News Mercredi 24 mars 2021 - 11:38

Audi remplace le formage à chaud par la fabrication additive

Partagez cette news :

Audi A4

Depuis 2016, EOS équipe le fabricant automobile Audi en systèmes de fabrication additive utilisant le procédé DMLS (frittage laser direct de métal). Dans son centre d'impression 3D métal de Inglestadt, le constructeur automobile allemand utilise cette technologie pour réaliser des segments d'outils auparavant réalisé par formage à chaud. Désormais équipé de la EOS M 400, il espère progressivement se passer du procédé traditionnel et produire ces outils entièrement grâce à l'impression 3D.

Du formage à la fabrication additive 

Les deux entreprises ont depuis cinq ans déjà perfectionner progressivement l'utilisation de la fabrication additive pour la construction automobile. Ils ont mis au point une méthode d'impression d'outils en 3D pour le formage à chaud qui leur a permis de produire plusieurs centaines de milliers de pièces. Néanmoins, Audi a pris la décision de passé à l'étape supérieure et de n'utiliser que la fabrication additive. Grâce à la technologie additive, le bureau d'étude d'Inglestadt peut imprimer des pièces allant jusqu'à 5000 x 3000 millimètres. Les segments d'outils peuvent, quant-à-eux, mesurer jusqu'à 400 millimètres de longueur et peser jusqu'à 120 kilogrammes. L'impression 3D permet de produire des segments d'outils avec des canaux de refroidissement plus précis et plus efficaces que les méthodes traditionnelles. Le refroidissement est alors plus homogène, ce qui réduit les temps de cycle. 

Image
Segment d'outil

Rendu 3D d'un segment d'outil avec des canaux de refroidissement optimisés. 

Un partenariat de longue date 

Depuis 2016, les deux sociétés collaborent pour incorporer la fabrication additive dans la chaîne de production des véhicules automobiles. Additive Minds, la division « conseil » du fournisseur de solutions de fabrication additive, assistait Audi dans la création d’un centre de fabrication additive basé à Ingolstadt en Allemagne, en 2017. « Il s’agit, non seulement, de fournir à Audi des processus et des systèmes additifs adéquats, mais également de les épauler pendant le développement des applications, lors de l’acquisition des connaissances et pendant les formations des ingénieurs afin qu’ils deviennent des experts de la fabrication additive », expliquait alors Güngör Kara, responsable « applications » et « conseils » chez EOS. 

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive