News Mardi 15 décembre 2020 - 14:12

3 nouveaux matériaux composites ABS de Kimya chez Makerbot

Partagez cette news :

Matériaux Kimya chez Makerbot

La société américaine Makerbot a annoncé la qualification de trois nouveaux matériaux pour son imprimante 3D METHOD X utilisant le procédé d’impression 3D FDM (dépôt de matière fondue)Il s’agit de trois filament ABS Kimya, l’offre de fabrication additive du groupe Armor. Les utilisateurs de la machine METHOD X ont désormais accès à un catalogue de vingt-trois matériaux dont l’ABS Kevlar, l’ABS-ESD et l’ABS-EC.

  • Le matériau ABS Kevlar est un filament robuste, léger et durable, idéal pour la fabrication d’équipements et de gabarits.
  • L’ABS-ESD est un filament aux propriétés antistatiques, conforme aux normes anti-feu pour une utilisation dans un environnement électrique. Il est également léger, solide et facile d’utilisation . Un matériau idéal pour la fabrication de boîtiers électriques.
  • L’ABS-EC est un filament renforcé en nanotubes de carbone, ce qui facilite la circulation d’électrons à sa surface et le rend ainsi hautement conducteur. Ce matériau est résistant aux chocs, thermorésistant et durable dans le temps. Il est idéal pour la fabrication de pièces automobiles comme des capteurs.

Ces qualifications s’inscrivent dans la stratégie de Makerbot d’offrir un grand choix de matériaux à ses clients. « Les trois nouveaux matériaux composites ABS de Kimya s’inscrivent dans notre expansion vers des matériaux d’ingénierie avancés qui permettent de nouvelles applications », a expliqué Johan-Till Broer, vice-président du développement de produits chez MakerBot.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive