News Mercredi 19 janvier 2022 - 17:57

Les cinq clés pour une fabrication décentralisée

Partagez cette news :

cinq_cles_fabrication_additive_industrie_4.0

Parmi les sujets de l'industrie 4.0, la production distribuée permet de rationaliser les processus (approvisionnement et volumes), de réduire l’impact logistique (moins de transport et d’entreposage) et d’offrir plus d’adaptabilité, en plus de sécuriser la production. Explication.

La fabrication d’hier est principalement basée sur l’identification des moyens de production les moins chers pour produire des pièces à l’étranger. Un fabricant local passe des années à développer une relation de confiance avec des partenaires de production sur différents continents parce que leurs pays disposent d’une main-d’œuvre à bas coût pour la production de pièces. En contrepartie, ces pièces sont export es à travers le monde, ajoutant inévitablement des coûts à la production, pour finalement arriver à destination. Des sociétés dépendent d’un nombre limité de fournisseurs et se retrouvent ainsi obligées d’avoir des entrepôts remplis de pièces détachées en cas d’urgence. Sans oublier que les canaux traditionnels de production sont un cauchemar logistique douloureux et coûteux. Plus simplement, la supply chain est laborieuse et dépassée.

La fabrication décentralisée est le futur

La fabrication décentralisée est le futur et ses avantages sont pratiquement infinis, encore plus dans des situations de crise comme celle que nous vivons. C’est pourquoi, les entreprises se tournent vers la fabrication décentralisée ou vers une fabrication locale. La fabrication décentralisée désigne le fait d’utiliser une expertise globale à distance, de diversifier son réseau de fournisseurs et de produire des pièces localement. La fabrication additive est la clé de voûte qui permet à une équipe d’ingénieurs locale d’imprimer des pièces à la demande et ainsi d'éliminer les stocks inutiles. Les bénéfices majeurs de la fabrication décentralisée sont les suivants.

Localisation

Produire localement permet de réduire les coûts de transport, les taxes et les frais de douane. Les fabricants se sont rendus compte de l’intérêt financier et moral qu’apporte la fabrication décentralisée auprès des communautés. Ainsi, 68 % de chaque dollar dépensé chez un détaillant local revient à la communauté, contre 48 % avec de plus grandes entreprises, selon une étude d’Andersonville Study of Retail Economics parue en 2013.

Expertise locale

La globalisation des talents s’est révélée être un avantage de taille pour les petites, les moyennes et les grandes entreprises. La fabrication décentralisée approfondit cette capacité d’une société à développer un réseau de talents et d’expertise plus large et plus diversifié. En diversifiant sa supply chain, un fabricant peut déléguer ses productions et réduire son risque d’échec.

Impact environnemental

L’impact environnemental est la clé pour la longévité et l’impact écologique d’une entreprise. Adopter un concept de fabrication agile permet à la société de limiter le nombre d’installations permanentes et donc d’éviter les investissements risqués ou les coûts d’entretiens. Le modèle de fabrication décentralisée s’appuie sur des productions locales, éliminant ainsi la nécessité de transport et réduisant les émissions de CO2 et l’impact environnemental.

La fabrication additive est une méthode de conception et de fabrication disruptive qui pousse à réfléchir à des alternatives aux méthodes de fabrication traditionnelles. À quoi bon stocker des pièces de rechange dans des entrepôts sur plusieurs continents ? Pourquoi passer des années à développer un réseau avec des installations de production à l’étranger qui seront obsolètes dans le futur ? La fabrication décentralisée est la réponse à toutes ces questions et bien plus encore. Voici les cinq clés pour une fabrication décentralisée réussie.

La transparence avec les fournisseurs

Le défi : nous sommes tous passés par là. Des équipes cloisonnées, des départements opérant de façon isolée et des lignes directrices en pointillé. La complexité d’une organisation mène vers un manque de communication interne et plusieurs départements mesurent un succès différemment. Le modèle de fabrication décentralisée demande de la coordination entre plusieurs entités qui opèrent sur différents fuseaux horaires. Alors même que cela devient de plus en plus commun pour beaucoup d’entreprises   l’aube d’une nouvelle génération d’industrialisation, une communication rationalisée et la définition des rôles sont des défis propres à chaque organisation.

La solution : améliorer la traçabilité, le suivi et les mesures nécessite un outil de communication intégré. À l’image de Salesforce Chatter ou Microsoft Teams, ces outils ont été conçus pour améliorer les communications ce qui permet une meilleure définition des rôles et une plus grande productivité. La communication rationalisée ne doit pas être sous-estimée (figure 1).

Image
cinq clés pour une fabrication distribuée

Cybersécurité et protection de la propriété intellectuelle

Le défi : appelée le pétrole du XXIe siècle, la propriété intellectuelle est la plus grande richesse dont peut disposer une entreprise. Sa protection et la sécurisation des fichiers sont d’une extrême importance, et cela doit être pris en compte lors du passage au modèle de fabrication décentralisée. Que se passe-t-il si l’un des fichiers est corrompu ou modifié durant le processus de fabrication ? Si un fichier erroné est envoyé à l’impression puis à la livraison ?

La solution : la sécurité nécessite une approche fluide et évolutive, mais il y a des solutions immédiates. Intégrer un logiciel de traçabilité avec des versions et un accès utilisateur personnalisé est une stratégie intéressante qui existe aujourd’hui. Alors que l’industrie évolue, une alternative qui utiliserait la technologie de la blockchain pourrait être une option intéressante. Actuellement en phase de test, les capacités de cryptage de la blockchain attirent beaucoup de sociétés qui souhaitent développer la sécurité de leur propriété intellectuelle et leurs fichiers 3D.

Complexité et répétabilité dans la production

Le défi : le schéma 2 (ci-dessous) représente la complexité qui se cache derrière la production à l’identique de pièces dans différents locaux, répartis à travers le monde, avec différentes normes et réglementations. Il suffit qu’un chaînon soit un petit peu plus faible sur la chaîne pour corrompre le processus entier. La méthode de fabrication décentralisée s’appuie sur un système intégré des qualifications de matériaux, des calibrations système, des paramètres prédéfinis et une formation constante des équipes d’ingénieurs. Créer un procédé uniforme est déjà un défi en soi, alors comment le développer dans plusieurs locaux à travers le monde ?

Image
Complexité et répétabilité dans la fabrication

La solution : les statistiques sont la force vive de chaque entreprise manufacturière. L’intégration d’un outil qui élimine la confusion et fonctionne uniquement sur la transparence des données permet de mettre en place des processus mesurables et exploitables. L’erreur humaine existera toujours et l’intégration de données erronées mènera à des résultats plus que défavorables. Évitez la réflexion et laissez les chiffres s’exprimer.

Responsabiliser les équipes

Le défi : « Ceux qui n’apprennent pas de leurs erreurs sont condamnés à les répéter. » Cette fameuse citation fait référence à la valeur d’apprentissage qui se d gage des erreurs de quelqu’un et à l’importance d’une mise en perspective proactive pour éviter de futurs problèmes. Bien que la fabrication décentralisée soit une piste potentielle pour résoudre un grand nombre de problèmes de la supply chain dans un futur proche, elle reste un concept en développement. De plus, certaines entreprises vont avoir besoin de solutions spécifiques à leur situation, ce qui signifie que la personnalisation est inévitable. La question n’est plus de déterminer si la fabrication décentralisée est ou non une solution viable, mais de savoir quelle personne au sein de l'entreprise va être désignée pour la mettre en place. Ce changement est inévitable et affectera tous les services de la société, de la conception de produits à la fabrication, du service des opérations aux départements juridiques. Ce changement requiert un effort collectif.

La solution : quelle que soit la personne qui sera chargée de diriger ce bond dans l’industrie 4.0, une chose est sûre : elle aura besoin d’un outil intégré qui peut mesurer la performance et l’efficacité de la chaîne de production, un logiciel de communication qui peut contrôler les volumes de production et suivre l’utilisation des matériels depuis plusieurs serveurs dans le monde. La collecte de données, un management transparent du processus et une communication intégrée seront les éléments décisifs pour un réseau de fabrication décentralisée efficace.

Simplifier l’infrastructure informatique

Le défi : tout comme l’intégration de la communication et l’identification des rôles, l’infrastructure informatique pose un autre problème unique à travers les différentes structures. Il est courant que différents sites au sein d’une même organisation opèrent avec différentes plateformes technologiques. La collecte de données, le partage des compétences et les fonctions de bases s’appuient sur une structure informatique intégrée. Comment une entreprise partage-t-elle ses compétences et informations ?

La solution : l’adoption d’un outil de communication intégré à travers plusieurs sites et services peut permettre d’économiser du temps pour vos équipes de management, de l’argent et des maux de tête. De plus, les employés utilisent souvent des outils tiers non autorisés pour partager des fichiers à cause de la faiblesse des ressources informatiques, ce qui peut créer des brèches de cybersécurité.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive