News Lundi 8 juin 2020 - 17:22

L’hebdo de la fabrication additive #45

Partagez cette news :

infos_impression_3D_semaine_45

Les infos de la fabrication additive pour bien commencer la semaine : superalliage chrome cobalt chez ProtoLabs, un nouveau polypropylène HP, une imprimante Desktop Metal Shop System en France, l’éco de la 3D…

La news 3D à ne pas manquer

Un superalliage cobalt-chrome chez ProtoLabs

Le fabricant ProtoLabs a annoncé la sortie d'un « superalliage cobalt-chrome » pour son procédé de frittage laser métal. Ce matériau est réputé pour sa haute résistance à la corrosion, avec une faible teneur en nickel et offrant une excellente bio-compatibilité pour les secteurs du médical et du dentaire. "Le cobalt-chrome est l'un des matériaux les plus résistants connus et il peut être poli jusqu'à obtenir une surface extrêmement lisse. Combiné à l'impression 3D, il est possible de concevoir n'importe quelle forme, que ce soit pour une géométrie inhabituelle ou pour gagner du poids", a expliqué Andrea Landoni, responsable produits impression 3D chez Protolabs.

Image
Cobalt chrome

L’actualité Machines & Équipements

HP élargit son portefeuille de matériaux avec un nouveau polypropylène

Le nouveau polypropylène de la société HP, nommé « 3D High Reusability Polypropylene », mis au point par le chimiste BASF est un matériau polyvalent, durable et résistant notamment aux produits chimiques, à la chaleur ou encore à l'humidité. Pour ces caractéristiques, il est commun dans les industries telles que l'automobile, les biens de consommation ou encore le médical. Jusqu'à maintenant, il était utilisé avec les méthodes de fabrication traditionnelles telles que le moulage par injection. Aujourd'hui, il est disponible pour l'impression 3D.

Texas A&M University et Essentium améliorent l'adhésion intercouche

Des chercheurs de l'université Texas A&M, aux États-Unis, ont collaboré avec des ingénieurs d’Essentium afin de développer un procédé permettant d’améliorer l’adhésion intercouche des pièces plastiques imprimée en 3D à partir du procédé FDM. Pour favoriser cette adhésion entre les couches, l'équipe utilise des nanotubes de carbone intégrés à l’aide d’un courant électrique directement pendant l’impression. Ce process pourrait remédier à de nombreux défauts mécaniques en apportant à la pièce plus de résistance.

Image
La Texas A&M University et Essentium collaborent

Une machine Shop System de Desktop Metal au Cetim

Desktop Metal a annoncé l'installation d'une machine Shop System, en France, au Cetim. Ensemble, l'institut technologique labellisé Carnot et la société américaine souhaitent accélérer l’adoption de la fabrication additive métallique.

Découvrez cette nouvelle installation

Image
Desktop_Metal_Shop_System

Les applications de la fabrication additive 

L’impression 3D plastique au CRP de Renault

Depuis une dizaine d’années, Renault utilise la technologie d’impression 3D pour différentes applications. Le constructeur automobile dispose d’environ 170 imprimantes 3D installées sur ses différents sites à travers le monde, dont une trentaine d’imprimantes 3D industrielles au CRP de Renault, basé au Technocentre de Guyancourt(78). Elle sont destinées à la production de prototypes. Elles sont utilisées pour l’impression des habillages de portes, des consoles, des gabarits pour monter les premiers prototypes, des maquettes, etc. Environ 10 000 pièces par an sont imprimées au CRP de Guyancourt.  

Découvrez la suite de l'article

Impression 3D d'un déployeur de satellites

La société écossaise Alba Orbital, constructeur de satellites, a fait appel à la société italienne CRP Technology pour la construction d'AlbaPod 2.0, un déployeur de satellites entièrement réalisé par impression 3D. La technologie de fusion laser sur lit de poudre et le matériau Windform XT 2.0 ont permis de concevoir ces pièces.

Découvrez le déployeur de satellites de la société Alba Orbital

Image
3D printed AlbaPod

Alstom réduit et valorise ses déchets grâce à l’impression 3D

Dans les domaines d’applications du développement durable, l’impression 3D fait figure de bonne élève. La technologie est réputée pour utiliser uniquement la matière première nécessaire à la fabrication de la pièce et donc réduire la production de déchets. Elle permet également – comme nous le montrons dans l’initiative Relocaliser par l’impression 3D – de produire près du lieu de consommation et sur commande, limitant ainsi la surproduction et la pollution engendrée par les transports. Alstom et Armor 3D se sont engagées dans cette démarche. Ensemble, ils ont analysé les impacts environnementaux de production de pièces par fabrication additive. La technologie d’impression 3D est-elle vraiment « green » ?

Découvrez l'étude environnementale d’une grille d’aération Alstom

Image
grille-aeration-alstom-fabrication-additive

Elix Polymers et Advanced Materials Cluster luttent contre le Covid-19

En Espagne, la société Elix Polymers a annoncé une collaboration avec Advanced Materials Cluster dans la lutte contre le coronavirus Covid-19, donnant notamment du filament ELIX ABS 3D-FC. Les deux partenaires travaillent également avec la Fédération nationale des groupements d'entreprises innovants et des clusters (FENAEIC).

Découvrez les cas d'applications possible avec le filament ELIX ABS 3D-FC

Image
Elix Polymers_ELIX ABS 3D-FC

L’éco de la 3D

Falcontech investit chez Farsoon Technologies

Située à Jiangsu, en Chine, la société Falcontech a augmenté sa capacité de production en fabrication additive en s'équipant de systèmes de l'entreprise chinoise Farsoon Technologies. Vingt machines devraient être installées d'ici la fin de l'année. Lais le fournisseur de services de fabrication dans les secteurs de l'aéronautique et du spatial ambitionne d'atteindre rapidement 50 machines.

En savoir plus

Contenu Encadré

Relocaliser par l'impression 3D

A3DM et ses partenaires - HP France, AddUp, Bpifrance, Dassault Systèmes, Armor et Additive Conseil Sécurité - ont lancé l'initiative "Relocaliser par l'impression 3D" autour du sujet de la relocalisation de la production en France. Celle-ci a pour objectif de générer une réflexion nationale sur la place de la fabrication additive dans le contexte actuel et sa capacité de réponse aux problématiques de relocalisation d’aujourd’hui et de demain. La fabrication additive peut-elle améliorer nos chaînes logistiques et de production ? Peut-on imaginer une activité d’impression 3D en passe de réindustrialiser la France ?

Découvrez et suivez l’initiative "Relocaliser par l’impression 3D"

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive