son équipe se relance donc, revanchard, pour la 43eédition, avec pour objectif d’aller au bout du périple saoudien.

Le buggy prototype DXX est conçu au sein de l’écurie RD Limited que Romain Dumas a fondé en 2007. Celle-ci est la première entité à avoir homologuer un véhicule Porsche dans la catégorie R-GT, la 911 GT3 RS 4, qui participé au Championnat du Monde des rallyes en 2014. L'écurie a engagé d'autres pilotes, tels que Vincent Beltoise, vainqueur de la catégorie Time Attack en 2014, ou Raphaël Astier, meilleur rookie en 2016, vainqueur et recordman de la catégorie Time Attack en 2019. RD Limited s'engage régulièrement en Rallye, en Championnat de France, Coupe de France, que ce soit dans les épreuves dites moderne ou VHC.

La fabrication additive, une solution face à l’exigence des courses automobiles

Les courses automobiles d’endurance et de rallye comme le Dakar exigent des véhicules d’une fiabilité sans faille. C’est pourquoi Romain Dumas ne lésine pas sur la technologie et mise notamment sur la fabrication additive pour réaliser et optimiser ses pièces automobiles. En 2017, le pilote français remporte la célèbre course de Pikes Peak, aux États-Unis, avec une voiture équipée de porte-moyeux imprimés en 3D par Poly-Shape, filiale d’AddUp. Pour cette 43e édition du Dakar, le pilote de RD Limited a décidé d’imprimer diverses pièces de son buggy DXX.  Le levier de commande a ainsi été conçu avec un pommeau de forme creuse, adapté sur mesure à la main du pilote, pour une meilleure préhension et donc un pilotage plus naturel et optimisé. Il a été conçu et imprimé avec la technologie SLM (fusion sélective par laser) en titane Ti6Al4V par les ingénieurs de Poly-Shape. Fabriqué en un seul bloc, contrairement aux leviers traditionnels qui sont constitués de plusieurs pièces assemblées entre elles, il possède le meilleur compromis entre masse et robustesse grâce à l’optimisation topologique. Enfin, l’impression 3D a rendu possible l’intégration des passe-câble des faisceaux qui alimentent les jauges de contrainte installées sur le levier de commande de boîte de vitesse, ce qui permet une meilleure ergonomie et la suppression de tout risque de gêner le pilote pendant sa conduite.

Image
levier_de_vitesse_fabrication_additive

Levier de vitesse robuste et ajusté à la main du pilote imprimé en titane.

Le nombre de pièces imprimés pour les courses automobiles se multiplient

RD Limited et Poly-Shape ont également repensé « le design des trois pédales de la voiture (d’embrayage, de frein et d’accélérateur), en anticipant les forces qui seront exercées par le pilote pendant la course et en rajoutant un effet grip pour éviter de glisser sur la pièce », a expliqué le spécialiste de l’impression 3D français dans son communiqué. L’apport de la fabrication additive sur la conception de ces pièces a permis un gain de masse d’environ 42 % par rapport aux pédales fabriquées de manière traditionnelle. L’utilisation du titane a aussi permis d’imprimer une pièce plus robuste.

Enfin, la dernière pièce imprimée et installée sur le buggy pour cette édition du Dakar 2021 est une rotule d’échappement réalisée en Inconel. Il ne s’ait pas de la première utilisation de cette pièce en course automobile. Poly-Shape avait développé celle-ci pour des voitures participant au championnat de Rallycross WRX (voir lien ci-dessous). En effet, Pipo Moteurs, société d’ingénierie et fabricant de moteurs pour des voitures qui évoluent notamment dans l’actuel championnat du monde WRX avait développé, en 2017, des soufflets de ligne d’échappement originaux conçus par fabrication additive. Ces rotule PSPM (initiales de Poly-Shape Pipo Moteurs) sont constituées de deux lèvres sphériques et concentriques qui s’articulent l’une dans l’autre selon trois degrés de libertés (rotation autour de X,Y et Z) sur une amplitude de (plus / moins) 10 degrés. Celles-ci sont indissociables et indémontables. Le tout permet une meilleure articulation et surtout une très forte durabilité de la pièce. La rotule accepte des degrés de liberté et de durabilité supérieurs. Elle va assurer la fonction de déplacement recherché, sans que les contraintes cassent la pièce. Un atout indéniable lorsqu’il faut intégrer un moteur et sa ligne d’échappement dans un compartiment moteur.

Image
pedale_vitesse_automobile_fabrication_additive

Jeu de pédales, équipées de grip, imprimé en 3D par Poly-Shape.

Malheureusement, à l’heure où nous écrivons ces lignes, nous apprenons que Romain Dumas a été percuté dans une dune par un autre concurrent lors de la deuxième étape. Un choc sans gravité, mais qui, selon son équipe RD Limited, « a provoqué des dégâts importants ». Il aurait perdu 6 heures, mais n’aurait pas abandonné.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive