News Mercredi 18 novembre 2020 - 21:25

Revue des machines présentées lors du Formnext Connect 2020

Partagez cette news :

Conférence Formnext Connect

La messe de la fabrication additive s’est déroulée du 10 au 12 novembre dernier. Le Formnext a célébré son édition 2020 de façon 100 % digitale. La plateforme, qui est ouverte jusqu’au 31 décembre, a tout de même accueilli 8 541 personnes, connectées de plus de 100 pays différents. Ils ont pu découvrir 1 412 produits exposés par 203 entreprises différentes. A3DM Magazine vous présente les nouveautés machines qu’il ne fallait pas rater.

Retour sur les machines de fabrication additive déjà présentées

Depuis l’ouverture du Formnext Connect, A3DM Magazine présente les nouveaux systèmes de fabrication additive et les évolutions de machines.

Les autres systèmes de fabrication additive présentés lors du Formnext

L’imprimante 3D orthopédique d’atum3D

Image
Arum3D Imprimante 3D Orthopédique

Le fabricant néerlandais atum3D a dévoilé, à l’occasion du Formnext, sa nouvelle unité d’impression 3D, la DLP Station 5-365 EXZ. Cette imprimante 3D se distingue de ses pairs par sa grande capacité d’impression 190 x 107 x 450 mm. Ouverte aux résines tierces, elle est destinée à la production d’orthèses et de solutions orthopédiques sur-mesure.

Le fabricant atum 3D s’est aussi illustré dans la post-production en lançant sa machine Post Curing. Cette dernière automatise le post-traitement. Chaque paramètre est réglable individuellement : l’aspiration, la pression, la dose de lumière UV, le temps de “dégazage” et le temps de refroidissement. Cette suite d’étapes de post-traitement personnalisés peuvent ensuite être enregistrés sous la forme d’un programme.

Nouvelle gamme 403P chez Farsoon Technologies

Image
403P Farsoon Technologies

Le fabricant chinois Farsoon Technologies a annoncé, durant le Formnext, deux nouvelles machines sous le nom « 403P » : un système de gestion des poudres polymère et une unité de refroidissement extérieure pour les pièces plastiques. Ces deux systèmes ont pour but d'accélérer le processus d’impression par frittage sélectif par laser grande dimension en offrant un environnement de production propre, sain et en évitant tout contact direct entre l’opérateur et la poudre. Le système de gestion de poudre du fabricant chinois permet le recyclage et le stockage des matériaux. Il possède un distributeur de poudre neuve ainsi qu’un système à haute vitesse de mixage et tamisage. Il peut également être couplé à un distributeur de poudre mobile qui les transfère directement dans l’imprimante 3D. La station externe de refroidissement 403P réduit le temps de repos des pièces. Il est protégé par un gaz inerte contrôlé pour que celui-ci soit homogène. Les deux systèmes sont en phase de test chez WeNext, un prestataire de service chinois. Farsoon Technologies recherche activement d’autres partenaires pour tester ses nouveaux systèmes.

Optomec dévoile deux systèmes d’impression 3D métal

Image
CS250 Optomec

Optomec a dévoilé ses deux nouvelles imprimantes 3D métal utilisant le procédé DED (dépôt de matière sous énergie dirigée) : la CS250 et la HC-TBR. La machine CS250 est un système tout-en-un conçu pour la recherche avec quatre chargeurs de poudre intégrés. Il permet le développement rapide d'alliages et la création de pièces en matériaux classés. La machine HC-TBR a été, quant à elle, développée pour des applications de production, avec la capacité de déplacer et de traiter automatiquement des pièces en titane avec ou sans atmosphère inerte. Les deux systèmes de fabrication additive possèdent un volume d’impression de 250 x 250 x 250 mm. Elles sont équipées de têtes d’impression capables de changer automatiquement, en cours d’impression, l’épaisseur et la puissance de leurs lasers. Elles peuvent ainsi « déposer la matière plus rapidement sur de plus grandes zones de la pièce, tout en créant des détails avec un apport de chaleur plus faible sur des zones plus fines de la pièce », a expliqué Optomec. La société a également rajouté que ces unités d’impression 3D fonctionnent avec des métaux communs comme le nickel ou l’acier, mais également avec des alliages réactifs et réflectifs comme le cuivre, l’aluminium ou le titane.

La nouvelle Gravity 2021 de Wematter

Image
Wematter Gravity 2021

Le fabricant de machines et de matériaux de fabrication additive Wematter a dévoilé sa nouvelle imprimante 3D, la Gravity 2021. Cette nouvelle machine de la gamme Gravity utilisant le procédé de fabrication SLS (frittage sélectif par laser) possède un meilleur logiciel, une prise en main simplifiée et un état de surface plus lisse grâce à ses nouveaux algorithmes, par rapport à ses prédécesseurs. « Beaucoup de nos concurrents laissent l'utilisateur contrôler les paramètres d’impression de la machine, obligeant leurs clients à engager des spécialistes pour les utiliser », a expliqué le fondateur et PDG Robert Kniola. « Nous voulons changer cela ! Une heure de formation devrait suffire pour que n'importe qui soit capable d'imprimer, quelle que soit son expérience dans le domaine. » En parallèle du lancement de Gravity 2021, Wematter a également présenté sa Density 2021, un nouveau modèle simplifié de machine de post-traitement à jet d'eau.

L’imprimante 3D titanesque de Titan Robotics

Image
Titan Robotics Atlas 3.6

Titan Robotics a dévoilé sa nouvelle Atlas 3.6. Ce système de fabrication additive dispose d’un volume d’impression de 270 x 1270 x 1828 mm, ce qui en fait l’une des plus grandes imprimantes 3D utilisant le procédé par extrusion de granulés sur le marché. Ce volume d’impression couplé à sa chambre chauffée permet l’impression de matériaux à hautes performances comme le CF-PEI, le GF-PEKK, le Nylon ou encore l’ABS. Le constructeur américain précise qu’avec ses nombreux outils d’extrusions comme le Dual Pellet ou encore l’Hybrid Pellet + Filament, l’Atlas 3.6 possède une polyvalence qui permet de répondre aux besoins de diverses applications : l’outillage grande dimension, l’impression de moules ou encore de pièces fonctionnelles. La machine Atlas 3.6 est d’ores et déjà disponible.

Solukon présente sa machine de post-traitement SLS

Image
Solukon SPF 770

Le fabricant allemand Solukon a dévoilé, à l’occasion du Formnext, sa nouvelle machine de post-traitement entièrement automatisée pour les pièces issues du frittage de poudre de polymères. Le système SFP770 peut accueillir l’ensemble du plateau de production de l’EOS P7 et collecte le surplus de poudre en quelques minutes pour le recycler. Elle transfère ensuite automatiquement les pièces dans un panier de post-traitement rotatif où elles seront pulvérisées de billes de verre et d’air ionisé. L’entreprise Solukon a déclaré que « sa nouvelle SFP770 offre le post-traitement le plus rapide sans intervention humaine à l’heure actuelle ».

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive