News Mercredi 27 mars 2019 - 13:47

Nouvelle imprimante 3DFF-222 de Mimaki

Partagez cette news :

imprimante-3d-mimaki-fdm-3dff-222

La société Mimaki, constructeur réputé pour ses imprimantes 2D à jet d’encre et ses systèmes de découpe, a annoncé le lancement, fin avril 2019, de sa deuxième imprimante 3D FDM, la 3DFF-222. Commercialisée en partenariat avec la marque sud-coréenne Sindoh, un fabricant d'imprimantes multifonctions, cette machine rejoint l’imprimante 3DUJ-553 au sein du portefeuille 3D de Mimaki.

Image
filament-imprimante-3d-mimaki-fdm-3dff-222

Utilisant le procédé de dépôt de matière fondue (FDM) pour les filaments PLA, cette machine est destinée, selon la société japonaise, « à la production de prototypes, de gabarits ou encore d’éléments de signalétique pouvant atteindre une taille de 210 x 200 x 195 mm (L x P x H) ». Mimaki lance ainsi sa deuxième imprimante 3D, mais sa première machine de bureau. « Sa petite taille lui permet de trouver sa place sur votre bureau, pour imprimer vos créations en toute commodité. Grâce au filament PLA, vous obtenez également des modèles solides et résistants, difficiles à déformer, pour produire rapidement des moules et des gabarits, tout en réduisant les temps de chargement », a déclaré Bert Benckhuysen, Senior Product Manager chez Mimaki Europe.« Notre nouvelle imprimante 3D de bureau répond aux nécessités des environnements de production modernes et convient à une grande diversité d’applications. Cette nouvelle machine démontre l’engagement de Mimaki envers l’innovation et la création de solutions rentables pour nos clients. »

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive