News Lundi 17 mai 2021 - 10:44

L'hebdo de la fabrication additive #86

Partagez cette news :

Les infos de la fabrication additive pour bien commencer la semaine :  le webinaire de présentation de la F770 de Stratasys, nouveaux matériaux chez Evonik, nouvelle technologie d'impression 3D de bois chez Desktop Metal, une semelle en fabrication additive par Adidas, la première pièce sous pression imprimée en 3D par Vallourec pour Total, GE remplace la fonderie par la fabrication additive, l'ECTA dresse les enjeux juridiques autour de l'impression 3D...

La news 3D à ne pas manquer

Webinaire de présentation de la F770 de Stratasys

Le mardi 18 mai 2021, de 11 heures à 12 heures, Stratasys présentera en détails sa nouvelle machine grande dimensions, la F770. Lors de ce webinaire, le fabricant détaillera non seulement sa machine et ses caractéristiques, mais surtout des cas d'application, démontrant les capacités de ce système de fabrication additive, avec notamment son client Sub-Zero.

Plus d'informations sur cette présentation dans cet article.

L’actualité Machines & Équipements

Deux nouvelles résines chez Evonik

À travers sa marque INFINAM, Evonik a dévoilé deux nouveaux matériaux pour les procédé d'impression 3D SLA (stéréolithographie) ou DLP (digital light processing). Les matériaux seront présentés plus en détails au salon TCT Asia de Shangaï du 26 au 28 mai 2021.

Présentation de ces nouvelles résines dans cet article.

Des déchets de démolition recyclés pour la fabrication additive

En 2014, le secteur de la construction représentait à lui seul deux tiers des déchets en France. La fabrication additive a ouvert des nouvelles pistes en matières d'écologie dans le secteur du bâtiment. Des chercheurs des universités de Swinburne et de Hebei ont transformés des déchets de bâtiments démolis en matériau pour la fabrication additive. Dans leur étude Impression 3D de béton écologique contenant des solides sous-utilisés et des déchets sous forme d'agrégats, ils présentent leur matériau écologique à base d'agrégats recyclés. Un premier pas vers une construction écologique et circulaire.

Découvrez ce matériau dans cet article.

Forust, la fabrication additive de bois par Desktop Metal

Le recyclage est un des enjeux majeurs de la fabrication additive. Plusieurs acteurs de l'impression 3D innovent pour préserver au maximum les matières premières, comme ARMOR, dont la filiale Kimya a été créée dans l'optique de développer le recyclage en fabrication additive. Le 6 mai dernier, le fabricant d'imprimantes 3D Desktop Metal s'est attaqué au recyclage du bois. Avec sa nouvelle filiale Forust, du nom de son procédé d'impression 3D par jet de liant, la société américaine propose de réutiliser la sciure produite par son exploitation pour fabriquer de nouvelles pièces finies.

La solution d'impression 3D de bois en détail dans cet article.

Image

Des pièces de décorations imprimées avec la technologie Forust. (Crédits : Business Wire)

Les applications de la fabrication additive

La nouvelle semelle en fabrication additive d'Adidas

Avec la nouvelle chaussure de course à pied 4DFWD, Adidas renouvelle sa confiance en la fabrication additive. Développée en partenariat avec Carbon, la nouvelle paire est équipée d'une semelle intermédiaire imprimée en 3D.

Présentation de cette nouvelle semelle intermédiaire dans cet article.

La première pièce sous pression imprimée en 3D par Vallourec pour Total

En partenariat avec RAMLAB, Vallourec, fournisseur de solutions tubulaires, a délivré à Total la première pièce sous-pression produite par fabrication additive. Ce composant, un waterbrushing d'1,2 mètre de diamètre pour 220 kilogrammes, a été produit grâce à la technologie de fabrication additive arc-fil WAAM.

Présentation de cette collaboration dans cet article.

Image

La pièce installée imprimée par Vallourec. (Crédits : Vallourec)

GE remplace la fonderie par la fabrication additive pour réduire les coûts

Et si la fabrication additive remplaçait définitivement la fonderie dans le secteur aérospatial ? Le groupe General Electric (GE) y pense. GE Additive et GE Aviation ont réduit de 35 % le coût de la production de quatre capuchons d'adaptateurs pour le circuit de purge d'air du moteur LM9000, seulement en remplaçant le procédé traditionnel de fonderie par l'impression 3D. Ces pièces métalliques ont été produites en 10 mois – au lieu de 12 à 18 traditionnellement – au sein de l'usine de fabrication additive de GE Aviation, à Auburn, en Alabama, aux États-Unis.

Découvrez les raisons de ce changement plus en détails dans cet article.

Image
Capuchons GE Aviation

Les capuchons du purgeur d'air imprimé en 3D par GE Aviation. (Crédits : GE Aviation)

L’éco de la 3D

DMG Mori enregistre 34 % d'augmentation de chiffre d'affaires

La société DMG Mori a annoncé avoir augmenté son chiffre d'affaires sur le premier trimestre 2021 de 34 %. Après avoir enregistré 440 millions d'euros de revenus sur la même période en 2020, DMG Mori en présente 590 millions en 2021.

3D Hubs devient Hubs

Suite au rachat de 3D Hubs par Protolabs en début d'année, la plateforme change de nom et devient Hubs. Cette nouvelle appellation vise à mettre l'accent sur la grande diversité de méthodes que propose Hubs en tant que prestataire de service de fabrication, au-delà de l'impression 3D.

L'ECTA dresse les enjeux juridiques de la fabrication additive

Soucieux des enjeux que représente la fabrication additive pour la propriété intellectuelle et sa législation, l'ECTA – anciennement Association des Communautés européennes pour les marques – a soumis à la Commission européenne un exposé d'opinion. L'organisme communautaire considère que la capacité de la fabrication additive à pouvoir reproduire en masse un produit complexe devrait être atteinte d'ici à quelques dizaines d'années et, qu'en ce sens, la législation devrait être adaptée.

Dans ce texte, l'ECTA estime qu'il n'est pas nécessaire de créer une législation sui generis – totalement unique – en ce qui concerne l'impression 3D, mais plutôt d'adapter la loi existante à ces nouvelles technologies qui rebattent les cartes du droit de la propriété intellectuelle

Présentation de cet exposé d'opinion dans cet article.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive