News Mardi 9 octobre 2018 - 07:00

Rencontre avec Benjamin Tan, vice-président APAC chez Ultimaker

Partagez cette news :

Ultimaker-s5-machine-impression-3d-a3dm

Cet été 2018, la société Ultimaker a ouvert des bureaux à Singapour pour le déploiement de la marque dans la région Asie-Pacifique.Dix employés dédiés couvrent la région et répondent aux exigences des différents départements : ventes, marketing, support technique, développement… Benjamin Tan est le vice-président APAC (Asie-Pacifique) de la marque. Il a répondu à nos questions sur le développement de Ultimaker dans la région

Benjamin Tan a récemment été nommé au poste de vice-président APAC (Asie-Pacifique) chez Ultimaker. Il dirige le nouveau bureau de Singapour et est en charge dudéploiement de la marque dans la région. Celle-ci, il la connaît bien puisqu’il y a travaillé pendant dix ans dans les secteurs de la vente et du développement commercial, en particulier pour le compte de Dassault Systèmes. 

Image
benjamin-tan-ultimaker-singapour-asie-pacifique

Ultimaker a récemment ouvert un bureau à Singapour. Quel est le but de l’entreprise dans la région ? 

Ultimaker désire accroître ses investissements et ses innovations dans la région, comme en témoigne l’ouverture de notre siège social APAC à Singapour. Désormais, 10 à 15 % de nos revenus totaux proviennent de cette région, et notre but est de porter nos revenus régionaux à 30 % de nos revenus totaux au cours des prochaines années. Nous visons également une croissance de 60 % en termes d’unités vendues d’ici quatre à cinq ans. Nous avons donc des objectifs de croissance très ambitieux pour la région APAC.

Actuellement, le gros de nos revenus provient de la Chine, du Japon, de la Corée, de l'Inde et de l'Australie. Compte tenu du niveau de soutien et d'investissement du gouvernement chinois en matière de fabrication additive, la Chine sera un marché clé. Nous allons également nous concentrer sur la croissance de notre clientèle en APAC pour augmenter nos revenus dans la région. En parallèle, nous souhaitons élargir notre réseau régional de partenaires avec lesquels nous travaillons étroitement pour fournir des imprimantes 3D et des solutions d'impression à nos clients. 

Sur le plan de l’innovation, nous sommes en partenariat avec certains des principaux instituts d’enseignement supérieur et universités sur des projets de recherche, la mise au point de prototypes et de concepts. Notre objectif est de travailler avec les jeunes talents de ces institutions, car c’est cette nouvelle génération d’étudiants qui va permettre d’apporter les connaissances en impression 3D à des domaines tels que la fabrication, l’ingénierie ainsi que la biomédecine, et qui défendra son application. Nous cherchons également à engager des ingénieurs et des spécialistes techniques pour soutenir nos opérations en APAC.

L’APAC est-elle un marché attractif pour la fabrication additive ? 

Selon le dernier rapport d'IDC, le marché mondial de l'APAC pour l'impression 3D atteindrait 30 %. C'est énorme ! On s'attend donc à ce que la fabrication additive s’y développe, et très vite. En conséquence, les opportunités commerciales et les succès futurs ne dépendront pas de la taille des entreprises, mais de leur rapidité. Et ici, l'objectif d'Ultimaker est d'être le plus rapide du marché.

Il existe de grandes disparités concernant le marché de la fabrication additive dans la région APAC. La Chine, le Japon et la Corée sont des pays très matures et sont les leaders en matière d'adoption ou d'investissement. La Chine, en particulier, est le premier géant de la région et est également sur le point de devenir un chef de file mondial de l'impression 3D. Le gouvernement a apporté tout son soutien à l'industrie et s'est doté de multiples plans d'action et aides financières pour soutenir sa croissance. 

L'Inde, en tant que deuxième pays du monde en termes de population, représente également de nombreuses opportunités, à l'instar de l'ASEAN et de Singapour. Sur ces marchés, nous avons la possibilité d’éduquer les fabricants et de les inviter à optimiser leurs compétences via l’impression 3D. Aujourd'hui, les marchés les moins développés sont le Vietnam, l'Indonésie, le Cambodge et le Laos. Ici, notre priorité est de renseigner sur les diverses applications et avantages de l’impression 3D, ainsi que d’apporter notre expertise et soutien pour l’implémentation future de stratégies de fabrication additive.

La compétition est-elle forte en APAC ? 

Comme évoqué précédemment, la fabrication additive suscite un vif intérêt. Grâce ou à cause de cela, il y a aussi beaucoup de concurrence dans la région. En effet, la plupart - sinon la totalité - des principaux acteurs de la fabrication additive opèrent déjà au sein de l’APAC. Ultimaker dispose également d’un réseau étendu de partenaires commerciaux dans la région. En ouvrant des bureaux à Singapour, nous pouvons désormais mieux gérer ces demandes à un niveau local, et aider notre réseau de partenaires commerciaux APAC déjà bien établi à franchir une nouvelle étape dans l’accélération de la transition mondiale vers la fabrication numérique locale. Ainsi, malgré la concurrence féroce, nous sommes confiants puisque nous disposons d’un espace de marché unique, et nous sommes assurés de répondre aux besoins de nos clients, prospects ou partenaires en APAC puisque nous sommes les seuls à fournir un écosystème complet accessible, fiable, allant de la partie matérielle aux aspects logiciels et de matériaux. Nous avons un système ouvert sans aucun lien avec tout fournisseur, et notre alliance avec des fabricants de matériaux de premier plan a permis d’aboutir à des profils de matériaux industriels entièrement optimisés pour une impression 3D professionnelle FFF. Tous ces atouts nous permettent de nous différencier de la concurrence.

Quels sont vos partenaires dans la région ? Dans quels secteurs vous concentrez-vous ? 

Nous avons des partenaires commerciaux dans la plupart de la régions APAC : Chine, Inde, Corée, Japon, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Hong Kong, Taïwan, Philippines, Australie, Nouvelle-Zélande. Nous sommes aussi en contact avec des acteurs au Vietnam, au Cambodge, en Indonésie, au Laos… Notre objectif est de pouvoir soutenir nos partenaires de manière égale dans toute la région APAC.

Ultimaker se concentre sur une variété de secteurs. Ainsi, nous sommes très impliqués dans de nombreuses entreprises d'architecture et de design de la région. De même, le secteur de l’automobile est sans conteste l’une de nos priorités. En dehors de la Chine, la Thaïlande est le plus grand centre automobile de la région de l’Asie du Sud-Est et certains des grands constructeurs automobiles japonais y maintiennent des usines. L’industrie manufacturière est également l’un de nos secteurs principaux, en particulier en Indonésie, car le pays détient la plus forte économie de l’Asie du Sud-Est et, elle est également un pôle majeur de la fabrication de produits manufacturés. L’industrie connaît une forte hausse de la demande, et la fabrication additive est le seul moyen d’atteindre l’objectif de personnalisation en masse. À Taiwan, notre priorité est le marché de l'électronique grand public. Enfin, le secteur de l’éducation concentre aussi de belles opportunités. Les lycées, les universités, les institutions techniques et tous les corps enseignants reconnaissent que la fabrication additive représente la production du futur.  Ils sont donc très ouverts à la technologie.

Contenu Encadré

Benjamin Tan présente Ultimaker

« Ultimaker a été fondée aux Pays-Bas en 2011. La société a connu une croissance régulière au fil des années, jusqu’à devenir un leader du marché de la fabrication additive. Elle conçoit des imprimantes de bureau 3D puissantes, de qualité professionnelle et accessibles.La société possède des bureaux aux Pays-Bas, à New York, à Boston et à Singapour, ainsi que des sites de production en Europe et aux États-Unis. L’équipe d’Ultimaker, qui compte plus de 350 employés, s’efforce en permanence de proposer des imprimantes 3D, des logiciels et des matériaux à la qualité exceptionnelle afin d’accélérer la transition mondiale vers une fabrication additive locale ».

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive