News Vendredi 15 novembre 2019 - 12:10

ENGIE reçoit une certification en fabrication additive

Partagez cette news :

centre-fabrication-additive-engie-fabricom

Après un audit, l’organisme Lloyd’s Register a remis à ENGIE une certification de qualité pour ses installations de fabrication additive et son laboratoire de poudres situés à Zwijndrecht, en Belgique. Une certification qui pourrait permettre à ENGIE Fabricom de fournir des services en fabrication additive métallique. 

Certification d’un nouveau centre de fabrication additive en Belgique

L’ENGIE Laborelec, le centre de recherche et d’expertise d’ENGIE pour la production, le transport et la distribution d’électricité, et l’atelier mécanique ENGIE Fabricom, l’entité spécialisée dans la conception, la réalisation et la maintenance des installations et services multi-techniques, travaillent ensemble dans le domaine de la fabrication additive. Récemment, ils ont obtenu une certification pour une usine et un laboratoire de fabrication additive et de poudres. Pour la filiale belge d’ENGIE, cette agrégation de Lloyd’s Register est une étape majeure vers la validation et la qualification de composants haut de gamme, mais aussi pour la reconnaissance de la qualité de son centre situé à Zwijndrecht, en Belgique.

« ENGIE Laborelec et ENGIE Fabricom étaient bien préparés pour l’audit avec une équipe extrêmement professionnelle et pragmatique, qui avait une connaissance approfondie du procédé de fusion en lit de poudre (Powder Bed Fusion) », a expliqué Matijasevic-Clarke, auditeur en fabrication additive chez Lloyd's Register. La combinaison de l’expertise d’ENGIE Laborelec et d’ENGIE Fabricom l’a ainsi convaincu de la stabilité du procédé et la répétabilité de leur premier alliage : un acier inoxydable SLM316L. 

Image
usine-engie-impression-3d-belgique-fabricom

Des solutions MRR pour les centrales nucléaires d’ENGIE

Le secteur de l’énergie n’échappe pas à la vague de la fabrication additive ! Le groupe ENGIE a ainsi investi dans ces technologies et attend beaucoup de ses installations belges équipées de machines SLM Solutions de fusion laser sur lit de poudre (SLM). Celles-ci devraient fournir des solutions de maintenance, réparation et révision (MRR) à ses centrales nucléaires. L’objectif second est évidemment de fabriquer des composants métalliques imprimés. Et même si ENGIE n’est pas un fabricant, plusieurs de ses clients, tels que Total ou BASF, pourraient être intéressés par ses compétences en fabrication additive.

Certification de composants pour de nouveaux matériaux

Depuis trois ans, ENGIE Laborelec travaille également sur un projet industriel mené conjointement par Lloyd’s Register et The Welding Institute. Les deux organisations ambitionnent la certification de composants pour de nouveaux matériaux dans laquelle intervient la multinationale française. 

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive