News Mercredi 25 novembre 2015 - 08:35

AP&C dépose une demande de brevet pour poudres métalliques

Partagez cette news :

La société Arcam, fournisseur de solutions de fabrication additive, annonce que sa filiale de production de poudres métalliques de hautes qualités, AP&C, basée à Montréal au Canada, a déposé une demande de brevet stratégique qui couvre l’amélioration de la fluidité de la poudre métallique.

AP&C utilise une technologie brevetée d’« atomisation au plasma ». Cette dernière produit une poudre sphérique de haute pureté à partir de matériaux réactifs et aux points de fusion élevés comme le titane, le nickel, le zirconium, le molybdène, le niobium, le tantale, le tungstène et leurs alliages. Cette nouvelle demande de brevet stratégique couvre un procédé permettant d’obtenir une fluidité optimale pour les poudres fines de métaux réactifs de la fabrication additive.

Ce brevet stratégique couvre tous les principaux procédés de production de poudres métalliques réactifs incluant l’atomisation au plasma, les autres procédés d’atomisation au gaz, la sphéroïdisation par plasma et l’électrode rotative avec plasma. AP&C obtient ainsi un plus grand niveau de fluidité pour toutes les distributions de taille de particules des poudres de la fabrication additive.

« Un niveau de fluidité élevé et constant est une caractéristique clé de la poudre métallique, afin de permettre la production optimale de pièces utilisant la technologie de fabrication additive », explique Jacques Mallette, président d’AP&C.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive