News Mercredi 15 mai 2019 - 13:59

Rencontre avec Yannick Marion, CEO de Beelse

Partagez cette news :

yannick-marion-ceo-beelse-logiciel-fa

Créée en 2016, la société Beelse accompagne les entreprises en transition vers l’industrie 4.0, en leur proposant une production tournée vers l’immédiateté et la proximité. Elle développe une solution leur permettant de fabriquer au plus près de leurs besoins. Celle-ci combine différentes technologies dont la fabrication additive. 

Ses trois fondateurs sont issus des métiers du marketing, du développement informatique et de la fabrication additive industrielle. Parmi eux, Yannick Marion, PDG de Beelse, a répondu à nos questions.

Qu’est-ce que Beelse Cloud Manufacturing ?

Beelse Cloud Manufacturing (BCM) est une technologie logicielle qui permet d’industrialiser la production de pièces en fabrication additive. Avec BCM, nos clients disposent de l’ensemble des technologies présentes dans le monde entier. En un seul clic, ils produisent de manière flexible leurs pièces séries et leurs pièces détachées. L’une des valeurs ajoutées de BCM est sa capacité à assurer la répétabilité de production décorrélée du lieu de fabrication. Cette fonction permet à nos clients d’intégrer la production de proximité à leur stratégie. Le développement de BCM est basé sur l’usage au service de l’industrie. 

Beelse Cloud Manufacturing est une solution SaaS qui apporte de l’agilité à son utilisation. Aucune installation n’est requise. Nos clients ont seulement besoin d’une connexion internet pour avoir accès à toute la puissance de BCM. 

La société vient d’annoncer l’ouverture de son capital à des investisseurs. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Nous sommes à la troisième phase de notre développement. Il y a tout d’abord eu la phase « informative » dans laquelle nous présentions aux industriels ce que Beelse allait mettre en œuvre pour eux. Puis la phase « test » qui nous a permis de leur donner un avant-goût des possibilités offertes par BCM. Maintenant, nous passons à la phase de "déploiement" !

C’est pour accompagner le développement commercial de Beelse que nous ouvrons notre capital à des investisseurs. Nous souhaitons des investisseurs qui ont la volonté de rejoindre cette aventure collective et inspirante. Des personnes qui ont envie de partager une expérience pleine de sens pour eux et de contribuer au développement d’un projet international.

Des investisseurs comme la BPI France se sont déjà portés garants ?

Nous avons beaucoup de chance d’être accompagnés par Bpifrance depuis deux ans. Avec leur aide, nous avons pu soutenir notre R&D, ainsi que les premiers contacts collaboratifs avec des industriels.

Dans le cadre de notre levée de fonds, Bpifrance s’est déjà positionnée pour nous accompagner sur la partie bancaire en tandem avec notre banque.

Image
plateforme-beelse-fabrication-additive

Cette annonce arrive juste après que l’entreprise intègre l’incubateur ESA BIC Sud France. C’est une très bonne nouvelle…

C’est une excellente nouvelle pour les perspectives de développement de Beelse. Les secteurs du spatial et de l’aéronautique sont des marchés stratégiques et difficiles d’accès. Le fait d’intégrer l’ESA BIC est une preuve de confiance de la part de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). 

Le marché du New Space a lui aussi des enjeux importants de flexibilité et de réactivité. Concrètement, cela va permettre aux industriels de ces secteurs d’avoir accès à BCM beaucoup plus rapidement.

Comment l’incubateur de l’European Space Agency (ESA) va-t-il vous aider à vous développer ?

L’ESA BIC accélère notre développement suivant deux axes principaux. Le premier axe se situe au niveau de la R&D. Nous avons à notre disposition des heures d’ingénieurs du CNES et d’Airbus Space & Defense pour nous aider à améliorer l’intelligence de BCM. Le second axe est orienté business. Nous avons désormais un accès privilégié à de nombreux industriels pour qui BCM peut apporter beaucoup. Dans ce cadre, notre mission va être de contribuer à la réussite de leurs projets. 

Quels sont les secteurs et les entreprises pour lesquels vous travaillez ?

Nous avons comme clients des industriels qui sont engagés dans une transformation vers l’industrie 4.0. L’un de nos premiers clients est le groupe ARaymond, équipementier automobile qui se développe aussi dans le secteur pharmaceutique. Des institutionnels issus de la recherche nucléaire, des industriels leaders mondiaux dans leur domaine, ou encore des sociétés dans le transport aérien ont déjà adopté la technologie BCM. En ce moment, nous accompagnons aussi une grande entreprise du transport ferroviaire sur la structuration de sa chaine d’approvisionnement autour de la fabrication additive.    

Pouvez-vous nous donner des informations sur votre réseau d’imprimeurs ?

Nous développons notre réseau de prestataires au fur et à mesure des besoins de nos clients. Aujourd’hui, nous couvrons l’ensemble des technologies métallique et plastique pour la France et d’autres pays limitrophes. Nous accélérerons notre développement européen l’année prochaine avec un œil rivé vers d’autres continents pour la suite. 

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive