News Jeudi 11 mars 2021 - 11:34

Lynxter, l'ESILV et les prothèses de demain

Partagez cette news :

Lynxter et ESILV

La start-up du Pays-Basque Lynxter et l'École supérieure d'ingénieurs Léonard-de-Vinci (ESILV) s'associent pour développer de nouveaux matériaux intelligents. Ces matériaux, dotés de circuits électroniques, seront notamment utilisés pour imprimer des « pièces (médicales) détachées » sur-mesure pour l'être humain. 

Développer de nouveaux matériaux intelligents

Basée au cœur de la TechnoCité de Bayonne, Lynxter développe un système de fabrication additive modulaire, la S600D. Cette technologie, utilisant le procédé d'impression 3D FDM (dépôt de matière fondue), traite différents matériaux, notamment les céramiques et les silicones. Elle a été mise à disposition des étudiants ingénieurs de l'ESILV dans le cadre d'un nouveau partenariat. « Cette collaboration avec l'ESILV s'inscrit dans nos valeurs et nos missions d'innovation, main dans la main, avec les centres de formations et les laboratoires. Le dynamisme de recherche autour de ces technologies annonce encore de grandes avancées dans les prochaines années, tant au niveau des matériaux que des applications avancées. De plus, la fabrication additive est en plein essor et sa maîtrise est essentielle pour les nouveaux ingénieurs », a expliqué Thomas Batigne, cofondateur et président de Lynxter. Premier thème de cette collaboration : les matériaux intelligents. Ces matières premières comprenant des systèmes électroniques seront utilisées pour le développement de prothèses et d'exosquelettes intelligents.

Image

La fabrication additive pour améliorer la condition humaine

Le partenariat est chapeauté par Brice Parilusyan, diplômé ESILV (promo 2021) et doctorant au Da Vinci Innovation Center (DVIC), le centre d'expertise transdisciplinaire du Pôle Léonard de Vinci. Il partage son temps entre Paris la Défense et le Côte Basque. « D’une part, nous envisageons de développer une nouvelle génération de prothèses avec des capacités de sensibilité et d’affichage grâce à une technologie souple et active, afin d’offrir de nouvelles perspectives aux personnes handicapées et à la robotique. D’autre part, nous envisageons d’aider d’autres domaines de recherche grâce à différentes collaborations notamment dans la santé, l’éducation et le sport », précise-t-il Les étudiants de l'ESILV travaillent régulièrement sur des matériaux intelligents. Ils ont créé une peau synthétique intégrant le derme, l'épiderme, des veines et une texture capable de sentir le toucher. La fabrication additive offre la possibilité d'imprimer un silicone à l'esthétique semblable à la peau, équipé d'un circuit électronique, en une seule impression. « L’espoir est de voir peut-être un jour naître une imprimante 3D biologique, capable d’imprimer des organes ou structures vivantes autonomes telle que fantasmée dans le film de science-fiction : Le Cinquième élément », a déclaré Clément Duhart, responsable du DVIC. L'objectif de cette collaboration est de réussir à produire des « pièces détachées » pour l'être humain pour que celui-ci puisse redevenir la « meilleure version de lui-même » selon le communiqué de la start-up Lynxter.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive