News Lundi 25 avril 2022 - 21:37

Une Europe créative et innovante

Partagez cette news :

fabrication_additive_programme_creative_europe

L’Europe est une région du monde dont le patrimoine culturel et créatif est extrêmement riche. Au même titre que l’aéronautique ou l’automobile, ces secteurs bénéficient d’aides de la Commission européenne, notamment avec le programme « Creative Europe ». Explication !

« Creative Europe » est un programme de l’Union européenne visant deux objectifs :

  • promouvoir la diversité culturelle et linguistique de l’Union européenne ;
  • et renforcer la compétitivité des secteurs culturels et créatifs.

Ce programme soutient notamment la mobilité des artistes et la circulation des œuvres audiovisuelles européennes. Des projets européens créatifs et innovants sont régulièrement financés par les fonds européens. Mais avant tout, définissons le concept d’industries culturelles et créatives.

Les industries créatives en Europe

Le concept d’industries culturelles et créatives

Les industries culturelles et créatives se définissent par « la création, la reproduction et la diffusion de masse d'œuvres culturelles ». Ce concept a été créé en 1948 par Theodore Adorno et Max Horkheimer. Il a évolué d’une simple inclusion des modes de création, de production et de distribution de produits culturels à l'incorporation d'innovations technologiques, des processus de production sophistiqués et des méthodes de distribution à grande échelle pour atteindre les marchés mondiaux.

Dans les années 1990, en Australie et au Royaume-Uni, le concept a encore évolué avec une économie créative. Celle-ci se concentre sur la créativité, l’innovation, le changement technologique et ses impacts sur le développement des entreprises. Ces industries prennent leurs origines dans la créativité, les compétences et les talents individuels. Elles ont un potentiel de création d'emplois et de richesses. Elles utilisent l'exploitation de la propriété intellectuelle et du droit d'auteur.

Afin d’avoir une vision plus large de toutes les composantes possibles de ce secteur, l'Unesco (l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) a défini un « Cadre de statistiques culturelles » utilisé comme définition des industries culturelles et créatives (voir figure 1). Ceux-ci regroupent « les secteurs d’activités qui ont pour objectif la production ou la reproduction, la promotion, la distribution ou la commercialisation de biens, de services et d’activités de contenus dérivés de la culture, d’origines artistiques ou patrimoniales ».

Image
Culture UNESCO impression 3D

Le soutien à long terme de la Commission européenne

En Europe, la richesse du patrimoine culturel et de ses industries culturelles et créatives est fondamentale pour définir l’identité européenne. La culture et les expressions culturelles font partie des valeurs communes, des principes de citoyenneté, de l'inclusion sociale et des dialogues interculturels. La culture contribue également au développement économique, à la croissance industrielle et à celle de l’emploi au sein de l’Union européenne.

Selon la Commission européenne, « les industries culturelles et créatives sont celles dont les activités sont fondées sur des valeurs culturelles ou d'autres expressions artistiques créatives individuelles ou collectives ». Elles sont définies dans la base juridique du Creative Europe programme. Elles mettent l’accent sur les étapes ultérieures de la chaîne de valeur – y compris les étapes de production et de diffusion des opérations industrielles et de fabrication. Elles sont essentielles pour assurer le développement continu des sociétés – également au cœur de l’économie. Elles génèrent une richesse économique, industrielle et commerciale considérable.

Le soutien de la Commission européenne à la culture, à l'innovation, à la créativité et au secteur audiovisuel est donc élémentaire. Depuis de nombreuses années, il est assuré par divers programmes de financement. Pour la période 2021-2027, il est porté par treize financements de projets. Ces derniers sont évalués par leurs aspects innovants et leur potentiel d’intégration à des objectifs spécifiques financés par l’Union européenne. Certains de ces appels à projets innovants touchent de près ou de loin la fabrication additive.

Des programmes pour une Europe créative

« Creative Europe 2021-2027 »

Le programme « Creative Europe 2014-2020 » a constitué une plateforme unique pour un soutien coordonné et constructif à travers le continent. Il est donc logiquement suivi par le programme « Creative Europe 2021-2027 », doté d'un budget de 2,44 milliards d’euros – contre 1,47 milliard d’euros lors du précédent programme. Ces investissements porteront sur des actions qui renforcent la diversité culturelle et répondent aux besoins et aux défis du secteur créatif, en soutenant la relance du secteur, en renforçant les efforts des acteurs pour devenir plus inclusif, plus numérique et plus durable sur le plan environnemental. Les principaux objectifs du programme sont de sauvegarder, de développer et de promouvoir la diversité et le patrimoine européen culturels et linguistiques, mais également d'accroître la compétitivité et le potentiel économique des industries culturelles et créatives. Le programme « Creative Europe » est ouvert aux organisations culturelles et créatives des États membres de l’UE, ainsi que des pays non membres. Il se divise en trois volets :

  • Le volet « Culture » est dédié aux arts du spectacle, à l'édition, à la musique, au design, à la mode, à l'architecture, à l'audiovisuel et au patrimoine.
  • Le volet « Média » est dédié à l'audiovisuel, au cinéma et aux jeux vidéo. Il représente la plus grande part du budget global.
  • Le volet « Intersectoriel » offre un cadre plus large et se concentre sur les médias, l'éducation aux médias, la liberté de la presse et le journalisme de qualité.

Les principales nouveautés du programme sont les suivantes :

  • Un accès facilité aux financements grâce à des taux de cofinancement plus élevés.
  • Augmenter le soutien à la coopération territoriale pour rendre le secteur audiovisuel européen plus compétitif à l'échelle mondiale.
  • Création d’un dispositif de mobilité pour les artistes et les professionnels.
  • Des actions ciblant les besoins de secteurs créatifs spécifiques, tels que la musique, l’architecture et le patrimoine culturel.

L’appel à « projets de coopération européenne » (European Cooperation projects Small Scale), qui s’est achevé le 7 septembre 2021, est un bon exemple de ce nouveau dispositif. Celui-ci dispose d'un budget de plus de 60 millions d'euros et soutient des projets impliquant une grande diversité d’acteurs dans différents secteurs culturels et créatifs. L'accent est mis sur la coopération artistique européenne et l’innovation sur des sujets tels que l’engagement du public, la cohésion sociale, la numérisation et la contribution au Green Deal européen. Les candidats peuvent choisir entre des projets à petite échelle (minimum trois entités de trois pays éligibles différents), à moyenne échelle (minimum cinq entités de cinq pays éligibles différents) ou bien à grande échelle (minimum de dix entités de dix pays éligibles différents, définis en fonction de la taille de leur consortium).

Des informations plus détaillées sur le processus de candidature sont disponibles sur le site Web de l'Agence exécutive européenne pour l'éducation et la culture, ainsi que dans la section « Appels à propositions ». Les candidats peuvent également être soutenus par les « Creative Europe Desks».

« Digital Europe Programme »

Soutenir la transformation numérique européenne est également l’un des enjeux fondamentaux de l’Union européenne. Le programme « Digital Europe » vise à améliorer et à favoriser les capacités numériques des entreprises européennes, mais aussi à étendre et à faciliter l’accès et l’utilisation des technologies numériques. Doté d’une enveloppe de 7,5 milliards d’euros, ce programme est affiné pour combler le fossé entre la recherche sur les technologies numériques et leur déploiement. Les investissements numériques soutiennent le double objectif d’une transition verte et d’une transformation numérique avec maintenant, en ligne de fond, la résilience et l’autonomie stratégique de l'Union européenne. Le programme « Digital Europe » apporte un soutien financier dans cinq domaines clés :

  • Supercalculateur.
  • Intelligence artificielle.
  • Cybersécurité.
  • Compétences numériques.
  • Déploiement et accessibilité des technologies numériques.

Les échéances des appels n’ont pas encore été publiées, mais la répartition des différents portefeuilles est disponible :

  • 2,2 milliards d'euros pour le supercalculateur. L’Union européenne envisage de construire et de renforcer les capacités de calcul intensif et de traitement de données sur le territoire, en achetant des supercalculateurs de classe mondiale d’ici 2022/2023 et des installations post-exascale d’ici 2026/2027, d’accroître l’accessibilité et d’élargir l’utilisation de supercalculateurs dans des domaines d’intérêt public tels que la santé, l’environnement, la sécurité, mais aussi dans l’industrie.
  • 2,1 milliards d'euros pour l’intelligence artificielle. Cet investissement a pour objectif d’apporter l’intelligence artificielle aux entreprises et aux administrations publiques européennes, de créer un espace européen de données, notamment pour le stockage de grands ensembles de données avec une infrastructure cloud fiable et économe en énergie. L’Union européenne ambitionne également de renforcer et de soutenir les installations existantes de tests et d’expérimentations de l’intelligence artificielle dans des domaines tels que la santé et la mobilité dans les États membres.
  • 1,6 milliard d'euros pour la cybersécurité. La cybersécurité est un enjeu fondamental du XXIe siècle – un sujet plusieurs fois traité dans A3DM Magazine. L’UE soutient le déploiement des capacités de cybersécurité dans l'ensemble du territoire.
  • 580 millions d’euros pour des compétences numériques avancées. Ce portefeuille vise à soutenir la conception et la prestation de programmes et de stages spécialisés pour les futurs experts dans des domaines de capacité clés tels que les données, l’intelligence artificielle, la cybersécurité ou encore le quantique, et à développer les compétences et la main-d'œuvre existante grâce à de courtes formations reflétant les derniers développements dans les domaines de capacité clés.
  • 1,1 milliard d'euros pour assurer une large utilisation des technologies numériques dans l'économie et la société. Enfin, l’Union européenne soutient le déploiement des technologies numériques dans les domaines clés tels que la santé, le Green Deal, les communautés intelligentes et le secteur culturel. L’objectif est ici de créer le réseau des hubs européens d’innovation numérique pour aider les entreprises à profiter des opportunités numériques, de soutenir l’adoption des technologies numériques de pointe et des technologies connexes par l’industrie, de soutenir les administrations publiques et l’industrie européennes pour déployer et accéder aux technologies numériques de pointe (telles que la blockchain), tout cela, évidemment, en renforçant la confiance dans la transformation numérique.

European Regional Development Fund (ERDF)

Financé à hauteur de 226,9 milliards d'euros, The European Regional Development Fund (le Fonds européen de développement régional – FEDER) vise à renforcer les politiques de développement et de cohésion au niveau régional. Ce soutien financier contribue à combler le fossé social et économique existant au sein des États membres de l’Union européenne. En conséquence, cet instrument s’efforce de construire une relation forte entre l’UE, ses régions et ses villes. Il définit des priorités globales : une Europe plus intelligente, plus verte et sobre en carbone – une transition énergétique propre et équitable, les investissements verts et bleus, l'économie circulaire, l'adaptation au climat et la prévention, la gestion des risques –, une Europe plus connectée, plus sociale ou encore plus proche des citoyens.

« InvestEU Programme »

Un autre fonds européen qui soutient la créativité et l’innovation est le programme « InvestEU », doté d'une enveloppe de 9,4 milliards d'euros. Celui-ci réunit divers anciens instruments financiers de l’Union européenne. Il est le principal programme de soutien de l’UE pour stimuler les investissements publics et privés. Il fournit un soutien essentiel aux entreprises de toutes tailles et garantit que leurs investissements contribuent aux priorités politiques actuelles de l’Europe, telles que le Green Deal européen ou encore la numérisation. Il comporte quatre volets de politique générale :

  • Infrastructures durables.
  • Recherche, numérisation et innovation.
  • Investissement social et compétences.
  • PME.

Le programme se compose de trois blocs :

  • The InvestEU Fund. Le fonds « InvestEU » vise à mobiliser plus de 372 milliards d'euros d’investissements publics et privés grâce à une garantie budgétaire de l’Union européenne de 26,2 milliards d'euros. Les partenaires tels que la Banque européenne d’investissement (BEI) et d’autres institutions financières fourniront des solutions de financement direct et indirect aux promoteurs de projets privés et publics.
  • The InvestEU Advisory Hub. La plateforme de conseil « InvestEU » fournit un soutien technique et une assistance pour la préparation, le développement, la structuration et la mise en œuvre de projets d’investissement.
  • The InvestEU Portal. Le portail « InvestEU » rassemble des investisseurs et des promoteurs de projets sur une plateforme unique. Il fournit une base de données facilement accessible et conviviale sur les opportunités d'investissements disponibles au sein de l'UE.
Image
investissement Europe fabrication additive

Puisque vous êtes là...

... nous souhaiterions vous inviter à vous abonner à A3DM Magazine.

A3DM Magazine est la revue papier et digitale de référence en fabrication additive et en impression 3D. (Vous pouvez lire et découvrir les articles dans la rubrique « Magazine » du site A3DM). Pourquoi vous abonner ?

  • Pour accéder à l’ensemble des informations du secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D, à des dossiers industriels, à des analyses techniques et des fiches pratiques, à des contenus exclusifs, aux appels d’offres et aux subventions de la Commission européenne, à des leçons d’anglais pour ingénieurs...
  • Pour garantir la liberté de ton et l’exigence professionnelle de la revue.
  • Pour soutenir le secteur de la fabrication additive et de l’impression 3D qui a besoin de médias spécialisés pour promouvoir la technologie, partager les savoirs et savoir-faire, et fédérer la communauté.

 

Je m'abonne

Newsletter

Ne manquez plus aucune info sur la fabrication additive