News Jeudi 18 mars 2021 - 10:40

Le recyclage, l'essence de Kimya

Partagez cette news :

Recyclage Armor 3D

À l'occasion de la journée mondiale du recyclage, A3DM Magazine présente les initiatives pour l’environnement du groupe Armor. Ses engagements écologiques dans le secteur de la fabrication additive ont commencé dès 2016, lorsque que le groupe a décidé de valoriser ses déchets issus de l'impression 2D. Naît alors Armor 3D et sa stratégie d’économie circulaire avec le filament recyclé à partir de polystyrène-choc Owa. Créée en 2018, Kimya devient la marque « impression 3D » d’Armor qui continue d'investir dans le recyclage. « L’essence même d’Armor 3D et de Kimya est le recyclage. ARMOR 3D est née à l'origine pour mettre en place une économie circulaire et valoriser les déchets », nous explique Pierre-Antoine Pluvinage. « Plus qu'une tendance, il faut que le recyclage en fabrication additive devienne un art de vivre. » Présentation des différents projets verts de la société française.

Le projet FIL'REC

En 2016, Armor créé ARMOR 3D, une division entièrement dédiée à la fabrication additive et à l'impression 3D. La même année, dans le cadre du dispositif ORPLAST, le groupe français propose avec succès son projet FIL'REC à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Le groupe a pour objectif de créer dans les trois ans à venir cinq filaments produits à partir d’au moins 40 % de plastique recyclé. « L’économie circulaire fait partie des engagements d’Armor en matière d’innovation sociétale. Ce projet avec l’ADEME pour le recyclage des plastiques nous permet d’associer encore plus l’impression 3D et l’écologie. Nous souhaitons par ce projet initier une coopération continue avec l’ADEME dans de nombreux domaines », commentait à l'époque Hubert de Boisredon, président directeur général d'Armor. Pour l'instant, trois des cinq filaments recyclés pour le procédé d'impression 3D FDM (dépôt de matériau fondu) sont déjà commercialisés.

Image
Filaments recyclés kimya
  • PLA-R : ce filament est composé à 97 % de matière recyclé. Il est utilisable pour le prototypage rapide ainsi que l'impression 3D d'objet de décoration. Commercialisé depuis janvier 2019, il existe désormais en six coloris différents : naturel (blanc-cassé), blanc, gris, noir, rouge et bleu. 19 tonnes de plastique recyclé. 
  • TPU-R : ce matériau, recyclé à 100 %, possède les mêmes propriétés mécaniques que son homologue vierge. Haute élasticité, grande flexibilité et une excellente résistance à l’abrasion, à l’usure et à l’impact. 0,3 tonnes de plastique recyclé.
  • Le HIPS-R (polystyrène-choc) : un plastique opaque doté d'une grande résistance aux chocs. Issu de chutes de mandrins utilisés dans la fabrication des rouleaux de transfert thermique du groupe ARMOR, sa faible masse volumique et sa solubilité dans le D-Limonène le rendal pour les supports. 0,3 tonnes de plastique recyclé. 
Image
Caracteristiques materiaux recyclés kimya

Le recyclage peut faire varier les propriétés de la matière si la matière collectée n’est pas de qualité précise Pierre-Antoine Pluvinage.  « Si la matière est bien triée, la qualité reste la même. Chez ARMOR 3D, nous mettons un point d’honneur à adapter nos process afin d’obtenir des filaments de qualité. La seule différence avec un matériau entièrement vierge est l'aspect esthétique. La couleur peut varier d'une bobine à l'autre, ce qui n'est pas dérangeant pour du prototypage, mais peut l'être pour la production de pièces finies. »

Les projets pour l'avenir

À l'avenir, Kimya espère pourvoir développer de plus en plus de matériaux recyclés. « Notre objectif final est d’utiliser uniquement des matières premières recyclées dans les filaments base PLA, PET, TPU, PS et PP. Forts de notre expérience positive, nous aimerions également déployer une seconde tranche de développement en travaillant sur des matériaux d'ingénierie et haute performance », a expliqué sur le site de la marque Nicolas Morand, RDI & Industrialization Manager chez Kimya.

Kimya a également lancé son programme de collecte de déchets issus des activités de la fabrication additive. Pour l'instant en phase de test, Kimya Kollect met en place un circuit fermé dans lequel les matériaux sont valorisés au maximum. Un système qui bénéficie au client, au fournisseur et à l'environnement.

Pour en bénéficier, il suffit de contacter Kimya en remplissant le formulaire à cette adresse : https://www.kimya.fr/fr/contact/. 

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive