News Mardi 23 avril 2019 - 11:03

La normalisation en ordre de marche pour favoriser l’utilisation de la fabrication additive

Partagez cette news :

normalisation-fabrication-additive-nae

En septembre 2019, la France accueillera, à Paris, la prochaine réunion du comité ISO/TC 261 Fabrication Additive (Organisation internationale de normalisation). Une belle opportunité pour renforcer la présence des experts français et ainsi positionner la France. De son côté, le comité européen de la normalisation prévoit de se réunir pendant le salon Formnext qui se déroulera, en Allemagne, du 19 au 22 novembre, pour coordonner les activités en Europe. A3DM Magazineen profite pour faire un point sur la normalisation en fabrication additive.

Ces dernières années, de nombreux travaux ont été réalisés pour définir les normes applicables à la fabrication additive. Outre leur vocation de cadrer l’usage de la technologie, celles-ci ont pour but de promouvoir la fabrication additive et l’impression 3D, d’assurer la qualité des produits et des processus ainsi que de donner confiance aux utilisateurs.

La normalisation à l’échelle internationale

Coordination à l’international par l’ISO/TC 261 et l’ASTM F42

Piloté par l’Allemagne, le comité ISO/TC 261 « Fabrication additive » coordonne les travaux de normalisation à l’international. En 2011, il a signé un accord cadre avec l’ASTM (American Society for Testing and Materials), l’organisme de normalisation américain, afin d’élaborer conjointement les normes au niveau mondial. Ensemble, ils couvrent l’ensemble du domaine de la fabrication additive : de la définition des termes et des procédées aux grandes lignes conductrices de la coopération internationale. Ils composent également les différents groupes, comprenant une répartition équivalente entre les experts de l’ISO et de l’ASTM.

La position européenne défendue par le CEN TC 438

En Europe, le Comité Européen de Normalisation CEN/TC 438 « Fabrication additive » est piloté par la France. Créé en janvier 2015, il a pour mission principale l’adoption des normes de l’ISO TC 261 au niveau européen, afin d’assurer un référentiel unique dans les tous les pays membres de l’Europe. Il vise également à consolider les positions européennes au niveau mondial, à assurer un lien entre les programmes de recherche européens et l’ISO, ainsi qu’à mutualiser les échanges techniques dans un seul comité.

En France, la commission UNM 920 anime le groupe de travail WG 3

La France tient une place importante dans le développement de la normalisation internationale. Travaillant par délégation de l'AFNOR, l’Union de Normalisation de la Mécanique (UNM) est le bureau de normalisation français dans le domaine de la mécanique, de l'acier, du caoutchouc et de la fabrication additive. À l’échelle mondiale, il pilote le groupe de travail WG 3 « Méthodes Essais/qualités » (Working Group – voir les sept groupes de travail dans l’encadré ci-dessous) et 4 groupes joints dont le JG 69 « Santé et sécurité environnemental pour l’utilisation de matériaux métalliques » (Joint Group). Composée de plus d’une centaine d’experts, et en relation étroite avec le Bureau de Normalisation du Québec, l’UNM 920 anime également les réflexions autour de groupes « ad hoc » sur des thématiques techniques ciblées par les experts. Ces réflexions permettent de défendre les positions françaises auprès de l’ISO/TC 261.

Image
piece-fabrication-additive-metal-volum-e

Les nouvelles normes en fabrication additive

Plusieurs réunions de comités se sont tenues au cours de l’année 2018, réunissant l’ensemble des experts des vingt-trois pays membres. Récemment, deux nouveaux groupes ont été créés. Le JWG 5  « fabrication additive pour les applications aérospatiales » a été créé en coordination avec le comité ISO TC 44 SC14 « soudure pour les applications aéronautique » et le « JWG 7 : Fabrication Additive pour les plastiques » en coordination avec le ISO TC 61 Plastique.

Avec près de 60 % des normes tirées par l’industrie, les secteurs de l’aéronautique, du spatial ou encore du médical ont un poids important. C’est pourquoi le comité NADCAP a sollicité l’ASTM pour développer des normes répondant aux besoins référencés par la « checklist NADCAP». Certaines de ces normes sont élaborées par le JWG5, le groupe joint destinés aux applications aéronautiques et spatiales, et présentées ci-dessous :

  • ISO /ASTM DIS 52941 : Méthodes d'essai normalisée pour l'acceptation des machines de fusion sur lit de poudre pour les matériaux métalliques.
  • ISO /ASTM DIS 52942 : Lignes normalisées pour la qualification des opérateurs des machines à fusion sur lit de poudre.
  • ISO /ASTM WD 52944 : Spécification des caractéristiques et performances pour la fusion sur lit de poudre.

« Les comités de normalisation sont un lieu d’échanges stratégiques pour les PME avec la présence de donneurs d’ordres et de fournisseurs de premier rang. Ils permettent de créer des relations extra commerciales. […] Ils permettent également de réaliser une veille concurrentielle et technologique sur les tendances des marchés, des clients, des fournisseurs et des institutionnels au niveau du réseau national et international », a expliqué Eric Baustert, Responsable R&D chez Volum-e, société très impliquée dans le développement des normes en fabrication additive. 

Volum-e et son partenaire Normandie AeroEspace seront présents sur le salon 3D Print, qui se déroulera du 4 au 6 juin, pour débattre de la normalisation. Ils animeront une conférence « La normalisation de la fabrication additive – Quelles orientations des travaux », le 5 juin de 15h30 à 15h50, et participeront à la conférence sur la « Qualification de pièces en fabrication additive métallique », animé par A3DM Magazine, le 4 juin à 13h30.

Contenu Encadré

Les neuf normes publiées en France

Près de 42 projets de normes sont en cours d’élaboration, dont cinq sont à un stade avancé pour une publication en 2019, qui viennent compléter celles déjà publiées. Neuf normes ont déjà été publiées en France ces dernières années. Elles sont consultables sur le site de l’AFNOR.

  • NF E 67-010 : établit les caractéristiques techniques des poudres couramment utilisées en fabrication additive.
  • NF EN ISO 17296-2 : donne une vue d’ensemble des procédés existants en fabrication additive et indique les matériaux de base pour chaque procédé.
  • NF EN ISO 17296-3 : propose des recommandations et donne des conseils afin d’améliorer la communication entre les parties prenantes, notamment sur les critères de performance et les caractéristiques de qualité des pièces.
  • NF EN ISO 17296-4 : donne une vue d’ensemble des flux de données traditionnels depuis la conception d’un produit jusqu’au composant réel.
  • NF EN ISO/ASTM 52900 : établit et définit les termes utilisés en fabrication additive pour faciliter la compréhension entre les personnes concernées par ce domaine technologique dans le monde entier.
  • NF EN ISO/ASTM 52901 : fixe un cahier des charges et les conditions de réception des pièces réalisées par fabrication additive.
  • NF ISO/ASTM 52910 : donne les exigences, les lignes directrices et les recommandations relatives à l'utilisation de la fabrication additive (FA) dans la conception des produits.
  • NF ISO/ASTM 52915 : décrit le format d’échange AMF des fichiers descriptifs de ces pièces.
  • NF ISO/ASTM 52921 : s’applique aux systèmes de coordonnées des machines et support de fabrication additive.
Contenu Encadré

Les sept groupes de travail de l’ISO/TC 261

Les projets de normes se regroupent au travers des sept Working Group de l’ISO/TC 261.

  • WG1 : Terminologie
  • WG2 : procédés, systèmes et matériaux
  • WG3 : méthodes de tests et spécifications qualité
  • WG4 : donnée et design
  • WG5 : fabrication additive pour les applications aérospatiales
  • WG6 : environnement, santé et sécurité

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive