Makers
Now Reading
La première brosse de mascara imprimée en 3D

La première brosse de mascara imprimée en 3D

by Gaëtan Lefèvre11 avril 2018
Partage :

Afin de produire la première brosse de mascara imprimée en 3D et commercialisée à l’échelle industrielle, la marque Chanel a travaillé avec le spécialiste de l’impression 3D Erpro 3D Factory. La cosmétique s’imprime aussi !

En 2001, Chanel pense à la fabrication additive et perçoit le potentiel de l’impression 3D. En 2007, la marque dépose un premier brevet sur la fabrication d’applicateurs de produits cosmétiques et notamment une brosse de mascara en impression 3D. En 2018, ce projet voit le jour avec le lancement du mascara « volume révolution de Chanel ».

Prototypage, optimisation et industrialisation

Pour réaliser ce projet, le département de l’Innovation-Packaging de Chanel a travaillé main dans la main avec la société Erpro 3D Factory, à la création et à l’industrialisation de cette brosse de mascara inédite. « Ensemble, nous avons relevé de nombreux défis technologiques pour repousser les limites de l’impression 3D et proposer un produit révolutionnaire », précise Pascale Marciniak-Davoult, directrice de l’Innovation-Packaging de Chanel Parfums Beauté. La brosse de mascara Chanel est fabriquée par impression de couches successives d’une poudre de polyamide polymérisée par faisceau laser. Elle fait l’objet de plusieurs demandes de brevets.

Avec les méthodes de fabrication traditionnelle, la production était dépendante de moules coûteux, difficiles et longs à mettre au point. Il était alors difficile de réaliser des essais de différentes formes de brosse afin de déterminer le meilleur couple brosse-formule. Grâce à la fabrication additive, il a été possible de réaliser et de tester plus de cent modèles pour obtenir la version finale de la brosse de mascara « volume révolution de Chanel ».

La technologie additive a également permis de repousser les frontières de la conception de cette brosse. Ainsi, celle-ci possède une forme spécifique au service d’une performance accrue, qui n’aurait pas pu voir le jour avec des techniques classiques de production.

Ses principaux points de différenciation

  • La surface de la brosse présente des rugosités qui permettent une adhérence aux cils et une restitution de la matière optimisées.
  • Elle est également dotée de microcavités qui permettent d’absorber la matière du mascara afin de délivrer la juste dose pour construire le volume des cils au fur et à mesure des passages, sans avoir à retremper la brosse dans le flacon entre le maquillage des deux yeux.
  • L’implantation au centième de millimètre des picots et son extrémité conique offrent un résultat volume extrême immédiat sur les cils sans surdose et une répartition homogène de la matière.

Un projet d’industrialisation hors du commun

En juin 2018, Chanel Parfums Beauté permettra à la fabrication additive de faire l’objet d’une industrialisation massive. En effet, grâce à la mise en place d’une chaîne de production co-conçue et appliquée à six machines, Chanel et Erpro 3D Factory produiront 50 000 brosses en 24 heures, soit 250 000 brosses par semaine, soit jusqu’à 1 million de brosses par mois.

La production suit un procédé extrêmement rigoureux : analyse de la matière première ; préparation de la poudre ; polymérisation de la poudre par faisceau laser ; refroidissement des brosses ; nettoyage selon un procédé spécifique à Chanel ; rinçage ; contrôle qualité et tests mécaniques.

Tout a été mis en place pour répondre aux standards de qualité, à l’exigence de la marque et garantir une performance et une innocuité indiscutables. « Un cap a été franchi dans le domaine de l’impression 3D. La chaîne de production que nous avons développée avec la maison Chanel permet une parfaite reproductibilité en l’absence de moule. Elle offre plus de liberté, de flexibilité et de réactivité pour des productions en série. C’est l’usine du futur ! », explique Cyrille Vue, PDG de Erpro 3D Factory.

About The Author
mm
Gaëtan Lefèvre

Leave a Response