News Mardi 11 mai 2021 - 16:57

La première pièce sous pression imprimée en 3D par Vallourec pour Total

Partagez cette news :

La pièce installée imprimée par Vallourec. (Crédits : Vallourec)

En partenariat avec RAMLAB, Vallourec, fournisseur de solutions tubulaires, a délivré à Total la première pièce sous-pression produite par fabrication additive. Ce composant, un waterbrushing d'1,2 mètre de diamètre pour 220 kilogrammes, a été produit grâce à la technologie de fabrication additive arc-fil WAAM.

Le premier composant sous pression imprimé en 3D

Le waterbrushing est un équipement qui permet d'assurer la sécurité des équipements au large. Ce composant sous pression permet de maintenir les poussées d'hydrocarbures des puits lors de leur construction. La pièces a été installée par Total dans son gisement situé à Elgin-Franklin, au cœur de la Mer du Nord. Alors que la fabrication additive est beaucoup utilisée dans des secteurs comme l'automobile ou encore l'aéronautique, la technologie au sein de l'industrie pétrolière et gazière en est encore à ses balbutiements. « La fabrication additive pourrait révolutionner la chaîne logistique du secteur pétrole et gaz en permettant à des entreprises comme Total de commander des composants sur mesure et à la demande », a déclaré Andrew Heddle, responsable qualité, forage et puits chez Total EP au Royaume-Uni.

Image

Le waterbrushing permet de maintenir les poussées d'hydrocarbures des puits lors de leur construction. (Crédits : RAMLAB)

Plus vite, plus léger et plus vert

Produire ce waterbrushing par fabrication additive n'a pas uniquement permis de montrer que cette technologie pouvait révolutionner la chaîne logistique du secteur pétrolier. En moins d'un an, la pièce a été qualifiée testée, et fabriquée. Désormais, les waterbrushing pourront être réalisés à la demande, en un temps réduit. « La fabrication additive ne peut pas encore réaliser de tubes, mais permet déjà de produire des pièces aux dimensions requises à partir d’une matière première dans un laps de temps très court », a expliqué Bertrand Maillon, responsable du développement commercial fabrication additive chez Vallourec. L'impression 3D permet également de produire des pièces plus légères. Par rapport à une fabrication traditionnelle, la technologie de RAMLAB a réduit de moitié le poids de la pièce. Plus légères aussi en bilan carbone, avec 45 % d'émissions carbone en moins durant le développement du projet. Les avantages de ce mode de fabrication ont donné des idées aux équipes de Vallourec. « Avec la fabrication additive, nous nous rapprochons de l’un des objectifs de l’industrie 4.0 : mettre en place un entrepôt numérique permettant une mise à disposition accrue des pièces et une réduction des gaspillages liés à la surproduction », a poursuivi Bertrand Maillon.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive