News Vendredi 19 avril 2019 - 12:05

L’hebdo de la fabrication additive… en 5 minutes #1

Partagez cette news :

bio-impression-3d-coeur-chercheurs-tel-aviv

Études de cas 3D

Un cœur imprimé, une nouvelle étape pour la bio-impression 

Des chercheurs israéliens de l’université de Tel-Aviv ont dévoilé, cette semaine, dans la revue Advanced Sciences, leur étude sur un prototype de cœur entier imprimé en 3D. « Nous imprimons un cœur entier qui est complètement biocompatible avec le patient et ne provoquera pas de réponse immunitaire », a commenté le professeur Tal Dvir qui a dirigé ses recherches conjointement avec le Dr Assaf.

Une moto électrique imprimée en 3D

L’atelier de design Fuller Moto s’est tourné vers la fabrication additive et notamment le spécialiste de l’impression 3D Oerlikon pour imprimer des pièces de son concept Fuller Moto 2029 en titane. Répondant à une demande du Haas Moto Museum de Dallas, ce prototype est une version futuriste de la Majestic 1929.

Plus d’informations ici.

Image

Brompton a choisi Altair

En s’appuyant sur le témoignage et le retour d’expérience de son client Brompton, Altair a prévu de présenter sa nouvelle plateforme de conception et de simulation le jeudi 23 mai, à Paris... 

Plus d'informations ici.

Des impressions géantes à l’occasion du festival d’Angoulême  

Dans le cadre du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, la société d’événementiel Métropole a imprimé cinq personnages de BD grandeur nature avec sa nouvelle machine Massivit 3D 1 800. « Il a fallu moins de quatre semaines de travail – quatre-vingts heures d'impression et plus 200 heures d'assemblage, de sculpture et de peinture – pour créer les cinq personnages de BD exposés à la gare d'Angoulême », explique Denise Zanet, directrice associée chez Métropole, qui se réjouit du buzz que suscitent les impressions. 

Image
angouleme-international-comics-festival

Remplacer les plâtres grâce à l’impression 3D

La start-up CastPrint utilise l'impression 3D pour créer des « plâtres », ou plutôt des « moulages » ou structures de maintien, afin de soutenir les os après une fracture. Ces modèles personnalisés sont extrêmement légers et plus confortables à porter que les traditionnels plâtres. Ils peuvent également être enlevés et remis, ce qui permet aux patients de commencer les exercices de rééducation plus rapidement, mais aussi d'aller dans l'eau.

Image
impression-3d-platre-medical-castprint

Machines et équipements 3D

Un liant à base d’eau pour le système Rapidia

Basée à Vancouver, au Canada, la société Rapidia est un nouvel entrant sur le marché de la fabrication additive métallique. Son système fonctionne avec deux têtes d'impression indépendantes qui sont alimentées avec une pâte métallique ou céramique, ainsi qu’un liant à base d'eau. Au lieu de lier la poudre métallique avec un polymère, elle utilise donc un matériau à base d’eau comme liant, un matériau qui va donc s'évaporer simplement pendant l'impression. Une fois la pièce imprimée, elle est transférée dans un four complétant le système Rapidia.

Plus d’informations ici.

Image
machine-rapidia-fabrication-additive-metal

Le Roadshow Metal X a démarré

Afin de présenter son système Metal X, la société Markforged, basée à Boston, lance le Roadshow Metal X, une tournée mondiale avec plus de 60 dates afin que « les personnes découvrent la Metal X, ses applications ainsi que les pièces finies », a expliqué Brian Houle, VP Global Channel Sales, Markforged.

Présentation du système Metal X de Markforged.

L’éco de la 3D

Un nouveau laboratoire de recherche en fabrication additive… en France

Le constructeur TTGroup a investi dans un laboratoire de recherche sur la fabrication additive, l'AMTC (Additive Manufacturing Technical Center). Celui-ci se situe dans les locaux de l'ENISE et est équipée de deux imprimantes : l'AMP-250, machine de fusion sur lit de poudre, et l'AMH-350, utilisant le procédé DED.

3D Systems ouvre un nouveau centre de production 

3D Systems a annoncé l'ouverture d’un nouveau centre de production en fabrication additive à Pinerolo, en Italie. Depuis plus d’un an, l'entreprise américaine a investi plusieurs millions de dollars afin d’accroître son expansion en Europe. Cette nouvelle installation vient s'ajouter au réseau On Demand de la société, qui comprend notamment des sites aux Pays-Bas, en France, au Royaume-Uni, en Belgique et en Allemagne. Elle devrait être équipée de plus de 30 machines.

Erpro Group acquiert Dpn

La société Erpro Group a annoncé l’acquisition la société Dpn, entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de pièces techniques thermoplastiques automobile. Le nouveau parc machines d’Erpro se compose maintenant de dix presses d’injection plastique de 25 à 580 tonnes, onze centres d’usinage de 3 et 5 axes et cinq machines de soudures. « La fusion de Dpn et de notre société permettra à nos clients d’accéder à une plus grande capacité de production, grâce à une offre désormais plus étendue » affirme Cyrille Vue, CEO d’Erpro Group.

SLM Solutions a nommé son CEO

Le Conseil de Surveillance de SLM Solutions a nommé Meddah Hadjar comme CEO de la société. Celle-ci a également communiqué sur un nouvel investissement de 13 millions d’euros de la part d’Elliott, principal actionnaire de SLM Solutions, (qui porte sa participation à 29 %) et de l’ENA Investment Capital.

BASF 3D Printing Solutions nomme François Minec au poste de CCO

À 44 ans, François Minec va devenir le nouveau directeur commercial (CCO) de BASF 3D Printing Solutions GmbH (B3DPS), une filiale de BASF New Business GmbH (BNB). Il sera en charge du développement commercial des quatre secteurs d'activité.

Une subvention pour AP&C, filiale de GE, au Québec

Le gouvernement canadien subventionnera à hauteur de 9,5 millions de dollars l’expansion d’une usine de poudres métalliques, utilisées en impression 3D, de AP&C. La filiale de General Electric prévoit également le développement de poudres d’aluminium. 

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive