News Mercredi 3 février 2021 - 11:18

Rencontre avec Advenkit et ses ustensiles de cuisine sur-mesure

Partagez cette news :

Rencontre avec Advenkit

Créée en février 2020 par Valentin Bertrand, la start-up Advenkit propose aux restaurateurs des ustensiles de cuisines et moules sur-mesure imprimés en 3D. Lancée durant la crise sanitaire de la Covid-19, la fermeture prolongée des restaurants a contraint le fondateur à élargir son catalogue. En proposant une boutique de moules personnalisés pour les particuliers sur son site internet, Advenkit a su s'adapter aux circonstances sans oublier ses ambitions. Rencontre avec la start-up qui offre aux cuisiniers la possibilité de transposer leurs créativités du papier à l'assiette. 

Comment a été créé la start-up Advenkit ? 

Advenkit a été créée en février 2020. Nous fabriquons des moules en silicones et ustensiles de cuisine sur-mesure pour les cuisiniers professionnels. Grâce à la 3D, il est possible de créer sans limite de forme. Advenkit accompagne le restaurateur dans le design culinaire. Le cuisinier nous expose son idée que nous intégrons dans un logiciel de modélisation pour pourvoir l'imprimer. Son idée passe ainsi du papier à l'assiette. L'objectif est de devenir la haute couture de la restauration. Advenkit propose également des ustensiles sur-mesure.

Votre produit est donc exclusivement réservé aux professionnels ? 

À l'origine, il l'était. Cependant, à cause de la crise sanitaire, du confinement et de la fermeture des restaurants, nous avons dû revoir notre business plan. Nous avons donc lancé une boutique de kits de moules et d'ustensiles de cuisine imprimés en 3D sur notre site Internet. Nous vendons ainsi des produits imprimés en 3D aux particuliers. Pour l'instant, nos clients peuvent retrouver un moule à madeleine en forme de nid d'abeille ou encore un moule pour entremet en forme de pomme de pins. Ouvrir ainsi nos produits au grand public permet des les initier à la fabrication additive et de les familiariser avec cette technologie. 

Vous travaillez seul… 

Oui, pour l'instant. Je suis toujours sous un statut d'auto-entrepreneur. Mais, je travaille avec un consultant, Pierre-Marie Leprince, qui est maître cuisinier de France. Il valide nos créations et nous donne quelques conseils purement pratique pour que nos moules soient efficaces et pratiques.   

Pourquoi avez-vous choisi le secteur de la cuisine ? 

Tout simplement parce que j'ai grandi dans cet environnement. Je viens d'une famille de restaurateurs. J'ai fait des études d'ingénieurs, où j'ai découvert l'impression 3D. Puis, j'ai donc croisé les deux en créant Advenkit.

Image
Advenkit moules silicones impression 3D

Advenkit imprime en 3D des moules silicones sur-mesure.

Comment vous positionnez vous face à la concurrence ? 

Il y a globalement cinq ou six entreprises déjà présentes dans ce secteur. Le marché est principalement réparti par région. Les rencontres physiques avec les clients sont très importantes. L'artisan va vouloir voir la technologie, essayer le produit… Ce marché requiert du prototypage avant de réaliser une vente. J'ai peu de concurrences dans Ama région située entre le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique.

Quelles technologies de fabrication additive utilisez-vous ? 

Le secteur de la cuisine impose des contraintes. Il faut que les matériaux soient compatibles avec un contact alimentaire. Il faut également une résolution d'au moins 0,2 millimètres pour que les motifs sur un moule soient visibles sur le gâteau. Le procédé d'impression 3D FDM (dépôt de matière fondue) est celui qui s'adapte le mieux à ces contraintes. Nous utilisons donc une Ultimaker 2 et une Creality Service pour les grands volumes. La plupart de nos moules sont imprimés en PETG. Cette technologie a également un coût plus abordable. L'idée, à terme, est de créer des fablabs culinaires directement dans les cuisines avec peut-être un représentant par département. Les professionnels pourraient se référer à ce fablab et Advenkit deviendrait alors un fournisseur de design uniquement. 

Et pour la conception... 

Nous utilisons du FreeCAD. La conception est pour l'instant le frein principal à la démocratisation de la fabrication additive à la maison. Dans le cadre de notre projet de fablab culinaire, nous aimerions fournir le logiciel simple pour l'utilisateur. L'idée est de mettre en place un catalogue pour les cuisiniers qui pourront sélectionner leurs modèles. 

Vous avez d'ailleurs créé un caisson pour introduire ces machines dans les cuisines… 

Exactement. Nous avons présenté sur les réseaux sociaux un caisson de protection pour la machine et les filaments. Dans les cuisines, il y a pas mal de particules volatiles : de la farine, du sucre, etc. Pour l'instant ce n'est qu'un prototype et nous avons décidé de nous orienter sur nos produits, mais il sera indispensable pour créer un véritable fablab culinaire. 

Quels sont les objectifs à venir pour Advenkit ? 

À très court terme, nous allons enrichir le catalogue de produits personnalisés sur notre site. Jusqu'à maintenant, ces produits fonctionnent bien, nous avons également créer des cadeaux de Noël ou des produits pour anniversaires. L'objectif est ensuite de créer une clientèle fidèle avec des pâtissiers et des restaurateurs locaux. Nous devrions également ouvrir dans l'année une antenne aux États-Unis. La clientèle américaine est très friande de produits personnalisés. Avec mon consultant sur place, nous avons bien étudié le marché et nous pensons que le moment est opportun pour ouvrir une boutique dans laquelle serait vendues des pâtisseries personnalisées. Enfin, nous aimerions ouvrir les fameux fablabs culinaires.

Cette interview fait partie d’une série sur les start-up du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D. Quelle définition donneriez-vous d’une start-up ?

Une start-up est une entreprise qui propose un produit ou un service innovant et qui a pour objectif de s'agrandir rapidement notamment grâce à des levées de fonds. 

Avez-vous prévu une levée de fonds ?

Oui, mais avec la crise sanitaire de la Covid-19, nous avons du mettre sur pause nos recherches de financement. Dès que l'économie sera repartie, nous reprendrons nos projets de financement.

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive