News Mardi 12 janvier 2021 - 20:50

Rencontre avec Martial Granet, nouveau directeur de filiale Mimaki France

Partagez cette news :

mimaki-fabrication-additive-couleur-france

En juin 2020, Martial Granet est devenu le nouveau directeur de filiale pour Mimaki France et Maghreb. Quelques semaines plus tard, à l’occasion du salon digital Formnext Connect, l’entreprise japonaise annonçait la sortie de sa nouvelle imprimante 3D couleur, la 3DUJ-2207. Rencontre avec Martial Granet qui souhaite placer Mimaki comme un acteur majeur du marché de l’impression 3D en France, notamment grâce à sa nouvelle imprimante 3D compacte 3DUJ-2207.

Martial Granet possède une forte expérience dans le secteur du « print » mais aussi chez les constructeurs japonais. Après avoir passé vingt années chez Ricoh, il a été embauché, en juin dernier, au sein de la société Mimaki comme directeur de filiale pour Mimaki France et Maghreb. « Mon embauche s’inscrit dans une nouvelle étape pour Mimaki en France et en Europe avec la volonté de se développer, de travailler sur la notoriété de la marque, d'avoir une plus grande présence auprès des clients finaux et une plus grande adaptation aux marchés locaux. Raisonner plus en business unit », nous explique le nouveau directeur. Mimaki cherche ainsi à améliorer sa visibilité en Europe et en France avec, par exemple, la création de comptes LinkedIn et Facebook spécifiques ou encore le lancement de webinaires propres à l’entreprise. La société japonaise a également présenté une nouvelle imprimante 3D couleur jet d’encre UV, la 3DUJ-2207 (photo ci-dessous). Avec cette nouvelle machine, Mimaki offre un système d’impression 3D couleur plus abordable. Cette dernière devrait être exposée dès le premier trimestre 2021 dans le nouveau showroom de l’entreprise qui sera installé à Orly, près de Paris. Martial Granet s’est fait accompagner de Thierry Lim, directeur régional des ventes chez Mimaki Europe B.V., pour répondre aux questions d’A3DM Magazine.

À l’occasion du salon digital Formnext Connect 2020, Mimaki Europe a présenté sa nouvelle imprimante 3D couleur jet d’encre UV compacte, la 3DUJ-2207. Vous avez précédemment pris la direction de la filiale Mimaki France et Maghreb. L’entreprise japonaise est de plus en plus active sur le marché européen et français. Quelle est l’ambition de Mimaki dans le secteur de l’impression 3D ?

Martial Granet : L’enjeu pour Mimaki est de rendre accessible le matériel d’impression 3D directement aux entreprises. Beaucoup de sociétés sous-traitent le prototypage. Avec l’imprimante 3D couleur 3DUJ-2207 ayant un coût d’acquisition faible, l’objectif est de permettre aux bureaux d’étude d’acquérir leur propre matériel. C’est tout l’enjeu de ce nouveau produit qui va ouvrir un nouveau marché beaucoup plus grand. Ce nouveau matériel sera disponible à compter du mois d’avril 2021, même si nous devrions pouvoir la présenter plutôt à nos partenaires.

Quel est le coût de la machine 3DUJ-2207 par rapport à la première 3DUJ-553 ?

Thierry Lim : Le prix public de la première machine est de 195 000 euros. Nous n’avons pas encore les prix de la nouvelle machine qui se veut bien plus abordable.

Martial Granet : Pour vous donner un ordre de grandeur : pour obtenir la productivité de la machine actuelle (la 3DUJ-553), il faut trois machines nouvelles (3DUJ-2207). Cela peut vous donner un ratio sur la partie financière.

Thierry Lim : Nous avons constaté sur les salons que de nombreux visiteurs étaient bloqués par le prix de la machine. Notre objectif est donc de mettre une imprimante 3D couleur à la disposition de tout le monde : les services bureau, les maquettistes, les prototypeurs, les services marketing et design, mais aussi les écoles. Nous souhaitons toucher un panel beaucoup plus large avec ce nouveau produit.

Martial Granet : Il faut ajouter que l’architecture de l’imprimante 3DUJ-2207 est celle d’une machine Mimaki IP (Industrial Product). Nos partenaires ayant les compétences pour l’entretien des machines IP seront donc en mesure d’assurer la maintenance de l’imprimante 3D. Jusqu’à maintenant, Mimaki s’appuyait en France sur un seul partenaire spécialiste de l’impression 3D. Avec la nouvelle imprimante 3D, nous allons pouvoir nous appuyer sur un réseau plus large de partenaires, un réseau déjà existant dans le secteur de l’impression sur objets. Nous avons neuf partenaires en France qui assurent une présence technique locale. Quand un client s’équipe, nous avons la certitude qu’il y a derrière des techniciens formés à la technologie pour l’entretien des machines, mais aussi aux outils comme les logiciels spécifiques. Ces derniers vont nous permettre de commercialiser ce produit. Nous pourrons donc couvrir un marché. Nous avons engagé de nombreux échanges avec les industries en France ayant des bureaux d’études et sous-traitant leur prototypage. Nous leur montrons ce que l’impression 3D permet de réaliser.

Image
machine_impression_3D_mimaki_2020_3duj-2207

Quels marchés ciblez-vous ?

Martial Granet : Nous avons un très gros retour de la part des bureaux d’étude qui font du prototypage et du maquettage. Nous avons également des sollicitations de la part des écoles ou encore des fablab.

Thierry Lim : La machine 3DUJ-2207 va s’adresser au secteur de l’architecture mais également au marché du luxe car elle permet d’imprimer de nombreuses couleurs et des effets de transparence. Nous allons apporter à nos clients actuels un outil pour donner une nouvelle dimension à la communication visuelle.

Vous intervenez également sur le marché au Maghreb. Est-ce qu’il y a une spécificité du marché maghrébin ?

Thierry Lim : La demande reste très faible dans ces pays, même si certains gouvernements sont prêts à financer le développement.

Martial Granet : Nous sommes surtout focus sur la France où le marché est mature pour investir dans les machines.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive