News Mercredi 15 septembre 2021 - 12:15

Qu’est-ce que le Plan national Impression 3D ?

Partagez cette news :

plan_national_fabrication_additive

En marge du salon Global Industrie, qui s’est tenu la semaine dernière à Lyon, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, chargée de l'Industrie, et Frédéric Sanchez, président du Comité Stratégique de Filière, ont signé le contrat stratégique de la filière « Solutions Industrie du Futur » (SIF). Un nouveau Contrat de Filière qui vise à renforcer la compétitivité et la souveraineté de l’industrie française. Cet accord donne également le coup d’envoi du Plan national Impression 3D. Quel est ce Plan national et que peut-on en attendre ? Explication !

Une filière industrielle dédiée industrie du futur

« Solutions Industrie du Futur » (SIF) est la première filière industrielle transversale française qui organise et coordonne les projets et les travaux pour transformer l’industrie française. Labellisée en avril dernier, celle-ci doit permettre à la France industriel de se moderniser grâce aux solutions et aux technologies de l’industrie du futur, comprenant notamment le numérique et la fabrication additive. Pour faire plus simple, cette dix-neuvième filière regroupe le secteur des machines et des solutions industrielles intelligentes (mécanique, électrique, électronique, numérique, robotique, fabrication additive…) ainsi que l’offre digitale. Elle se compose de 32 000 entreprises, majoritairement des PME ou ETI qui génèrent une offre de produits et de services tournées vers l’industrie du futur.

Image
filiere_industrie_futur_fabrication_additive

L’objectif de cette nouvelle filière est d’accompagner la montée en gamme et la compétitivité de l’industrie française en répondant aux grands enjeux suivants.

  • Structurer en France une filière en intégrant toute la chaîne de l’offre technologique.
  • Mettre en visibilité les acteurs de la filière.
  • Faciliter les rapprochements et les échanges entre la demande et l’offre de Solutions Industrie du Futur, et renforcer la visibilité de l’offre de solutions françaises, notamment grâce à de nouvelles plateformes.

À l’image des autres contrats de filières validés et construits entre les services de l’État et les industriels, celle-ci vise aussi une stratégie à long terme en renforçant les solidarités entre les entreprises nationales, mais aussi la mise en valeur de son savoir-faire pour le développement de l’industrie 4.0 sur le territoire. Regroupé sous la bannière Alliance industrie du futur, elle est un conglomérat de nombreuses acteurs et de thématiques dont les machines-outils, la robotique, l’Internet des objets... et la fabrication additive. « Nous sommes une filière au service des autres filières, principalement au service de projets stratégiques tels que les batteries ou encore l’hydrogène. Il s’agit d’investissements d’avenir considérés comme stratégique par le gouvernement et soutenus par des plans de financement massif. La fabrication additive est un des volets de ce plan d’action global du contrat de filière « Solutions Industrie du Futur », nous explique Christophe Eschenbrenner, président de l’association France Additive.

Un plan économique et souverainiste pour l’impression 3D

Regroupant dans un seul plan d’action les initiatives en mesure de soutenir le développement de la fabrication additive en France, le « Plan national Impression 3D » est un des volets de la nouvelle filière. Mené par l’association France Additive, par le Symop et par l’UIMM, il regroupe les initiatives et les actions en cours pour fédérer et donner de la notoriété à la filière de fabrication additive française. Ce plan national pour l’impression 3D est placé dans l’axe de soutien au développement économique du futur et de la souveraineté de l’industrie française. « Notre enjeu n’est pas seulement de faire adopter la fabrication additive », poursuit Christophe. « Il est aussi de s’assurer que nous sommes capables d’offrir des moyens de production, une supply chain, des outils numériques, des compétences, etc. permettant à la France une certaine autonomie pour subvenir à ses besoins. Un projet national visant à développer la notion d’offreur de solutions français. » L’enjeu est donc de convaincre des utilisateurs d’adopter la fabrication additive, de convaincre des entrepreneurs ou des entreprises publiques d’accompagner – à travers des investissements – la montée en puissance de l’industrie française de la fabrication additive.

Le Plan national Impression 3D est placé dans l’axe de soutien au développement économique du futur et de la souveraineté de l’industrie française.

Sept actions complémentaires sur l’offre, la demande et les talents

Pour arriver à répondre à ces objectifs, le consortium autour du projet a mis en place un plan de sept actions intégrées et complémentaires.

  1. Accélérer la demande en faisant émerger les opportunités et en détectant massivement les besoins par des experts outillés. Objectif de cibler rapidement 1 500 besoins.
  2. Développer de nouveaux usages en s’appuyant sur l’ensemble des acteurs régionaux : sociétés de service, plateforme d’innovation et de recherche collaborative. Objectif de définir 500 usages sur le territoire.
  3. Compléter le réseau de plateformes par la création de trois nouvelles plateformes spécialisées en défense, santé et biens de consommation .
  4. Accompagner 10 industriels de la fabrication pour leur permettre le passage de PME à ETI et ainsi d’augmenter leurs volumes et de baisser les prix.
  5. Monter une ligne de production pilote « Vitrine du futur » avec un grand groupe industriel.
  6. Renforcer 20 offreurs français pour être plus compétitif sur toutes les technologies clés.
  7. Renforcer l’ingénierie de formation de 20 centres et former les talents de demain, avec l’objectif de 5 000 formés.

L’équilibre de ces actions – trois actions agissent sur la demande, trois sur l’offre et une sur les talents – devrait permettre d’atteindre aux objectifs généraux de la filière qui sont les enjeux économiques DU marché français, la création d’emplois dans le domaine, l’augmentation à l’export, la hausse de production en volume notamment pour les matériaux, le développement des ateliers et bureaux d’études français de fabrication additive et de répondre aux enjeux environnementaux, par exemple avec le développement de matériaux recyclables.

La dynamique est en route

La filière « Solutions Industrie du Futur » s’engage résolument dans une démarche collaborative tournée vers l’action en fédérant une communauté ouverte autours de projets opérationnels stratégiques et en structurant ses interactions avec les autres filières. À l’heure actuelle, les acteurs du Plan national impression 3D sont représentés par différents acteurs de France Additive, du Symop et de l’UIMM, ainsi que par des experts qui se sont joints à la dynamique. Ensemble, ils ont réfléchi à ce que peut être un plan national pour le secteur de la fabrication additive. Aujourd’hui, ils incitent les industriels et les entrepreneurs à rejoindre le Plan national impression 3D et à rendre visible cette action pour fédérer et faire avancer ce projet. Différentes équipes – représentant les sept actions listés ci-dessus – seront constituées dans les prochaines semaines, des interlocuteurs privilégiés seront nommés par filière industriel – notamment les cinq principales qui ont déjà indiquées la fabrication additive dans leur contrat : Mer, Aéronautique, Nucléaire, Ferroviaire, Mode et Luxe –, ainsi que par projets stratégiques d’avenir.

Parmi les actions directes à venir, Industrie du futur (regroupant le volet fabrication additive) et BPI France lancent un Accélérateur Solutions Industrie du futur. Il s’agit d’un programme d’accompagnement de 18 mois de dirigeants pour le développement d’entreprises. Vous avez jusqu’au 8 décembre 2021 pour candidater ! 30 entreprises seront sélectionnées pour intégrer l’Accélérateur.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive