News Mercredi 24 juin 2020 - 09:28

Laissez-les faire !

Partagez cette news :

opinion_eric_pallares_bcn3d_printing

Miguel de Unamuno, philosophe et écrivain espagnol appartenant à la Génération 98, et l'une des plus illustres figures espagnoles du XXe siècle, a mis dans la bouche de l'un de ses personnages un certain essai : « Inventez, alors, eux et nous profiterons de leurs inventions. Eh bien, je crois et j'espère que vous serez convaincus, comme moi, que la lumière électrique brille ici comme là où elle a été inventée ».

Ces mots d'Unamuno montrent son énorme volonté de mettre en avant la science face aux esprits des hommes peu motivés par l’intelligence et l’invention. Les paroles d’Unamuno peuvent très bien être extrapolées à la façon dont la technologie d'impression 3D a répondu dans le monde entier à la pandémie de Covid-19. Des millions de particuliers, d'entreprises, d'hôpitaux et de prestataires de soins de santé dans le monde entier se sont tournés vers l'impression 3D et ils ont voulu l’utiliser et se lancer à créer des pièces pour construire toutes sortes d'équipements de protection tels que des visières, et des masques de protection, en peu de temps et avec un très haut niveau de fiabilité afin d'éviter d'entrer en contact avec le coronavirus.

La tragédie de la pandémie du Covid-19 n'a fait que renforcer ce constat. Face à la pénurie mondiale de produits de première nécessité, tels que les équipements de protection des travailleurs de la santé (EPI) ou les respirateurs pour les malades dans les hôpitaux, des centaines de milliers d'anonymes sont tombés malades ou sont morts, face à l'impuissance des États. La mise sur le marché de masques, de tests de diagnostic ou de respirateurs a été frustrante. La stratégie consistant à "les laisser fabriquer" s'est avérée être un échec, non viable à long terme.

Mais face à un tel pic de demande, une technologie a émergé, capable d'apporter des réponses rapides et efficaces de manière locale et décentralisée : l'impression 3D. Contrairement aux technologies de fabrication traditionnelles qui sont généralement basées sur la soustraction ou la transformation de la matière, l'impression 3D, également appelée « fabrication additive », consiste en l'addition couche par couche du matériau de construction. L'impression 3D permet donc une fabrication flexible des objets, sans qu'il soit nécessaire d'investir dans des moules ou des outils, sans grands investissements initiaux ou de grandes installations industrielles. 

Bien que sa capacité de production ne puisse pas encore concurrencer les technologies traditionnelles, comme l'injection de plastique, elle permet de démocratiser la capacité de production. Il existe des technologies d'impression, telles que la FFF (fabrication de filaments fondus par déposition) qui permet aux hôpitaux de fabriquer des dizaines d'EPI en 24 heures seulement, à un coût plus qu'acceptable. Ou même les particuliers peuvent avoir leur imprimante 3D sur leur bureau à la maison et fabriquer des pièces qui, comme nous l'avons vu ces derniers mois, peuvent sauver des vies ou préserver la santé de nos travailleurs de la santé.

Il y a encore beaucoup de place pour l'amélioration de l'impression 3D. Au niveau technologique, nous devons continuer à travailler pour améliorer la productivité des équipements, les matériaux compatibles ou les propriétés de la pièce finale. Les organismes de réglementation doivent également s'adapter à cette nouvelle réalité industrielle et technologique. Mais il ne fait aucun doute que l'impression 3D, dans son ensemble, a été renforcée par la crise sanitaire provoquée par Covid-19. Et il s'agira très probablement d'un acteur de plus dans la bataille pour la reprise économique. 

L’expression "ils le font" ne compte plus. L'industrie doit être renforcée, compétitive et génératrice de valeur ; les États doivent pouvoir être autosuffisants face aux poussées attendues ; et les entreprises doivent être agiles, flexibles et moins dépendantes du monde extérieur. L'impression 3D a fait son apparition. Ce n'est pas une mode passagère, mais un acteur clé des mutations industrielles à venir. Alors, laissez les entreprises d’impression 3D inventer et participer au lendemain de la pandémie, laissez-les faire !

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive