News Lundi 14 octobre 2019 - 15:52

L’hebdo de la fabrication additive #22

Partagez cette news :

Les infos fabrication additive pour bien commencer la semaine : nouvelle imprimante Stratasys, impression 3D de bijoux et de brûleurs acétylène, l'éco 3D...

La news 3D à ne pas manquer

Imprimez vos bijoux !

L’industrie de la bijouterie repose encore essentiellement sur des méthodes de conception manuelles et traditionnelles. L’artisanat reste plébiscité par les secteurs du luxe qui cherchent à éviter l’uniformatisation des produits. Mais justement, les nouvelles technologies ne sont plus uniquement associées à l’uniformisation et à la production de masse. La fabrication additive est le symbole de la production sur mesure et à la demande. Découvrez comment et pourquoi les bijoutiers utilisent l’impression 3D.

Image
impression-3d-bijou-bijouterie-a3dm

L’actualité Machines & Équipements

Nouvelle imprimante 3D Stratasys Digital Anatomy

La société Stratasys vient de dévoiler sa nouvelle imprimante 3D J750 Digital Anatomy : une machine dédiée au secteur médical. Elle lance également trois nouveaux matériaux : TissueMatrix, GelMatrix et BoneMatrix, applicables aux domaines cardiovasculaire et orthopédique. Lire l’article complet

 

Image
imprimante-3d-stratasys-j750-digital-anatomy

Rapid Manuf agrandit sa chaîne de post-traitement

La société du groupe Visiativ, Rapid Manuf, a installé dans ses locaux une nouvelle cabine de sablage JeanBrel. Cet outil automatisé et dédié à la fabrication additive permet de sabler et de souffler les pièces pour les débarrasser de la poudre résiduelle et ainsi obtenir l’état de surface recherché. Cet équipement rejoint les machines Trybo de Rossler et teinture de Dyemansion. En savoir plus

Nouvelles machines de post-traitement chez Weerg

La société Weerg a misé sur la qualité de la fabrication italienne du Groupe Norblast pour ses travaux de post-traitement et de finition. Elle a acheté deux sableuses automatiques à tambour modèle S11B de Norblast qui sont installées au siège à Gardigiano, en Italie. Elles sont respectivement utilisées pour le secteur CNC et pour le département impression 3D.

Protolabs lance l’impression 3D polypropylène

Protolabs lance son service d’impression 3D polypropylène pour le frittage sélectif par laser. « Cette avancée majeure amène le développement de produit à un niveau supérieur en utilisant la plus polyvalente des matières plastiques », a déclaré Andrea Landoni, responsable de produits d’impression 3D chez Protolabs.

L’éco de la 3D

Marie Langer est nommée PDG d'EOS GmbH

Marie Langer, fille du fondateur Hans J. Langer, a était nommée au poste de présidente-directrice générale (PDG) de la société EOS GmbH. Ses priorités seront la stratégie, le marketing, la communication, ainsi que la culture d'entreprise et le développement organisationnel et personnel. La nouvelle PDG a déclaré : « trente ans d'engagement personnel à tous les niveaux et notre culture commune ont fait d’EOS l'entreprise prospère que nous connaissons aujourd'hui. Nous avons réussi à conserver l'esprit pionnier de nos premières années d'existence en l'associant à l'expertise d'un leader mondial du marché́. » En savoir plus

Les applications de la fabrication additive

Fabrication de brûleurs acétylène par impression 3D

Les brûleurs industriels sont fabriqués à partir de multiples composants métalliques, jusqu’à aujourd’hui produits par des méthodes de fabrication soustractives auxquelles s’ajoutent le fraisage, le perçage, à braser ou à souder, le filetage, les embouts de buses à visser et le brasage ou le soudage d’autres connexions. La société Linde PLC AM a lancé son projet de recherche sur les brûleurs acétylène LINDOFLAMM®. Elle nous expose les problèmes auxquels ont été confrontés ses ingénieurs. Retrouvez l’étude de cas ici.

Image
lindoflamm-fabrication-additive-bruleurs

La rencontre de la semaine

Rencontre avec Matteo Rigamonti, CEO et fondateur de Weerg

Matteo Rigamonti est un entrepreneur ambitieux. Il a toujours souhaité « créer quelque chose de grand, sa propre activité entrepreneuriale, une organisation de pointe qui se démarque de toutes les autres sur le marché ». Ainsi, en 1994, il fonde Pixartprinting, un service d’impression 2D de produits en ligne. Une aventure qui dure jusqu'en 2016. Après avoir recherché un marché mature où innover, il se tourne vers l’impression 3D et l’usinage CNC. L’interview en entier.

Image
matteo-rigamonti-weerg-impression-3d

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive