News Jeudi 4 octobre 2018 - 08:27

L’impression 3D de l'Israélien Modix

Partagez cette news :

modix-impression-3d-grand-format-fff-polymere-a3dm

Fournisseur de solutions de fabrication additive et d’impression 3D, la société Modix a construit sa réputation sur des machines grand format, évolutives, en kit et à des prix abordables. A3DM Magazine s’est penché sur cette société israélienne.

Des machines grand format aux prix attractifs

Basée à Tel Aviv, en Israël, la société Modix est un fournisseur d'imprimantes 3D grand format. Après la vente de petites machines de bureau, elle a lancé son modèle phare, l’imprimante Modix Big-60. Cette machine possède une taille d’impression de 610 x 610 x 610 mm et un prix abordable de vente qui commence à 3 500 dollars. Récemment, l’entreprise a mis sur le marché une autre imprimante 3D en kit de haute qualité, l'Extra Large X120. Exposée à l’occasion du salon TCT 2018, au Royaume-Uni, cette machine possède un volume d’impression de 1 200 × 60 × 60 mm. Elle est disponible en précommande au prix de 6 000 dollars. Ces deux imprimantes, utilisant le procédé FFF, par dépôt de matière fondue (Fused Filament Fabrication), font partir des moins chères du marché contenu de leurs tailles et de leurs capacités d’évolution. Même avec ces tailles d'impression, elles sont capables d’imprimer de petites pièces avec de nombreux détails. La preuve en image…

Image
piece-impression-3d-modix-big-60-a3dm

Malgré l'impression grand format, la machine Modix Big-60 peut imprimer de petites pièces avec de nombreux détails.

Ces machines Modix supportent presque tous les filaments polymères : PLA, ABS, composites PLA (fibre de carbone, bois, cuivre, cuivre, laiton), PHA, PVA, nylon, TPE & TPU (FleX) Co-Polyester, PETG... Elles sont également équipées de capteurs de détection de faux filament.

Une nouvelle technologie aFFF

La machine Modix Big-60 2 peut être équipée d’une ou de deux têtes d’impression… comme de nombreuses autres imprimantes. Cependant, l’entreprise travaille sur un nouveau procédé qu’il a nommé "aFFF" pour Asynchronous Fused Filament Fabrication. Cette technologie vante une plus grande liberté d’impression et de productivité grâce à deux têtes d’impression qui partagent le même espace, mais qui sont capables de se déplacer de manière indépendante sur les axes X et Y. Cette innovation réside à la fois dans le logiciel et dans le matériel. Modix nous en dira plus dans peu de temps… nous n’en doutons pas.

Le marché israélien impose l’export

Shachar Gafni, CEO de la société Modix, a expliqué, dans un entretien au site 3DPrintingIndustry, que la majorité de l'activité de Modix était réalisée en Amérique du Nord et en Europe, le marché israélien étant trop petit et non adapté aux solutions en kit. La concurrence est également extrêmement forte en Israël. « Sur une population de sept millions d'habitants, il existe de nombreuses entreprises d'impression 3D : XJet, Nano Dimension et bien sûr, Stratasys, pour ne citer qu’elles. »

Image
plateau-impression-imprimante-3d-modix-a3dm

Le cas de Metralabs

Sur son site Internet, Modix met en avant des études de cas de ses clients. Voici celui de la société allemande Metralabs qui utilise l’imprimante 3D Modix Big-60 pour concevoir la structure de son robot mobile. « La qualité d'impression s'améliore à chaque fois. Nous venons de terminer un robot pour un nouveau projet. Toutes les parties du boîtier ont été imprimées avec la machine Modix. Les pièces ont été meulées, remplies et puis peintes. Pour nos prototypes et nos petites productions, nous utilisons normalement des buses de 1 mm et des couches de 0,6 mm. Nous utilisons généralement un filament PLA blanc. Il faut environ 20 heures pour imprimer chaque pièce du boîtier. La machine plaît puisque le directeur de l’entreprise pense à en acheter une deuxième », explique Alexander Kloska, ingénieur mécanicien de Metralabs.

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive