News Vendredi 1 mai 2020 - 08:46

Rencontre avec Agnieszka Thonet du HP Labs

Partagez cette news :

agnieszka_thonet_hp_labs_impression_3D

Agnieszka Thonet Breczewska est responsable des partenariats stratégiques R&D au HP Labs (HP Labs Alliance Manager and Strategist). Cette organisation internationale du groupe spécialisée dans l’impression 2D et 3D développe les innovations de demain. Elle collabore avec de nombreux partenaires à travers le monde comme le Y.Spot du CEA de Grenoble. Ensemble, ils travaillent sur de nombreux projet d’accompagnement des industriels. Le CEA et HP ont ainsi contribué au collectif Makers for Life qui est né dans la lutte contre le coronavirus Covid-19 et au développement du respirateur artificiel MakAir. Agnieszka Thonet nous explique la place de l’impression 3D HP dans ce projet.

Pourriez-vous nous présenter le HP Labs et la situation actuelle ?

Le HP Labs est une organisation au sein de HP qui travaille sur toutes les innovations futures et contribue à développer le HP de demain. Nous travaillons sur de nombreuses solutions dont celles que nous développons en propre. Ces inventions sont ensuite transférées vers nos business units qui travaillent sur les produits à plus court terme. Le HP Labs est basé en grande partie en Californie, aux États-Unis, mais nous avons également des laboratoires et des équipes de chercheurs à Bristol, à Genève, et ailleurs dans le monde. 

Le confinement lié à la crise du Covid-19 a bien évidemment impacté HP mais nous continuons à travailler, notamment dans la lutte contre le Covid-19. Nous collaborons à un niveau mondial : le HP Labs, mais également la R&D et la division 3D, des États-Unis à la France en passant par Barcelone, en Espagne. Nous travaillons également en collaboration avec d'autres partenaires comme le CEA. Nous y amenons nos compétences et nos innovations pour travailler sur différents projets tels que l'accompagnement des industriels dans le domaine de l'impression 3D. Nous mettons à disposition nos outils et nos équipes de recherche au niveau mondial. En échange, cela nous permet d’orienter notre R&D et de répondre aux défis futurs.

Concernant le collectif Makers for Life une partie du développement a été réalisée au Y.Spot du CEA de Grenoble dont HP est partenaire. Comment est intervenue la société HP ?

Le CEA a joué un rôle clé dans ce projet, notamment en réunissant autour de la table des industriels ayant des compétences différentes : STMicroelectronics pour le développement électronique, l'équipe de Makers à l'origine du projet, du design et du logiciel, etc. Le CEA a mis à contribution son infrastructure Y.Spot ainsi que tous ses outils. HP a contribué en amenant son expertise et ses moyens en impression 3D. Le défi était de développer, en un temps record, un respirateur unique dédié à la crise du Covid-19, possédant des paramètres spécifiques fixés par le CHU de Nantes. Chacun des acteurs a donc amené son expertise pour répondre extrêmement rapidement au design, à la conception, à la fabrication et la validation de la pièce. Nous avions pour cela deux imprimantes Multi Jet Fusion (MJF) qui tournaient à plein régime. L'équipe de design a ainsi pu réaliser beaucoup d'itérations sur la partie prototype, en parallèle du travail de validation et de certification mené sur le site du CEA.

Image
centre_innovation_CEA_grenoble

Il s'agit là de prototypage, mais la qualité produite par l'impression 3D Multi Jet Fusion (MFJ) est une qualité de pièce finale pouvant être certifié. L'objectif n'est pas uniquement le prototypage, mais également l'industrialisation puisque nous pouvons accompagner les industriels sur la phase d'industrialisation.

Quels ont été les avantages de l'impression 3D dans ce projet ?

L'impression 3D nous a apporté une plus grande liberté dans la conception du design, pour un prix intéressant sur ce volume de production. Les discussions suivent leur cours et le travail n’est pas terminé, mais l'impression 3D sera intéressante pour la fabrication de certaines pièces. 

La localisation est également un facteur important. Dans cette crise du Covid-19, l'impression 3D montre sa puissance et offre une autonomie et une flexibilité pour la conception et la fabrication de visières, d’adaptateurs de poignées, de masques, de respirateurs..., par exemple. Une liberté de fabriquer rapidement ! Nos machines, notamment au centre 3D de Barcelone, fonctionnent en continu pour aider les hôpitaux, mais également les industriels. Il y a une prise de conscience : la technologie d’impression 3D est industrielle et permet de produire des pièces pouvant être certifiées.

Contenu Encadré

Le respirateur artificiel open source MakAir

Parmi les nombreux projets de l’écosystème de l’impression 3D dans la lutte contre le Covid-19, l’initiative « Makers for Life » a retenu notre attention. Plusieurs entrepreneurs nantais – Makers passionnés, chercheurs, professionnels de santé et ingénieurs – ont créé ce collectif afin de développer le MakAir, un respirateur artificiel en open source. Soutenu et financé par le CEA, il a rapidement regroupé des PME, des industriels dont HP, des centres hospitaliers, des académiques et des collectivités. Plusieurs industriels dont Renault et SEB, mais aussi la Région Auvergne Rhône-Alpes, se sont engagés pour la production et l’industrialisation de ce dispositif médical, dont l’impression 3D a joué un rôle important.

Lire l’article en entier : https://www.a3dm-magazine.fr/news/medical/respirateur-makair-collectif-makers-life.

Image
piece_3d_impression_makair_cea_hp

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive