News Vendredi 26 mars 2021 - 10:06

Rapport Wohlers 2021 : une croissance constante, les projets européens et les ventes de machines en France

Partagez cette news :

rapport_wholers_2021_impression_3D

Malgré la récession due à la crise sanitaire du Covid-19 sur l'économie mondiale, le marché de la fabrication additive continue de croître. Il s’agit-là de l’information la plus importante et la plus positive issue du rapport Wohlers 2021 qui vient de paraître.

De bons résultats malgré un net ralentissement

L’édition 2021 du rapport Wohlers marque la 26e année consécutive de la publication comprenant 375 pages fournissant les tendances, les perspectives et les prévisions du marché de la fabrication additive et de l’impression 3D professionnelle. Les principaux résultats sont que – malgré la pandémie sanitaire qui a frappé le monde en 2020 – le rapport de Wohlers Associates constate une croissance de l'industrie de 7,5 %, soit un marché de près de 12,8 milliards de dollars en 2020 (contre 11,8 milliards de dollars en 2019). Si la croissance est nettement inférieure aux dix années précédentes, qui avaient enregistré une moyenne de 27,4 %, le secteur continue d’obtenir de bons résultats.

Le rapport 2021 comprend des notes sur 74 investissements de lancement ainsi que sur 35 acquisitions et offres publiques. De nombreuses start-up et jeunes entreprises ont reçu un financement substantiel. Par exemple, la société américaine Desktop Metal a reçu 575 millions de dollars dans le cadre d'une fusion avec une société d'acquisition spéciale. Après son introduction en bourse en décembre 2020, la capitalisation boursière de Desktop Metal a dépassé 7,5 milliards de dollars en février 2021.

Le rapport montre que malgré une baisse des ventes d'équipements, en 2020, enregistrée par la plupart des grands fabricants de systèmes, de nombreuses entreprises plus jeunes du secteur ont connu une augmentation de leur croissance – grâce notamment aux divers investissements. Les activités des fournisseurs de services en fabrication additive ont également augmenté, réalisant une croissance de 7,1 % et générant près de 5,3 milliards de dollars de revenus. La production de pièces en fabrication additive par des prestataires indépendants a également poursuivi sa croissance comme le montre le schéma ci-dessous.

Image
rapport_wohlers_graphique_chiffre_impression_3D

Production de pièces en fabrication additive par des prestataires indépendants.

La fabrication additive dans le monde

Le rapport Wohlers a été réalisé en collaboration avec 124 prestataires de services, 113 fabricants de machines et 24 producteurs de matériaux tiers. Il est principalement constitué d’informations émanant des États-Unis. Ainsi, le nombre de fabricants participant au rapport est de 25 pour les États-Unis, 13 pour l’Allemagne, 11 pour la Chine, 6 pour l’Autriche, l’Italie, la Corée du Sud ou encore l’Espagne, 5 pour le Japon et 4 pour la Turquie. Et moins pour la France. Parmi les quatre-vingt-huit auteurs et contributeurs issus de 34 pays, A3DM était présent. Pour la troisième année consécutive, nous avons fourni une analyse approfondie des stratégies de fabrication additive de l’Union européenne (UE) et des projets financés, ainsi qu’une analyse connexe du soutien public des États membres de l’UE.

Comme les années précédentes, l'Amérique du Nord et l'Asie-Pacifique sont en tête par rapport à une Europe divisée. Concernant les applications réalisées en fabrication additive, les pièces finales et les prototypes fonctionnels dominent le marché, comme le montre les schémas ci-dessous.

Image
marche_mondial_impression_3D_wohlers
Image
application_mondial_impression_3D_wohlers

Recherche et développement en fabrication additive au sein de l'Union européenne

La recherche et le développement en Europe est fortement soutenue par des financements publics à différents niveaux : la Commission européenne, les 27 États membres, les institutions régionales, ainsi que les pays tiers autorisés à participer aux projets R&D : pays candidats, pays candidats potentiels, Association européenne de libre-échange (AELE), pays ou territoires couverts par la politique européenne de voisinage et associés aux précédents programmes de la Commission européenne. Tous jouent un rôle important pour soutenir financièrement le développement de la fabrication additive.

L'Union européenne a financé des projets de recherche dès la fin des années 1980. Entre 2007 et 2020, elle a alloué plus de 350 millions d'euros de financement. La liste suivante regroupe les projets actuels financés par l'UE – elle n'est pas exhaustive. Elle met en évidence certains des plus importants efforts européens de R&D dans le domaine de la fabrication additive, indiquant des projets toujours en cours (ou qui viennent de se terminer).

Image
rapport_wohlers_2021_projet_3d_printing_europe

La grande majorité des projets de l'Union européenne est financée au titre du programme-cadre européen pour la recherche et l'innovation (2014-2020) Horizon 2020. Ce dernier a alloué au total plus de 75 milliards d'euros. Il est suivi par Horizon Europe (de 2021 à 2027) dont le financement d’un montant de 1 074,3 milliards d'euros est inclus dans le prochain cadre financier pluriannuel.

Outre les projets financés par l'Union européenne, il existe d'autres initiatives entourant le secteur de la fabrication additive, principalement situées dans les régions du sud et de l'ouest (Espagne, Italie, France, Allemagne, Suède). L'une des initiatives les plus pertinentes est le Fraunhofer Additive Manufacturing, en Allemagne, fondée en 1998, et englobant 20 instituts axés sur le développement, l'application et la mise en œuvre de processus de production additive ainsi que les matériaux associés. Toujours en Allemagne, la VDW Machine Tool Builders Association finance des projets de fabrication additive. Et la Fédération allemande d'ingénierie VDMA coordonne une association AM soutenant ses membres tout au long de la chaîne de valeur. En France, l'association France Additive (anciennement Association Française du Prototypage Rapide - AFPR), fondée en 1992, accompagne les acteurs du secteur et mène plusieurs actions comme la volonté de la création d’un Institut français de la fabrication additive. En collaboration avec l'Alliance Industrie du Futur, le Symop et l’UIMM, elle a élaboré une feuille de route nationale sur la fabrication additive. En Italie l’ association des machines-outils UCIMU a soutenu la création de l'AITA, l'Association italienne de la fabrication additive. Tandis que le ministre italien du développement économique soutient la mise en œuvre de technologies de pointe. En Espagne, l’Association espagnole des technologies de fabrication additive et 3D regroupe environ 200 acteurs. Des initiatives similaires sont également présentes en République tchèque, en Finlande, aux Pays-Bas, en Pologne, en Suède et au Portugal.

L'année 2021 est la première année sans le Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. Le Brexit aura un impact négatif sur le financement public de R&D au Royaume-Uni. Les parties prenantes continueront de participer à Horizon Europe, mais seront exclues du fonds du Conseil européen de l'innovation qui offre également aux entreprises un financement allant jusqu'à 2,5 millions d'euros et des prises de participation de la Banque européenne d'investissement jusqu'à 15 millions d'euros

La fabrication additive en France

Pour cette édition 2021, Benoit Verquim du CETIM a remplacé Alain Bernard, Professeur des universités à l’École centrale de Nantes et vice-président de France Additive, comme contributeur au rapport Wohlers. Il a fourni une analyse sur le soutien français au développement de la fabrication additive ainsi que son impact sur le territoire pendant la crise du Covid-19. Le rapport met également en avant des travaux menés par ArianeGroup, AddUp, Microlight, Hummink, le CNRS ou encore le renforcement spécifique régional d'Addim Alliance dans les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine. Enfin, il aborde la (re)naissance de France Additive, anciennement Association française de prototype rapide et de fabrication additive (AFPR).

D'autres informations importantes contenues dans le rapport Wohlers sont liées à la quantité de systèmes vendus entre 2007 et 2020. A3DM vous propose la partie sur la France.

Image
vente_systemes_impression_3D_france

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive