News Mercredi 20 novembre 2019 - 11:02

La France au salon Formnext 2019

Partagez cette news :

formnext-2019-france

Dans un contexte concurrentiel, la France a du mal à s’imposer comme un pays leader dans le secteur de la fabrication additive. Pourtant, elle possède de grandes entreprises multinationales, ainsi que de jeunes pousses innovantes. Ses services de R&D et ses centres de formations restent parmi les meilleurs du monde. Une partie de ces acteurs français a fait le voyage en Allemagne pour être présent sur le salon Formnext. A3DM Magazine est allé à leur rencontre.

Les nouveautés du groupe AddUp 

En 2019, le groupe AddUp profite de sa présence au salon Formnext pour annoncer de nombreuses nouveautés. AddUp étend sa gamme de machines de fusion laser sur lit de poudre (LBM, Laser Beam Melting) avec la nouvelle FormUp 200. Celle-ci hérite des capacités de la FormUp 350 en termes de précision des pièces, de qualité métallurgique et de productivité, avec un plateau d’impression de 225 mm par 280 mm en hauteur. AddUp présente également un concept unique d’usine modulaire, développé en partenariat avec CESI et la société CAPSA. Baptisé « The Anywhere Additive Factory », ce concept désigne une unité de fabrication additive autonome et modulable pouvant être montée ou démontée en sept jours. L’entreprise auvergnate a également fait le déplacement en Allemagne avec un démonstrateur industriel LBM équipé d’un plateau de grande dimension et d’une technologie multi-lasers, la FormUp 700. Cette version beta a été développée pour IREPA Laser, centre de ressources technologiques de référence en France. AddUp présente également sa vision des ateliers automatisés, une offre logicielle enrichie, « La Mallette » : une offre pour le secteur du luxe créée en partenariat avec Decayeux STI, ainsi que des pièces de cuivre imprimées avec une densité supérieure à 99,6 % dans le matériau et une conductivité électrique de 97 % IACS.

Image
formup-200-addup-additive-formnext

AddUp annonce le lancement de la machine FormUp 200

Nouvelle génération de machines BeAM

BeAM présente à Francfort ses nouvelles générations de machines Modulo 400 et Modulo 250. La société française lève également le voile sur deux projets en cours qui sauront séduire les industriels en quête de qualité et de productivité pour la fabrication DED :

  • une solution de contrôle de la distance buse-pièce montée sur des buses de déposition BeAM, associant un capteur Precitec et des cycles de contrôle Siemens ;
  • l’intégration des jumeaux numériques des machines BeAM dans la suite d’outils logiciels de Siemens.

Nouvelles machines 3DCeram Sinto

3DCeram Sinto lance deux nouvelles machines de fabrication additive céramique stéréolithographie. Avec des dimensions d’impression de 600 x 600 x 300 mm, la C3600 Ultimate est une machine à visée industrielle. Équipée de quatre lasers et d’une nouvelle formulation des matériaux, elle est capable d’imprimer des pièces de grande taille, comme des miroirs de satellite, quatre fois plus rapidement que la machine C900 Flex. La deuxième machine présentée par le spécialiste française de la céramique est la C100 Easy, une machine plus petite à destination des laboratoires, des centres de recherche et des universités. Le prochain objectif de 3DCeram sera « l’automatisation complète de la chaîne », confirme Richard Gaignon, CEO.

Une première au Formnext pour Lynxter

Créé en 2016, Lynxter est un jeune constructeur français d'imprimantes 3D industrielles, modulaires et ouvertes. Il participe, en tant qu’exposant, à son premier salon Formnext et confirme ainsi son souhait de se développer à l’international. La société bayonnaise est venue en Allemagne avec une moto configurable, sur mesure et homologuée, la LM-S de Dab Motors. Lynxter a imprimé pour le constructeur moto des pièces de validation permettant ainsi d’améliorer le cycle de développement. Lynxter a également annoncé, à l’occasion de cette première journée Formnext, un partenariat avec un autre grand acteur français de la fabrication additive, Erpro Group.

Image
lynxter-moto-dab-motors-impression-3d

De nombreuses pièces imprimées chez Erpro Group

Après la réussite de la fabrication des brosses de mascara Channel, Erpro Group expose une nouvelle gamme développée en partenariat avec Albéa Group : Désert d’Albéa. Celle-ci comporte quatre nouvelles brosses de mascara : Cactus, Whirl, Quicksand et Palm Leaf. La société française présente également la moto du projet Cara, bardée de composants imprimés en 3D disponible à l'achat pour les utilisateur de BMW. À travers ce projet, elle souhaite lancer son premier catalogue de pièces imprimées et optimisées . Enfin, le fournisseur de service d’impression 3D a profité du Formnext pour annoncer l’acquisition de nouvelles machines : S600D silicone de Lynxter et une nouvelle imprimante 3D Stratasys J850.

Image
projet-cara-erpro-group

Commande numérique et robots chez VLM Robotics

Présent sur les stands du CEA et de la région Nouvelle Aquitaine, VLM Robotics travaille sur l’intégration d’outils avec commande numérique et la robotique industrielle. « La commande numérique va nous apporter des standards, mais également des solutions multicanales. Elle va nous permettre de gérer le process de manufacturing, mais aussi d’ajouter une autre fonction « métier ». L’idée est, par exemple, de réaliser du control in process au fur et à mesure que la pièce se construit. Nous avons déposé un brevet avec le CEA et BeAM pour un contrôle non destructif embarqué autour d’un process de fabrication. Le multicanal n’est pas uniquement dédié au contrôle, il peut s'agir d’usinage ou encore de traitement thermique. Pour cela, nous avons besoin du contrôleur numérique et des robots », nous explique Philippe Verlet, PDG. 

L’impression par jet d’aérosol au CTTC

Depuis de nombreuses années, le CTTC mène des travaux de recherche sur la fabrication additive céramique. Le panel technologique du centre de recherche technologique (CRT) est large : binder jetting, stéréolithographie, dépôt de matière, mais également des technologies d’écriture direct comme l’Ink jet ou l’Aerosol jet. Le centre développe et adapte également des machines, formule les matières premières et développe des procédés de traitements thermiques et de finitions. 

Parmi les procédés technologiques, la fabrication additive par jet d'aérosol (Aerosol Jet Printing) est une technologie d'impression directe permettant de déposer une grande variété de matériaux : métaux, polymères, céramiques, composites, encres biologiques, etc. Elle utilise une buse spécifique qui permet de générer un flux de gouttelettes collimaté (aérosol liquide). Des motifs discrets peuvent être obtenus en plaçant un obturateur piloté sous la buse. La technologie AJP est adaptée aux surfaces planes aussi bien qu'aux surfaces courbes, texturées ou au remplissage de cavités. Elle est utilisable pour des encres de faible et haute viscosité et permet l'obtention de traits fins (10µm) à larges (1mm).

D'autres acteurs français dont la région Nouvelle-Aquitaine 

De nombreux autres acteurs français sont présents au salon Formnext tels qu’Arkema, Aubert & Duval ou encore Kimya. La région Nouvelle Aquitaine et la CCI ont également fait le voyage en Allemagne avec des sociétés régionales. L’entreprise Coulot Decolletage, spécialisée dans l’usinage de précision de décolletage, est venue présenter son offre en fabrication additive. Autre acteur neo-aquitain, Nimbl’Bot développe une solution robotisée inspirée d’une colonne vertébrale qui permet de générer des courbures particulières. « L’intérêt pour la fabrication additive est que ce produit permet d’atteindre sur le plateau d’impression des positions très singulières que d’autres robots ne savent pas atteindre », nous explique Ludovic Dufau, CEO de Nimbl’Bot.

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive