News Mercredi 11 septembre 2019 - 14:30

L’impression 3D au service de la rééducation des patients

Partagez cette news :

rehab-lab-fablab-impression-3d

Situé au cœur du CMRRF de Kerpape, à Lorient, le Rehab-Lab est un fablab dédié aux patients qui, en utilisant les technologies d'impression 3D, peuvent devenir acteurs du développement de leurs propres aides techniques. Une collaboration réussie entre patients, ergothérapeutes et ingénieurs du laboratoire d'électronique du centre !

Créé en février 2016, le Rehab-Lab est un fablab (laboratoire de fabrication) intégré au Centre Mutualiste de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles de Kerpape (CMRRF), à Lorient. Unique en son genre, ce service compte parmi ses équipes des ingénieurs et des ergothérapeutes qualifiés qui se chargent de créer des aides techniques grâce à l’impression 3D. Les « aides techniques » sont des objets utilisés par ou pour des personnes en situation de handicap, destiné à améliorer la vie quotidienne et à favoriser l’autonomie. Les patients sont complètement intégrés au processus de conception, ce qui en fait un véritable lieu d’échange, de partage et de formation en dehors des soins. 

La communauté « makers » de Rehab-Lab

Aujourd’hui, la communauté Rehab-Lab compte 12 sites en France et de nombreux patients. Les pathologies de ceux-ci sont extrêmement diverses : neurologie, traumatologie, pédiatrie, rééducation cardio-vasculaire, rééducation respiratoire… Toutes nécessitent des hospitalisations de longue durée et un accompagnement personnalisé ! Afin de soulager et de les aider dans leur quotidien, les acteurs du Rehab-Lab conçoivent des aides techniques telles que des extensions d’objets pour une meilleure préhension et prise en main, des clefs de porte, des supports de verre ou encore des adaptations de fourchettes ou de cuillères. Mais surtout, ils cherchent à impliquer au maximum les patients dans la démarche de conception.

Image
impression-3d-handicap-reeducation-rehab-lab

Les ergothérapeutes apportent leur expertise d’un point de vue médical (notamment au regard des capacités motrices, intellectuelles et cognitives du patient). Le patient est invité à partager librement ses envies concernant l’aide technique qu’il souhaite réaliser. Avec un cahier des charges précis, ils échangent ensuite avec l’ingénieur afin de créer l’objet ensemble. Il peut s’agir, par exemple, de porte-gobelets prolongeant l’accoudoir d’un fauteuil pour que le patient puisse boire en toute autonomie ou encore de fourches qui se substituent à l’extrémité du joystick d’un fauteuil électrique et qui permettent de pouvoir piloter le fauteuil roulant en toute simplicité. Le coût de l’impression de l’objet est entièrement pris en charge par l’établissement, aucune dépense n’est effectuée par le patient.

L’impression 3D au cœur du projet

L’impression 3D apporte de nombreux avantages par rapport aux méthodes de fabrication traditionnelles, notamment pour l’ergothérapie : adaptation, reproduction, esthétique, poids, partage, temps, coût, accessibilité, appropriation, médiation/occupation, etc. Mais surtout, l’accessibilité de la technologie pour les patients dits « makers » permet de les impliquer davantage dans le processus de réadaptation. La conception d’un objet étant numérique, la possibilité de créer sa propre aide technique tient non plus à de la manipulation physique de matériaux, mais de l’outil informatique. « Avec la technologie d’impression 3D inclusive d’Ultimaker, les patients peuvent réaliser par eux-mêmes leurs aides techniques », déclare Emmanuelle Caous, ergothérapeute en pédiatrie au CMRRF de Kerpape. « Grâce au Rehab-Lab, ils peuvent participer activement à l’élaboration des designs et créer des aides convenant parfaitement à leurs attentes et à leurs besoins », conclut-elle.

Image
aide-technique-impression-3d-rehab-lab

La communauté Rehab-Lab bénéficie de partenariats, notamment avec Makershop et Ultimaker, afin d’offrir à ses membres du matériel à tarif réduit. Elle devrait bientôt bénéficier d’une plateforme numérique commune afin de partager des connaissances de manière plus structurée et d’assurer un développement plus ambitieux. Les différents sites sont actuellement équipés d’imprimantes 3D et de logiciels Ultimaker. Ainsi, le fablab de Kerpape possède deux imprimantes de bureau professionnelles Ultimaker 3 et le logiciel de modélisation Ultimaker Cura (gratuit et accessible à tous). 

Une technologie sans limite

L’impression 3D lève de nombreuses barrières. Les limites de conception et de fabrication sont grandement réduites. Le large panel de matières premières compatibles avec les imprimantes 3D permettent de créer une grande variété d’aides techniques personnalisées, tant d’un point de vue esthétique – couleur, taille, aspect… – que fonctionnel – confort, sensation au toucher, poids… Ainsi, en seulement trois ans, une centaine de patients du Rehab-Lab ont réalisé plus de 350 aides techniques. L’impression 3D a également permis au centre de soin de réduire ses coûts en termes de matériel et de temps. Si le prix varie en fonction de la taille et de la complexité de l’objet conçu, les filaments pour l’impression 3D sont financièrement plus abordables que les matériaux habituellement utilisés en ergothérapie (silicone ou bois). La technologie permet aussi au personnel médical de régler et d’imprimer des modèles préfigurés et donc d’économiser un temps précieux par rapport aux méthodes traditionnelles. 

Conscient des bénéfices de l’impression 3D pour la rééducation de la patientèle, le Rehab-Lab partage gratuitement les aides techniques sur sa plateforme afin d’inspirer d’autres centres de soin et d’inciter l’utilisation de la technologie d’impression 3D. À ce jour, 35 modèles sont directement accessibles. Enfin, depuis février 2018, les acteurs du fablab proposent des formations à destination des professionnels de santé pour les accompagner dans l’apprentissage de la modélisation 3D et de l’impression d’aides techniques. 

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive