News Jeudi 9 mai 2019 - 16:00

L’artiste Sebastian Errazuriz sculpte les grandes figures de la tech grâce à l’impression 3D

Partagez cette news :

sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs

L'artiste chilien Sebastian Errazuriz a utilisé la modélisation et l’impression 3D pour sculpter les grandes figures de la Silicon Valley en personnages mythologiques. Intitulée « Le début de la fin » (traduction de « The Beginning of the End »), les dix oeuvres sont exposées jusqu'au 24 mai 2019 à la maison d'art Elizabeth Collectif, un lieu communautaire d’artistes et de concepteurs novateurs situé à Manhattan, à New York, aux États-Unis.

Le début de la fin

Sebastian Errazuriz a passé les cinq dernières années à observer les impacts des nouvelles technologies sur l'économie et le social, la géo-politique et plus largement la société. À travers ces sculptures, l'artiste nous montre son regard pessimiste sur ces technologies et sur les fondateurs qui se cachent derrière. Son exposition « The Beginning of the End » comprend une série de dix œuvres qui, selon l'artiste, « créent une nouvelle mythologie de héros, de méchants et de personnages qui feront parti de ce qui pourrait être la fin de la civilisation ».

Mark Zuckerberg, co-fondateur et PDG de Facebook ; Elon Musk, PDG de Tesla et Space X ; Steve Jobs, co-fondateur de la marque Apple ; le lanceur d’alerte Edward Snowden ; Larry Page et Sergey Brin, les deux fondateurs de Google ; Jeff Bezos, fondateur du géant Amazon ; etc. Aucune des grandes figures de la tech n'ont échappé au talent de Sebastian Errazuriz ! Tous ces personnages qui façonnent notre avenir ont inspiré l’artiste chilien pour sa nouvelle exposition « The Beginning of the End ».

Image
sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs
Image
sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs
Image
sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs

The Collapse of the Resistance 

Dans son oeuvre The Collapse of the Resistance, que nous traduirions par L'effondrement de la résistance, Sebastian Errazuriz a sculpté Edward Snowden, le lanceur d'alerte qui a révélé plusieurs programmes américains et britanniques de surveillance de masse. La sculpture montre l'un des hommes les plus recherchés du monde allongé sur le sol, « apparemment tué », explique l'auteur sur son compte Facebook. « Son téléphone portable est à ses côtés, cassé. Son sac à dos est ouvert et son ordinateur brisé. Peut-être abattu par un agent secret ! Est-il un symbole de résistance ? Est-il un héros ou un traître à une époque de surveillance technologique générale ? Les résultats sont les mêmes. Il s'agit du début de la... »

Image
sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs

De la réalité augmentée à l’impression 3D

Les sculptures « The Beginning of the End » ne sont pas les seules oeuvres pour lesquelles Sebastian Errazuriz utilise l'impression 3D. Il avait déjà réalisé par fabrication additive un modèle de la célèbre Victoire de Samothrace du Louvre, lors d’une exposition à la David Gill Gallery à Londres, en Angleterre. Avant, l’artiste s'était essayé aux nouvelles technologies en utilisant notamment la réalité augmentée (AR) grâce à laquelle il pouvait plonger les spectateurs au cœur de ses œuvres. Selon ses propres termes, l'impression 3D lui a permis de « donner vie à ses sculptures ». Pour cela, il a fait appel à la société américaine Formlabs, qui s'est occupée d’imprimer les différentes pièces de sculpture de l’artiste.

Image
sebastian-errazuriz-sculpture-formlabs
Contenu Encadré

Sebastian Errazuriz, du Chili à New-York

Né au Chili, Sebastian Errazuriz est un artiste, un designer et un activiste. Reconnu mondialement pour ses œuvres originales et provocatrices, il mélange art contemporain et design, nouvelle technologie et artisanat. Son travail est à la fois surprenant et fascinant, mais surtout il apporte un regard décalé au spectateur sur le monde actuel.

Sebastian Errazuriz a exposé ses œuvres partout dans le monde : au Palm Springs Art Museum, au Copper Hewitt, au National Museum of Design à New York, au Kiasma Museum of Contemporary Art à Helsinki, au Vitra Museum à Weil AM Rheim en Allemagne, au Museum of Art and Design de New York, au Bellevue Arts Museum de Washington, au Mint Museum de Charlotte, au Corning Museum of Glass de Corning, au National Museum of Fine Arts de Santiago, au Albuquerque Museum à Albuquerque, au Museo Amparo à Puebla au Mexique ou encore au Peabody Essex Museum à Salem. Il est également très populaire auprès des médias et fait régulièrement la une de nombreux magazines tels que le New York Times, le Financial Times ou encore le Wall Street Journal

L'artiste ne s'est pas uniquement attaqué aux célébrités de la tech, il a également caricaturé les grandes figures puissantes du monde : Trump, Poutine et Xi Jinping.

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive