News Mardi 9 juin 2020 - 17:51

Biotech Dental, la biotechnologie française dans le domaine de la santé

Partagez cette news :

biotech-dental-fabrication-additive-hp

Biotech Dental conçoit, fabrique et distribue du matériel de chirurgie dentaire tel que des implants dentaires, des prothèses dentaires, des scanner intra-oral,  des appareils de photo-biostimulation, des biomatériaux, mais aussi une gamme de produits d’esthétique dentaire comme des gouttières transparentes ou « aligneurs » (technique d’orthodontie invisible), des facettes pelliculaires, du gel de comblement, et même des logiciels d’analyse du sourire. L’entreprise française offre une gamme complète de solutions implantaires et de concepts de traitement afin de soigner un grand nombre de patients, qu’ils aient besoin d’une dent unitaire, désirent une restauration esthétique ou nécessitent une restauration complète de la mâchoire. Située dans la vallée de l’Arve en Rhône-Alpes et à Salon de Provence, elle assure une fabrication Made in France, depuis plus de 30 ans, de ses produits, combinant impression 3D et usinage. La société est devenue une référence française dans le secteur. 

Dualité et hybridation, impression 3D et usinage 

Dès 2007, la société, sous l’initiative de son président Philippe Veran, perçoit le potentiel de la fabrication additive pour créer des prothèses dentaires sur mesure – couronnes métal, bridges... –, mais aussi tester des implants conçus par impression 3D. En mars 2018, elle devient partenaire de la start-up montpelliéraine AnatoScope qui lance sa première solution de simulation 3D, baptisée « Lucy ».

Biotech Dental conçoit des produits de chirurgie dentaire et de médecine esthétique en mêlant les technologies de fabrication additive avec les méthodes de fabrication dites « traditionnelles » comme l’usinage. L’intégration de l’impression 3D à la chaîne de production a permis à l’entreprise française de réduire les coûts, d’améliorer la production de pièces sur mesure, mais également de proposer de nouveaux produits non réalisables avec les méthodes conventionnelles, comme les gouttières dentaires invisibles. « Nous avons développé l’utilisation de l’impression 3D, mais nous utilisons toujours les autres méthodes de fabrication comme l’usinage. Nous connaissons bien les limites de chacune des technologies et nous hybridons les process, mélangeant impression 3D et usinage. Nous souhaitons ainsi tirer le meilleur de chaque technologie. », nous explique Florent Miquel, VP en charge de l’Industrie. « L’impression 3D n’est qu’un outil. » La frontière entre l’impression 3D et la fabrication traditionnelle n’est pas franche dans la conception d’un produit. Les deux technologies se mélangent et se complètent. « Nous réalisons des aller-retours entre les deux. L’expérience est utile pour savoir quelle technologie utiliser, à quel moment et dans quelle étape de conception. Par exemple, les étapes de prétraitement et de post-traitement n’étant pas les mêmes, il faudra choisir la bonne technologie pour avoir le meilleur produit au meilleur coût. » 

Image
aligneur-transparent-dentaire-fabrication-additive

Un process d’impression 3D stable et productif

Biotech Dental possède un important parc machines situé dans la vallée de l’Arve, en Rhône-Alpes. Côté métal, la société utilise le procédé de fusion par laser pour fabriquer des pièces en titane et en cobalt-chrome. Côté plastique, elle possède des machines aux technologies de photo polymérisation comme le procédé DLP (Digital Light Processing), de jet d’encre, aussi appelée « Polyjet », ou encore Multi Jet Fusion. Parallèlement à la production de matériel dentaire, Biotech Dental consacre une partie de ses machines de fabrication additive aux tests de nouveaux matériaux. Ces travaux de recherche sont essentiels pour le développement de la technologie actuel et futur. Les machines et les technologies, sélectionnées chez Biotech Dental, sont souvent liées aux matériaux. C’est par exemple le cas pour la technologie Multi Jet Fusion de HP et le polyamide. 

La technologie Multi Jet Fusion permet de fabriquer rapidement des pièces avec des formes complexes à faible coût, que ce soit pour de la petite série ou des prototypes pour tester des formes, des ajustements et/ou des fonctionnalités. Elle offre des caractéristiques mécaniques comparables à celles des pièces moulées par injection. C’est dans ce but qu’elle a été intégrée chez Biotech Dental. Tout d’abord, « pour les matériaux disponibles comme le polyamide », nous explique Florent Miquel. « Ce matériau offre une belle finition et une stabilité chimique durable dans le temps, à la différente de certains polymères utilisés par photo polymérisation qui peuvent se déformer sous certaines expositions et au contact de produits chimiques. Les imprimantes 3D HP nous servent à réaliser des modèles dentaires et des moules pour la fabrication de prothèses par coulée de résine dentaire. La stabilité chimique du polyamide permet d’arriver au résultat souhaité ». Le second choix de cette technologie porte sur « la productivité et la rapidité à laquelle la machine fonctionne », affirme Florent Miquel. 

Image
dentaire-fabrication-additive-hp-france-biotech

Une production Made in France

Certifiée ISO 13485:2016 et NF EN ISO 13485 :2016, la société Biotech Dental fabrique l’ensemble de ses produits en France. Le procédé de fabrication est assuré par des spécialistes d’implants dentaires depuis plus de 30 ans. Mais il n’a pas été simple pour celle-ci de s’imposer en France. Selon Philippe Veran, président de Biotech Dental, il a été difficile « de prouver aux chirurgiens-dentistes que les produits français étaient aussi bons que les produits suisses ou américains. Aujourd’hui, les choses ont changé et beaucoup de patients demandent des produits Biotech Dental, de la même façon qu’ils demandent des aligneurs Smilers. Nous revenons à une reconnaissance du Made In France ».

Pendant la crise du Covid-19 et la période de confinement, la production de dispositifs médicaux sur le territoire, proche des lieux d’utilisation, a été essentielle dans la protection de nombreux acteurs. Biotech Dental – comme de nombreuses entreprises – a participé à l’effort national. Elle a développé et imprimé des visières de protection, aujourd’hui intégrées à son catalogue. « On s’aperçoit des limites du système. Il y a plein de petits métiers que l’on peut recréer par l’impression 3D. Il faut un bon ingénieur qui sait dessiner en 3D et des investissements pas forcément lourds », poursuit Philippe Véran. « La technologie propre et silencieuse s’intègre également à des milieux urbains – même si certains procédés et matériaux nécessitent des environnements sécurisés. Évidemment, ce phénomène ne concerne pas toutes les industries, ni tous les domaines. »

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive