News Jeudi 17 septembre 2020 - 15:45

Mathilde Berchon, auteure du livre « Le grand livre de l’impression 3D » aux Éditions Eyrolles

Partagez cette news :

mathilde_berchon_livre_fabrication_additive

Mathilde Berchon vient de publier son deuxième livre sur l’impression 3D intitulé « Le grand livre de l’impression 3D » aux éditions Eyrolles. Consultante indépendante en stratégie et communication au sein de sa structure FuturFab, elle est également ambassadrice de Women in 3D Printing Paris et adhérente active au sein de l’AFPR (Association française du prototypage rapide et de la fabrication additive). A3DM Magazine a rencontré une femme entreprenante et motivée.

En 2010, après avoir obtenu son diplôme du Celsa, spécialité communication et numérique, Mathilde Berchon part à San Francisco, aux États-Unis. Elle y travaille comme consultante tout d’abord pour la BNP puis à son propre compte. Elle observe de près ce qui se passe dans la Silicon Valley et repère les start-up grandissantes. Dans un Hackerspace, elle découvre l’impression 3D. De retour en France, elle s’intéresse à la place de la technologie sur le territoire métropolitain. Elle commence alors à travailler chez Sculpteo. En 2013, elle publie son premier livre aux éditions Eyrolles intitulé, tout simplement, « L’impression 3D ». Dans ce dernier, elle aborde la technologie de manière pédagogique et démocratique. « Je suis entrée par cet axe afin de démocratiser le sujet, de permettre à tout le monde de comprendre, de se former et d’entrer dans le secteur », nous explique-t-elle. Mathilde Berchon a également participé à l’ouverture des TechShop Leroy Merlin (fablab) au sein desquels elles accompagnaient des créateurs et des entrepreneurs. Elle est maintenant indépendante et possède sa structure FuturFab avec laquelle elle accompagne des entreprises du secteur de l’impression 3D ayant des besoins de communication. 

Bonjour Mathilde. Tu travailles comme indépendante sur de nombreux projets. Qu’elles sont tes projets actuels ?

En plus de conférences de sensibilisation en entreprise, je mène actuellement une mission de conseil auprès d’une startup d’impression 3D française. Je m’implique également auprès de l’AFPR qui connait une forte effervescence. Mais mon grand projet de l’année 2020 a été le livre « Le grand livre de l’impression 3D » aux éditions Eyrolles. 

Présente-nous ce GRAND livre de l’impression 3D.

Il s’agit d’un beau livre très illustré avec un gros travail de recherche iconographique. Il est effectivement plus grand et différent de mon premier livre publié en 2013 . Mon objectif a été de réaliser un livre référence qui dresse l’état de l’art du secteur de la fabrication additive. Il s’adresse aux créateurs, ingénieurs et décideurs qui souhaitent intégrer l’impression 3D à leur activité.

Image
livre_fabrication_additive_berchon_eyrolles

Tous les points sont abordés : histoire, procédés et applications, une partie pratique avec des conseils d’impression, matériaux et finitions et une partie dédiée aux particuliers, à l’intégration de la technologie en entreprise, l’écosystème français et international, métiers et formations, et bien sûr les avancées autour de l’économie circulaire et de l’industrie du futur. Une approche hybride permettant de se repérer dans ces technologies mais aussi d’approfondir le sujet.

Ton livre est-il essentiellement centré sur le marché français ?

L’idée a été de mettre en avant l’activité de l’écosystème français et les entreprises du territoire. Mais, il y a également une partie sur l’écosystème européen et internationale, notamment les États-Unis et la Chine.

La question de la ou des formations est-elle abordée ?

Bien sûr. J’ai recensé beaucoup d’initiatives locales, régionales ou encore sectorielles. Le secteur est assez fragmenté. Il y a un besoin de mutualiser et de montrer que tous les acteurs peuvent apporter leurs pierres à l’édifice. J’ai essayé de regrouper toutes ces informations car il existe une réelle fragmentation territoriale.

La crise de la Covid-19 et la période de confinement ont révélé et créé beaucoup d’initiatives et de regroupements mais principalement au niveau local. Au niveau national, il y a assez peu de structure, à part l’AFPR (Association française de prototypage rapide et de fabrication additive).

Qui as-tu interviewé pour écrire ce livre ?

J’ai mené plus d’une vingtaine d’interviews avec les acteurs clés du secteur, académique, industriel, et startups. J’ai rencontré les différents constructeurs et utilisateurs de la technologie. Enfin, j’ai réalisé un gros travail de recherche documentaire. Je remercie d’ailleurs toutes les personnes que j’ai interviewé pour le livre. 

Quel regard portes-tu sur le marché français de la fabrication additive ?

La technologie est maintenant connue. Nous sommes entrées dans une phase d’intégration et d’adoption. Nous sommes moins sur de l’emballement médiatique et plus sur du concret. Qu’est-ce que ce que ces dernières années nous ont appris ? Comment avancer de manière concrète et programmatique ? Certaines entreprises du secteur ont compris les enjeux, la complexité de la technologie, et déploient désormais des cas d’étude ancrés dans le réel, avec l’objectif d’un véritable impact stratégique.

Qu’est-ce qui tire le marché ? Et quels sont les échecs ?

Le marché est tiré par l’impression métal et la production de pièces finies. En revanche, la partie impression 3D dans chaque foyer reste à l’état de promesse, même si les ventes d’imprimantes 3D personnelles sont en croissance. Maintenant, je pense qu’il faut s’interroger sur les questions d’économie circulaire offerte par la fabrication additive, le recyclage des matériaux, etc. L’impression 3D apporte des solutions intéressantes face aux grandes questions climatiques et écologiques.

Tu es également l’ambassadrice de Women in 3D Printing. Peux-tu nous en dire un mot ?

Je suis l’ambassadrice sur Paris depuis un an. Il s’agit d’une association internationale créée par Nora Touré. L’idée est de réunir régulièrement les femmes qui travaillent dans l’impression 3D sur des événements très conviviaux. L’objectif est de faire connaissance, de mettre en avant les femmes qui travaillent dans le secteur, et bien sûr d’inciter les jeunes femmes à se former et à intégrer le secteur. Pour participer à nos événements, il suffit simplement de rejoindre la newsletter, sur le site https://womenin3dprinting.com,  ou de me contacter sur Linkedin. 

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive