News Mercredi 11 novembre 2020 - 17:27

Rencontre avec la start-up Zimple, fabricant du Ziflex et du Zimpure

Partagez cette news :

zimple_fabrication-additive-plateau-impression

Créée en 2017 par Nicolas Roux, Zimple est une start-up française qui fabrique et commercialise le plateau d’impression flexible et magnétique Ziflex, mais également le système de purification d’air Zimpure. Rencontre avec une start-up qui aura assisté plus d’un imprimeur.

Nicolas Roux est un ingénieux ingénieur. Amateur et passionné d’impression 3D, il est également un créateur et designeur 3D. Il a notamment travaillé chez iMakr ou encore sur le projet Micro:bit, une carte électronique à destination des collégiens anglais. Il aime réaliser des projets personnels, construire et innover. Et dans ses travaux, l’impression 3D l’aide beaucoup. Mais comme tout imprimeur, il est régulièrement confronté à des problèmes de machines et d’accessoires. Touche à touche, il solutionne ses soucis seul... ou entre ami(e)s. Il fabrique ses propres accessoires tels que des outils de calibrage. C’est comme cela qu’il a inventé le système de purification d’air ou encore le plateau amovible, flexible et magnétique.

En février 2017, Nicolas Roux lance un Kickstarter pour financer le développement de son système de purification d’air Zimpure. À sa grande surprise, ce crowfunding remporte un franc succès. Il faut alors imprimer en grande quantité car les pièces fonctionnelles du Zimpure sont réalisées en impression 3D. L’ingénieur rentre alors dans une phase d’impression intensive. Il faut imprimer, enlever, découper, recommencer... Dans la précipitation et le travail intensif, Nicolas Roux rencontre de nombreux problèmes d’impression : blessures avec la spatule, décalibrages des machines, revêtements abimés, etc. Pour solutionner ce problème, il développe un plateau amovible et flexible qui lui permet d’enlever les impressions sans décalibrer la machine et sans spatule. Un an plus tard, ce plateau d’impression sera mis sur le marché sous le nom de Ziflex. Il rencontrera également un franc succès... à l’image de la start-up Ziflex.

Bonjour Nicolas, pouvez-vous nous présenter le Ziflex, votre produit phare ?

Le Ziflex est une surface d’impression flexible et magnétique composé de deux parties : une base magnétique avec un adhésif à coller sur le lit d’impression d’origine et une partie supérieure composé d’aimants et d’un revêtement spécial pour l’impression 3D. Il s’adapte très bien à de nombreuses machines grâce aux différentes tailles que nous proposons sur notre site Internet (zimple3d.com). Il est également possible de commander un Ziflex sur-mesure. Nous avons réalisé beaucoup de tests pour trouver le bon revêtement.

Après le lancement du Ziflex, nous avons immédiatement eu des retours de clients. Partant de ces analyses, nous avons développé une nouvelle version, le Ziflex 2, lancé l’année dernière. Celui-ci est plus fort magnétiquement, plus flexible et résiste très bien aux fortes températures. Il peut être chauffé en continue à 150° C, alors que la première version résiste à environ 70° C.

Image
ziflex-plateforme-procede-depot-matiere-fondue

Quels sont les matériaux adaptés au Ziflex, et ceux qui ne conviennent pas ?

Aujourd’hui, le Ziflex convient à la plupart de matériaux : ABS, PLA, PETG, TPU et de nombreux matériaux chargés en fibre de carbone, de bois ou de cuivre. Il ne convient pas au polypropylène et au nylon qui n’adhèrent pas sur le Ziflex actuel. Nous travaillons sur ce problème. Nous avons pour ambition de sortir de nouveaux plateaux d’impression. L’une devrait justement sortir avant Noël. Il s’agit d’un nouveau Ziflex complémentaire qui servira à palier certaines incompatibilités avec des machines ou non-conformité avec des matériaux. L’objectif est de posséder une gamme de Ziflex avec des revêtements différents qui permettront d’imprimer tous les matériaux avec différentes textures.

Vous travaillez également sur les textures. Que peut-on attendre des Ziflex dans ce domaine ?

Le Ziflex peut apporter des textures lisses ou des rendus texturés, mais aussi une adhésion de manière plus ou moins forte avec certains matériaux. Nous pourrons, par exemple, avoir une surface adaptée uniquement au polypropylène qui est un matériau dur à imprimer. 

Le produit Ziflex est commercialisé avec votre start-up Zimple. Pouvez-vous nous la présenter ?

Le projet Zimple est né en 2017 avec un Kickstarter que nous avons lancé pour développer notre système d’aspiration. L’année suivante, nous avons commencé la commercialisation du plateau Ziflex. Nous avions déjà développé ce produit en interne, mais nous ne le vendions pas car nous étions concentrés sur le Zimpure. À l’époque, nous n’étions que deux et nous n’avions pas les moyens de lancer tous les produits (aujourd’hui, Zimple compte les deux associés ainsi que deux employés).

Pouvez-vous nous parler un peu du Zimpure ?

Le Zimpure est un système d’aspiration et de filtration. Il aspire les nanoparticules et les gaz au plus près des émissions, c’est-à-dire au niveau de la buse. Il fonctionne avec deux filtres : un pour les particules et un pour les gaz. Ces filtres haut de gamme sont fabriqués par 3M. Nous les avons testés au sein d’un laboratoire du CEA. Le Zimpure s’adapte à de nombreuses imprimantes. Il suffit de changer la petite buse d’aspiration réalisée en fonction de la machine et de bien le paramétrer. Nous avons développé beaucoup de design de buse, puis nous avons arrêté car de nombreuses machines arrivent et disparaissent du marché. Les constructeurs réalisent aussi beaucoup de mise à jour sur les extrudeurs. Pour résoudre ce problème, nous avons mis en ligne un tutoriel qui explique la démarche à suivre pour créer son propre embout : avec la bonne surface d’aspiration, la bonne distance par rapport à la buse et un système de fixation performant.

Image
zimple_zimpure_filtration_particules_gaz

Vous ne cessez d’innover et de développer des équipements pour faciliter l’impression 3D FDM.Travaillez-vous, en ce moment, sur d’autres projets ?

Nous avons effectivement d’autres projets en cours de recherche, d’industrialisation, en attente de brevets ou d’investisseurs.

Vous recherchez des investisseurs pour Zimple...

Pas activement. Mais nous sommes intéressés par des investisseurs privés qui pourraient prendre des parts dans la société et qui souhaiteraient également contribuer au développement de la société.

Cette interview fait partie d’une série sur les start-up du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D. Quelle définition donneriez-vous d’une start-up ?

Une start-up est, pour moi, une entreprise qui continue de se réinventer pour survivre, c’est-à-dire qu’elle cherche constamment à inventer de nouveaux produits, de nouvelles manières de vendre, de se développer dans d’autres domaines, de se réinventer...

 

A3DM part à la rencontre des start-ups françaises qui innovent dans le secteur de la fabrication additive. Fabricants, bureaux d’études ou encore développeurs logiciels, qui sont les entreprises qui préparent aujourd’hui la fabrication additive de demain ? Vous êtes une start-up innovante dans le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, n’hésitez pas à contacter la rédaction d’A3DM Magazine pour nous présenter votre société et nous expliquer vos projets.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive