News Mardi 30 juillet 2019 - 08:15

L'Ultrafuse 316L, un filament métal

Partagez cette news :

Un filament composite métal-polymère

BASF 3D Printing Solutions, filiale fabrication additive de BASF New Business GmbH, vient d’annoncer le lancement d’un nouveau filament composite métal-polymère pour la fabrication par dépôt de matière fondue (FDM-FFF), l'Ultrafuse 316L. Ce matériau « permet une production plus sûre, plus simple et plus économique de pièces métalliques », a expliqué la société allemande. 

Le dépôt de matière métallique

L'Ultrafuse 316L possède une teneur en métal d’environ 90 % répartie de manière régulière dans le filament. Il s’agit d’un acier inoxydable 316L. Le polymère, quant à lui, agit comme un liant pour le métal permettant d’imprimer la pièce couche par couche. Celui-ci est ensuite éliminé par un procédé de déliantage catalytique. Malgré cette étape, il reste toutefois un liant résiduel. Celui-ci est supprimé par un processus de frittage à une température juste en dessous de la fusion du métal. Cette phase enlève le liant secondaire de la partie brune et fait coalescer les particules métalliques. Le matériau atteint ses propriétés finales, comme la dureté et la résistance, après frittage.

L’impression 3D métal va-t-elle devenir accessible à tous ?

Selon la société chimiste, ce filament fonctionne avec les extrudeuses Bowden et celles à entraînement direct. « L'Ultrafuse 316L peut, sous certaines conditions, être utilisé sur n'importe quelle imprimante FFF conventionnelle à matériau ouvert », explique François Minec, directeur général de BASF 3D Printing Solutions. « Notre objectif était de développer un filament métallique de haute qualité qui rend la fabrication additive de pièces métalliques considérablement plus facile, moins chère, plus rapide et accessible à tous. » Ce matériau sera compatible, par exemple, avec les imprimantes Ultimaker.

Le principal avantage de la fabrication additive métallique par dépôt de matière est l’absence de poudre et donc de possible particules fines entrant en contact avec les utilisateurs. Les coûts HSE sont donc bien moindre que ceux des procédés de frittage ou de fusion. Ce procédé ne permet cependant pas de produire des pièces aussi fines et aussi précises. 

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive