News Jeudi 12 mars 2020 - 13:20

ERIKS investit dans l’impression 3D Ultimaker

Partagez cette news :

machine-ultimaker-eriks-fabrication-additive

L’entreprise ERIKS, fournisseur mondial de composants et de services techniques pour l’industrie, a équipé son site de production d’Alkmaar, aux Pays-Bas, de plusieurs imprimantes Ultimaker S5 Pro Bundle. Celles-ci seront mises à disposition de ses clients dans le but de co-développer des pièces 3D. L’équipe d’ERIKS les accompagnera pour identifier, concevoir et imprimer. 

Une expérience en impression 3D

La technologie d'impression en 3D est parfaitement adaptée à des sociétés comme ERIKS, qui conçoit des pièces techniques et fournit des services à tous les secteurs de l'industrie. L’entreprise a, par exemple, repensé et remplacé un outil placé sur un rouleau de film d'emballage, transformant la tâche consistant à retirer et à remplacer le rouleau en un travail rapide et sûr effectué par une seule personne (voir dans la vidéo ci-dessous).

Image
piece-impression-3d-eriks-ultimaker

« Nous imprimons depuis un certain temps. Principalement des prototypes, mais aussi des gabarits et des montages, ainsi que des pièces d'utilisation finale qui étaient auparavant impossibles à fabriquer avec les méthodes traditionnelles. Nous avons [également] pu identifier plusieurs dizaines de pièces qui nous ont permis d'améliorer la sécurité de nos installations de production », a déclaré Job van de Sande, responsable de la technologie d'étanchéité et des polymères chez ERIKS Pays-Bas. La sécurité est la clé chez ERIKS. Et un environnement propre est un environnement sûr - un environnement dans lequel le travail peut être effectué plus efficacement. À ce titre, l'entreprise considère les facteurs de sécurité comme faisant partie intégrante - sinon inextricablement - des objectifs et des délais, tels que les objectifs de production et les marges bénéficiaires. 

Respecter un environnement de production alimentaire

L’entreprise a également installé une salle blanche dédiée à la fabrication de produits alimentaires dans un environnement respectueux des normes prévues par la directive européenne EC1935/2004. « La possibilité d’imprimer en 3D des pièces d’aides à la production et d’éliminer les risques liés à la sécurité alimentaire dans nos propres installations nous a permis d’économiser plus de 350 000 euros rien qu’en 2019. Aujourd’hui, nous aidons nos clients à bénéficier de la fabrication additive en les conseillant sur les pièces qu'il convient d'imprimer, mais aussi en effectuant des audits de leurs sites de production. À la suite de cet examen approfondi, nous co-développons et imprimons des pièces via l'Ultimaker S5 Pro Bundle, tout en garantissant la qualité, la fiabilité, la reproductibilité et la conformité avec leurs standards industriels », a expliqué Sander Splinter, Managing Director chez ERIKS Pays-Bas.

Image
eriks-fabrication-additive-ultimaker-salle-blanche

« Pour les pièces et les outils utilisés dans un environnement de production alimentaire, nous avons développé un espace de fabrication propre, conforme à la directive CE1935/2004, et une grande salle blanche de la classe ISO 6. Actuellement, nous essayons d’obtenir aussi la conformité avec les normes de sécurité alimentaires de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, ainsi que ses certifications pour la fabrication additive. Cela nous permettrait d'imprimer en 3D des pièces et des outils certifiés qui peuvent être directement utilisés sur des sites de production alimentaire », a conlu Job van de Sande.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive