News Jeudi 26 mars 2020 - 10:48

Des masques 3D pour des vies par Clément Jacquelin

Partagez cette news :

jacquelin-athletics-3d-masque-fabrication-additive

Lorsque nous avons eu Clément Jacquelin, fondateur d’Athletics 3D, au téléphone, il était en attente d’une livraison de filaments PLACTIVE de Copper3D (un filament antibactérien testé par la NASA). Une fois celle-ci reçu, il a immédiatement imprimé deux modèles de masques qu’il a ensuite emmené au CHU de Grenoble pour que les médecins les valident. Entreprise de technologie sportive, Athletics 3D conçoit des prototypes tels que des crosses de carabine de biathlon ou des poignées de pistolets de tir sportif. Avec la crise du coronavirus Covid-19, Clément a vu – comme de nombreux autres industriels – sont activités et ses 10 imprimantes 3D Zortrax être mises à l’arrêt. Après le SOS lancé par la Commission européenne pour recenser les imprimeurs qui seraient capables de produire des masques et des ventilateurs par impression 3D, il a décidé de mettre ses machines et son expertise pour aider le personnel hospitalier et lutter contre la pandémie. Se concentrant sur les masques NanoHack de Copper3D, il décide rapidement de lancer un financement participatif (crowfunding – voir encadré ci-dessous) pour lever des fonds dans le but de commander de la matière première. La machine est lancée... au-delà de ses ambitions ! Il nous raconte tout cela. 

Bonjour Clément, peux-tu m'expliquer comment tu en es venu à lancer ton crowfunding et à produire des masques pour le CHU de Grenoble ?

Après avoir lu l'article sur le site d'A3DM Magazine annonçant le SOS lancé par la Commission européenne, nous nous sommes dit que nous avions justement des machines qui n'allaient pas tourner. 10 machines disponibles. Alors pourquoi ne pas les utiliser ! Rapidement, l’idée de mettre ses imprimantes 3D à disposition a circulée sur les réseaux sociaux. Le Dauphiné Libéré en a parlé et trouvait l'initiative belle. Le soir, même, la mayonnaise a pris ! De plus en plus de personnes, sur les réseaux sociaux, souhaitaient créer une plateforme de crowdfunding pour acheter de la matière première. Le soir même, nous l'avons créé. Le lendemain, nous avions 1 000 euros. Immédiatement, nous avons commandé la matière première pour avoir un stock. Après cela, la cagnotte a continué d’augmenter. Grâce à ce crowfunding, aujourd'hui, nous allons être autonome pendant une bonne période en filament PLACTIVE DE Copper3D. Nous envoyons donc maintenant des filaments à des fablabs (laboratoires de fabrication), des makers ou de petites entreprises qui nous ont appuyé et qui souhaitent imprimer des masques. 

Où en êtes-vous aujourd’hui concernant la production de masques par impression 3D ?

Nous attendons tous des validations de la Commission européenne. Néanmoins, dans l'urgence, nous sommes en discussion avec les hôpitaux. Les médecins attendent une solution de recours, un intermédiaire aux masques chirurgicaux et FFP2. Ils ne s'attendent pas forcément à recevoir immédiatement des masques FFP2. Au CHU de Grenoble, on me disait que : « ce qui fait le plus peur, ce sont les personnes qui arrivent et qui toussent. Ils n'ont rien sur eux. Ils risquent de contaminer tout le monde. Les hôpitaux n’ont pas de masques. Il faut trouver une solution. Des masques que les médecins peuvent distribuer ». En plus, ces masques pourraient être réutilisables en les désinfectant et en changeant les filtres. Il y a un protocole derrière pour les réutiliser. En mettant des bémols évidemment, sur la réutilisation. 

Image
fabrication-additive-masque-coronavirus-athletics-3d

Quels types de masques imprimes-tu ?

Nous nous concentrons sur le modèle de masque NanoHack de Copper3D. Dès les filaments reçus, je prépare trois machines pour imprimer des masques. Puis, ceux-ci pourront être testés. Je travaille avec La Fabrique du Ski. Cette entreprise possède de nombreuses machines : des systèmes de mise sous vide, des découpeuses laser, etc. Ses dirigeants m'ont contacté pour me proposer d'utiliser leurs machines ce qui permettrait d’automatiser un process un peu plus important. Dans un premier temps, nous nous sommes dit que la Fabrique du Ski pouvait découper les filtres du masque NanoHack, en forme circulaire, à partir des matières testées et recommandées par le fabricant, c’est-à-dire des cotons démaquillants et des sacs d'aspirateurs, avec entre les deux une petite capsule alvéolée permettant de coller l'ensemble. Avec la Fabrique du Ski, nous pourrions sortir une vingtaine de masques par jour. Ce n'est pas énorme, mais à l'échelle de tous les makers, fablabs et autres, ça peut faire des milliers.

Nous testons également une autre solution, plus rapide, pour fabriquer des masques. J'ai imprimé en 3D des têtes pour pouvoir thermoformer plus rapidement les masques avec des presses sous vide. Nous pouvons réaliser ces masques avec d’autres matériaux, dont un étanche en particulier. Nous testons de combiner ce produit avec la capsule du NanoHack. Nous allons porter les deux solutions aux hôpitaux pour voir ce qu'ils nous disent. Ce seront les médecins qui nous dirigeront. S’ils préfèrent que nous imprimons les visières Prusa, nous le ferons, ou un autre type de masque. Nous avons besoin de savoir vers quoi nous devons aller : quel type de masques, à qui ils sont destinés, etc. 

Parle-nous un peu plus de ce matériau que vous achetez grâce aux dons...

Aujourd'hui, nous avons envoyé un peu plus de cent bobines, environ 130, grâce aux dons. Il s’agit d’un filament PLACTIVE de Copper3D acheté à Atome3D. Je vais rapidement passer d'autres commandes. Des makers étrangers m'ont contacté car ils aimaient bien l'initiative. Ils vont relayer l'information. Nous allons également communiquer sur les étapes. Nous agissons comme nous pouvons à travers un réseau de makers. Nous avons créé une première usine décentralisée où nous sommes tous actifs sur un même projet que nous réalisons tous ensemble quel que soit le masque à fabriquer. La Région Auvergne-Rhône-Alpes m’a également appelé, il y a quelques jours, pour connaître nos besoins. Je leur ai transmis les données des fournisseurs qui vendent ce matériau.

Contenu Encadré

Des masques 3D pour des vies ! - #HopitauxChampions

Clément Jacquelin a lancé un financement participatif pour pouvoir acheté de la matière première afin de produire des masques par impression 3D. Vous souhaitez y participer et aider à fabriquer des masques 3D pour les hôpitaux ? Participez et partagez cette cagnotte avec le hashtag #HopitauxChampions !

https://www.leetchi.com/fr/c/50Mj2Zar

Grâce aux travaux de Clément et de son entourage, dont son frère, vous pouvez également accéder à une liste d’hôpitaux ayant besoin de masques et Imprimantes disponibles.

https://www.arcgis.com/home/webmap/viewer.html?webmap=08f6fe5d068f48ddb32b1487f4ac7337&extent=-6.0366,42.5513,15.5186,49.438

Vous pouvez également vous référencer sur cette carte en remplissant le questionnaire Google Form ci-dessous.

https://docs.google.com/forms/d/1b7msc255zshn_qxYYRw5-PLdgub_s09k4jRunt3Ff8I/viewform?chromeless=1&edit_requested=true

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive