News Lundi 5 août 2019 - 12:14

L’hebdo de la fabrication additive #13

Partagez cette news :

L’hebdo de la fabrication additive #13

La news 3D à ne pas manquer

Hager Group, du prototypage à la production de pièces en série

Depuis plusieurs années, l’équipe R&D du site français de Saverne de Hager Group a intégré des solutions de fabrication additive à ses procédés de conception et de production. Après avoir investi dans la technologie 3D PolyJet de Stratasys, l’entreprise a acquis un système de production FDM Fortus 380mc. Aujourd’hui, elle utilise le procédé d’impression 3D de dépôt de matière fondue (FDM) pour la création d’outillage de pointe, dont certaines pièces étaient précédemment conçues en métal, mais aussi pour la fabrication de pièces en série.

Découvrez la réussite de l’intégration de la fabrication additive pour le fournisseurs de solutions pour les installations électriques Hager Group.

Image
capuchon-fabrication-additive-serie-hager

L’actualité Machines & Équipements 

GE Additive installe son premier système Concept Laser M Line Factory

GE Additive livre son premier système Concept Laser M Line Factory au centre Additive Technology Center de GE Aviation, à Cincinnati, aux États-Unis.  Le système a été transporté, depuis l’Allemagne, sur un Boeing 747-8 Freighter propulsé par des moteurs GEnx-2B - qui incorporera bientôt des pièces imprimées sur des machines Laser M2 de GE Additive.

Le série Xtreme de Roboze

Le fabricant italien d’imprimantes 3D Roboze a récemment dévoilé une série de machines d’impression 3D haute température baptisée "Xtreme". Cette dernière est composée de deux imprimantes 3D capables d'imprimer des matériaux techniques : la "Roboze One" et la "Roboze One+400". Plus d’informations ici.

L'Ultrafuse 316L, un filament métal

BASF 3D Printing Solutions a lancé un nouveau filament composite métal-polymère pour la fabrication par dépôt de matière fondue (FDM-FFF), l'Ultrafuse 316L. Ce matériau « permet une production plus sûre, plus simple et plus économique de pièces métalliques », a expliqué la société allemande. Découvrez ce filament métal !

Image
Un filament composite métal-polymère

Les applications de la fabrication additive

Des imprimantes 3D qui volent, marchent et nagent ?

La société danoise de recherche et développement GXN innovation a créé une série de prototypes physiques et virtuels d’imprimantes 3D capables de voler, de ramper et de nager. Baptisé « Break the Grid », ce projet est développé en collaboration avec Danish Hub, une plate-forme danoise spécialisée dans « les technologies propres », et Map Architects, un cabinet d’architecture basé à Copenhague. L'objectif du projet est de créer robots capables de se déplacer dans différents environnements naturels.

Plus d’informations ici.

Image
GXN_innovation_prototype_robot_impression_3D_2

L’éco de la 3D

Résultats financiers pour le deuxième trimestre 2019 de Stratasys

Au deuxième trimestre 2019, la société Stratasys a connu une baisse de 4,1 % de ses produits, par rapport à la même période en 2018, qui sont passés de 170,2 millions de dollars à 163,2 millions de dollars. Le bénéfice d'exploitation non conforme aux PCGR s'est établi à 9,1 millions de dollars. Elan Jaglom, PDG par intérim, a expliqué les raisons de cette baisse en indiquant que la société avait connu une forte croissance en Amérique, mais celle-ci a été impactée « par une faiblesse économique importante en Europe ». Il a également annoncé que des nouveautés seront présentées à la fin de l'année 2019 ou début 2020. Nous en serons sûrement plus à l’occasion du Formnext au mois de novembre !

Matérialise investit au Brésil 

Materialise a acquis une participation de 75 % dans Engimplan, un fabricant de dispositifs médicaux installé au Brésil. La société belge développera l’impression 3D médical au sein du groupe dans le but d’accélérer l'introduction d'implants et d'instruments médicaux imprimés en 3D sur le marché brésilien.

Dispositif de suramortissement exceptionnel en faveur des investissements de transformation numérique 

A3DM Magazine a rencontré Pauline Combes, juriste fiscaliste du cabinet GMBA, pour comprendre le dispositif de suramortissement exceptionnel en faveur des investissements de transformation numérique des PME industrielles, dont font partis les équipements de fabrication additive, ainsi que les logiciels de conception, de fabrication et de transformation. « Il s’agit d’un dispositif de suramortissement en faveur des PME qui investissent dans la robotique et la digitalisation industrielle. Ce dispositif s’applique aux entreprises qui acquièrent à l’état neuf ou fabriquent des biens éligibles. Il prend la forme d’une déduction extra-comptable égale à 40 % de la valeur d’origine du bien éligible inscrit à l’actif immobilisé, hors frais financiers. Le bien éligible devient ainsi fiscalement amortissable sur 140 % au lieu de 100 % habituellement. La déduction supplémentaire permise par ce dispositif spécifique est répartie linéairement sur la durée normale d’utilisation du bien. »

Retrouvez l’interview complète ici.

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive